Restauration des jésuites

Restauration des jésuites

 

IV, 48

 

1813-1814

 

Plannure, Ausonne fertille, spacieuse,

Produira tahons si tant de sauterelles,

Clarté solaire viendra nubileuse,

Ronger le tout, grand peste venir d'elles.

 

"Ausone" : Ausonie

 

L'Ausonie, le pays des Ausones, désigne anciennement la Campanie. Le terme sera étendu à toute l'Italie par les Grecs (Dictionnaire de biographie, mythologie, géographie anciennes: pour servir à l'intelligence des auteurs grecs et latins, traduit par Jean-François-Napoléon Theil, 1865 - books.google.fr).

 

Pour la Campanie on conserve le souvenir douteux d'une apparition qui aurait eu lieu déjà en 873 ; des données plus certaines au sujet de la présence des sauterelles dans la même région remontent aux années 1765, 1868-70 (prov. de Naples ; la dernière de ces années, la prov. de Salerne fut également visitée) et 1877-78 (prov. de Caserte) (La Lutte contre les sauterelles dans les divers pays, 1916- books.google.fr).

 

Au sens virgilien, "fertilis Ausonia" est l'Italie (IX 133-138) :

 

Nil me fatalia terrent, si qua Phryges prae se iactant, responsa deorum Sat fatis Venerique datum, tetigere quod arua fertilis Ausoniae Troes : sunt et mea contra ata mihi, ferro sceleratam exscindere gentem, coniuge praerepta: nec solos tangit Atridas iste dolor solisque licet capere arma Mycenis (L'Eneide di Virgilio mantuano commentata in lingua volgare toscana da Giouanni Fabrini da Fighine, & Filippo Venuti da Cortona, 1575 - books.google.fr).

 

planure : plaine (Appien, Des Guerres des Romains, livres XI traduits par Claude de Seyssel, plus deux livres traduits par Des Avenelles, 1569 - books.google.fr).

 

1541

 

Ajoutons à cette liste des catastrophes qui menacent un champ de Méditerranée le fléau des sauterelles, autrement virulent hier qu'aujourd'hui. […] Vivoli, Annali di Livorno, III, p. 18, invasion de sauterelles en Toscane (1541) ; à Vérone, août 1542 et juin 1553, Ludovico Moscardo, Historia di Verona, Vérone, 1668, p. 412 et 417 ; en Hongrie, Tebaldo Tebaldi au duc de Modène, Venise, 21 août 1543. A.d.S. Modène en Égypte, 1544 et 1572, Museo Correr, D. delie Rose, 46, f° 181 ; à Chypre, 13 septembre 1550, A.d.S. Venise, Senato Mar ; 31, f° 42 v° à 43 v° ; en Camargue, 1614, J. F. Noble de La lauzière, op. cit., p. 446 (Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Tome 1, 1982 - books.google.fr).

 

Des précipitations excessives ont donc pu momentanément diminuer les possibilités agricoles de la campagne romaine - et même de toute l'Italie. Parfois aussi des sauterelles ont pu ravager des récoltes. On en signale en 1541 et 1545 dans les environs de Rome, en 1581 dans la région de Viterbe (le Pape dépensa 20.000 écus pour les détruire), en 1594 en Calabre, en 1601 à nouveau dans le Patrimonio (Jean Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du XVIe siècle, Tome 2, 1959 - books.google.fr).

 

La peste suit ou précède l'invasion des sauterelles en 1541-1542 (Karl Friedrich von Heusinger, Recherches de pathologie comparée, Tome 1, 1853 - books.google.fr, Matériaux pour l'étude des calamités, Volume 2, Numéros 5 à 8, 1925 - books.google.fr).

 

Les jésuites

 

En 1757 paroit une Dissertation de M. Rondet, devenue très-rare, & qui mérite d'être remarquée. Il y applique aux Jésuites la plaie des Sauterelles, décrite par saint Jean dans l'Apocalypse. La durée de ces insectes doit être de cinq mois, c'est-à-dire environ cent cinquanre ans, selon qu'il le prouve, parce que ce sont des mois d'années ; & ce tems est exactement celui de l'existence de la Société depuis son système de Molina, jusqu'à destruction. L'explication qu'en fait M. Rondet est d'autant plus singulière, qu'il la donna trois ans avant qu'on pût soupçonner l'événement qui concerne la Société. Ceci nous donne lieu de rapporter ici le fait historique qu'on va lire. Le 27 Septembre 1540, Paul III donna la première Bulle d'approbation pour Rétablissement de la Société des Jésuites ; & peu de mois après, selon le témoignage de Surius, s'éleva tout-à-coup en plusieurs lieux de l'Europe, une quantité prodigieuse de Sauterelles extraordinaires; elles étoient petites d'abord, & elles devinrent de la longueur & de la grosseur du doigt. Leur nombre étoit si grand, qu'elles formoient quelquefois des nuages de la longueur d'un mille, & la lumière du Soleil en étoit obscurcie. Ces insectes dévorèrent tout ce qui étoit sur la terre jusqu'à la racine; ils voioient par-dessus les arbres & les édifices les plus élevés, d'où ils s'élançoient sur les bleds & sur tout ce que la terre produit pour sa nourriture des hommes. Ces Sauterelles dévorèrent tout & ne moururent qu'à la fin de l'automne, laissant après elles une quantité prodigieuse de petits œufs noirs, qui produisirent l'anuée suivante un nombre infini de vers qui servirent de nourriture aux pourceaux. Surius Comment. Histor. ad annum 1541 (Philippe Macquer, Abrégé chronologique de l'histoire ecclésiastique, 1768 - books.google.fr).

