La révolte carliste en Espagne

La révolte carliste en Espagne

Mouvements révolutionnaires en Europe

 

IV, 94

 

1847-1848

 

Deux grans freres seront chassez d’Espaigne,

L’aisné vaincu sous les monts Pyrenees :

Rougir mer, rosne, sang leman d’Alemaigne

Narbon, Blyterre, d’Agath. contaminees.

 

Dans ce quatrain, est retracé un tableau succinct de l’agitation dans une partie de l’Europe sur quelques années.

L’accession d‘Isabelle II d’Espagne, fille de Ferdiand VII, au trône en 1833 est contestée par son oncle Don Carlos en vertu de la loi Salique, qui n’est pas traditionnelle dans ce pays. Celui-ci « abdique » en 1845 au profit de son fils Charles, qui a un frère, et qui se lance dans la deuxième guerre carliste en 1849. Le lieutenant du prétendant Tristany est rejeté en France.

En Suisse (« Leman ») la ligue des canons catholiques – le Sonderbund – opposée à la Diète fédérale est vaincue à la suite d’une guerre civile en 1847.

En Languedoc (« Narbon, Blyterre, d’Agath » pour Narbonne, Béziers – dont le nom latin est Baeterra – et Agde – dont le nom grec est Agathé ) les idées républicaines se répandent (« contaminées »). « Le pays élisait avec enthousiasme, en 1815, les ultras de la Chambre introuvable. En 1848-1851, au contraire, on y décèle une véritable fermentation républicaine, et les forces de gauche y sont plus compactes, les « rouges » plus agissants que dans le reste de la France [1] ».



[1] Emmanuel Le Roy Ladurie, « Histoire du Languedoc », PUF, 1990, p. 106

Contact