Louis-Philippe d’Orléans, futur roi des Français

Louis-Philippe d’Orléans, futur roi des Français

 

IV, 7

 

1783-1784

 

Le mineur filz du grand & hay prince,

De lepre aura à vingt ans grande tache :

De dueil sa mere mourra bien triste & mince :

Et il mourra là où tombe chef lache.

 

Louis-Philippe, futur roi des Français de 1830 à 1848, est le fils de Philippe, duc d’Orléans, dit Philippe Egalité pendant la Révolution française, qui vota la mort de Louis XVI en 1793. Celui-ci sera haï par les partisans de la monarchie mais aussi par la majorité de la Convention [1] (« hay prince »). Le duc ne survivra pas longtemps au roi, et laisse une veuve, Adelaïde de Bourbon. Après le décès d’un certain Rouzet en 1820 dont elle fut désespérée, la duchesse, « inconsolable, n’avait plus le goût à vivre [2] ». Elle se laissa mourir le 23 juin 1821.

Louis-Philippe est né en 1773, avait 10 ans en 1783 (« mineur filz ») et 20 ans lors du vote de la mort du roi, qui fera que, avec son éducation, il sera « tenu en suspicion par les émigrés [3] » (« De lepre…grande tache »). Il meurt en exil en Angleterre à Claremont. Ce château appartint à Lord Clive de Plassey qui se suicida (« tombe chef lache » : si l’on considère le suicide comme une lâcheté).



[1] Marguerite Castillon du Perron, « Louis-Philippe et la Révolution française », Pygmalion, 1984, p. 283

[2] Georges Poisson, « Les Orléans », Perrin, 1999, p. 214

[3] A. Malet et J. Isaac, « Révolution, Empire, 1ère moitié du XIXème siècle », Hachette, 1923, p. 518

Contact