 

Typologie

 

Le report de 1814 sur la date pivot 1541 donne 1268.

 

En Espagne, Augustin d'Hippone est fréquemment invoqué contre les invasions de sauterelles, et se montre secourable ; à Tolède notamment, en 1268, le clergé et le peuple l'ayant sollicité dans ce but, il apparut en costume d'ermite, noyant ces bestioles dans les eaux du Tage.

 

Au XVIe siècle, Scheman Balthazar Bolswert, a gravé le mémorable épisode des sauterelles rejetées dans le Tage (Vie illustrée de saint Augustin, Paris, Bib. nat.) : sur le premier plan on voit l'évêque de Tolède et les principaux magistrats agenouillés; saint Augustin perce la nue et étend une main vengeresse sur la nuée de Sauterelles; sur la droite profilent les rives du Tage, et sur la gauche s'élancent les tours sarrasines de la vieille cité (Robert Delort, Les animaux ont une histoire, 1993 - books.google.fr, Alfred Edmund Brehm, Merveilles de la nature, Tome 7,  1882 - books.google.fr).

 

Le dimanche in albis, après sexte, une procession se rend de la cathédrale au monastère de Saint-Augustin pour commémorer l'apparition de saint Augustin qui mit fin, en 1268, à la langosta - l'invasion des sauterelles -, calamité qui n'épargna pas la Castille et dont les actes capitulaires se font encore l'écho au XVIe siècle (Cérémonial de Juan Chaves Arcayos, Toledo, Biblioteca Capitular, ms. 44-29) (François Reynaud, Un cérémonial de la fin du XVIe siècle à l'usage de la cathédrale de Tolède, Revue Mabillon, Tome 67, 1995 - books.google.fr).

 

Les jansénistes, qui se revendiquent de saint Augustin (cf. l'Augustinus de Jansénius, 1641), évêque d'Hippone, furent des opposants aux jésuites. 

 

1814

 

En 1814, Pie VII rétablit l'ordre des Jésuites qui avait été aboli sans être jugé ni condamné par Clément XIV en 1773 (Bref Dominus ac Redemptor). La bulle Sollicitudo omnium ecclesiarum restaure universellement la Compagnie de Jésus (31 juillet 1814) signée le jour de la fête de Saint-Ignace. Cette année 1814, les Jésuites reviennent en Espagne.

 

Il a paru sur la fin de l'année 1776, une petite brochure sur l'Apocalypse dont on ignorerait peut-être encore l'existence, si M. Angran, un des présidents de la troisième chambre des enquêtes, ne lui avait pas fait l'honneur de la dénoncer aux chambres assemblées. «L'auteur de cette brochure, ce sont les paroles du réquisitoire, applique aux jésuites un chapitre entier de l'Apocalypse en plusieurs passages détachés. Il prétend y trouver leur établissement, leur mission pour prêcher et défendre la foi, la conversion du nouveau monde par leurs travaux apostoliques, les persécutions qu'ils doivent éprouver, leur destruction causée par l'athéisme et par un système de politique anti-chrétienne, qui tend à ramener le règne de l'infidélité, l'époque de cette destruction, enfin leur rétablissement entre le mois de mars et le mois de juillet de la présente année.»

 

Le Plan de l'Apocalypse, car tel est le titre de cette brochure, parut sans nom d'imprimeur; l'auteur, qui ne se nomme pas non plus, prédit dans cette brochure la résurrection des jésuites. L'avocat général Séguier fit un réquisitoire contre, et la présenta comme un des chefs-d'œuvre de l'extravagance de l'esprit humain. Le savant Rondet avait, vu au contraire dans l'Apocalypse l'annonce de la destruction des jésuites (Voyez ses Remarques sur la plaie des sauterelles, décrite par saint Jean, au chap. IX de l'Apocalypse, imprimées en 1757, in-12, à la suite du Supplément aux Réflexions sur le désastre de Lisbonne) (Correspondance, littéraire, philosophique et critique par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, etc: revue sur les textes originaux, comprenant outre ce qui a été publié à diverses époques les fragments supprimés en 1813 par la censure, les parties inédites conservées à la Bibliothèque, Tome 11, 1879 - books.google.fr).

 

Invasions d'insectes

 

En 1803, invasion de sauterelles en Italie, excommuniées par le pape. [...] En 1812, invasion de sauterelles aux Canaries, et d'hannetons en Prusse (Karl Friedrich von Heusinger, Recherches de pathologie comparée, Tome 2, 1853 - books.google.fr).

Contact