Annexion de la Géorgie par la Russie

Annexion de la Géorgie par la Russie

1799, retrait des Russes de la seconde coalition

 

IV, 34

 

1803-1804

 

Le grand mené captif d’estrange terre,

D’or enchainé au roy chyren  offert,

Qui dans Ausonne, Millan perdra la guerre,

Et tout son ost mis à feu & à fer.

 

Lors de la guerre de la deuxième coalition, qui s’achève en 1802, l’opposant à l’Angleterre, Naples, l’Autriche, la Russie et la Turquie, la France perd pratiquement toute l’Italie conquise en 1796-1797. Les Autrichiens voulaient avoir les mains libres en Italie. Tandis qu’ils quittent la Suisse pour rejoindre le Rhin, ils y font venir l’armée russe de Souvorof depuis Milan (« Millan »). Les Russes de Korsakof se trouvent alors isolés à Zürich et sont écrasés par le général français Masséna au cours d’une bataille de deux jours, les 25-26 septembre 1799. Masséna se retourne alors contre Souvorof qui s’échappe en perdant 6000 hommes et toute son artillerie (« Et tout son ost… »). Les Anglos-Russes qui avaient débarqué en Hollande sont battu par Brune et signent la capitulation d’Alkmaar en octobre. Toutes ses défaites poussent le Tsar Paul Ier de Russie à se retirer de la coalition. Assassiné en 1801, son fils Alexandre Ier, qui participa à la conjuration, lui succède. Né le 12 décembre 1777, il est du signe du Sagittaire (« chyren », voir quatrain II, 79).

Les différentes principautés qui constituent la Géorgie passent progressivement sous domination russe à partir de 1783. En 1803, Grigol, Prince de Mingrélie, accepte le protectorat russe [1] (« captif … D’or enchainé»).

 



[1] D. et M. Frémy, « Quid 1997 », Robert Laffont, p.1216

Contact