Emergence des puissances russe et américaine

Emergence des puissances russe et américaine

 

IV, 50

 

1815

 

Libra verra regner les Hesperies,

De ciel & terre tenir la monarchie :

D‘Asie forces nul ne verra peries,

Que sept ne tiennent par rang la hierarchie.

 

Les Etats-Unis (« les Hesperies » : pays du soleil couchant, à l’ouest) furent en guerre contre l’Angleterre de 1812 à 1814. Le sentiment national des Américains en fut fortifié et l’industrie de la nouvelle nation lui doit son essor. L’accroissement territorial, commencé par l’achat de la Louisiane à la France en 1803 et celui de la Floride à l’Espagne en 1819, se terminera en 1848 avec la guerre contre le Mexique (1846-1848) qui donne aux Etats-Unis la Californie et le Nouveau Mexique. Nous savons ce qu’ils deviendront par la suite : la première puissance mondiale (« De ciel et terre tenir la monarchie »).

Cependant, sur le continent européen, Alexandre Ier de Russie (« D’Asie forces ») s’impose en 1814 « comme le chef de la coalition victorieuse, le maître des destinées de la France et de l’Europe[1] ».

Le déclin de la Russie s’amorcera avec l’accession au pouvoir de Mikhaël Gorbatchev qui est bien le septième dirigeant de l’Union soviétique après Lénine, Staline, Kroutchev, Brejnev, Andropov et Tchernenko.

 



[1] A. Malet et J. Isaac, « Révolution, Empire, 1ère moitié du XIXème siècle », Hachette, 1929, p. 383

Contact