Oreste à Glanum
Oreste à Glanum

 

IV, 27

 

1798

 

Salon, Mansol, Tarascon de SEX, l'arc,

Où est debout encor la piramide:

Viendront livrer le Prince Dannemarc

Rachat honny au temple d'Artemide.

 

 

Les Antiques

 

Sur le plateau des Antiques, à côté de l'arc municipal, se dressait le mausolée de Glanum. Il avait été érigé par un certain Sextus Laelius avec la dédicace : SEX. L.M. JULIEI C.F. PARENTIBUS SUEIS. César de Nostradame le traduisit ainsi : "Sextus Lalelius, mari de Julie, en souvenir de ses parents". Elevé sur un socle, le monument comprend trois étages dont le dernier est surmonté d'une coupole. L'ensemble mesure près de vingt mètres de hauteur. La frise du dexuième étage est ornée de monstres marins et autres tritons (Louis Schlosser, La vie de Nostradamus, Belfond, 1985, p. 20).

 

De l’autre côté de la chaussée s’élevait le nymphée. Vingt-deux marches descendent jusqu’au bassin qui recueille l’eau. Un bassin creusé dans le rocher la reçoit, puis les Grecs élèvent un monument dédié à Apollon. Restauré par Agrippa, le nymphée s’agrandit alors sur son côté méridional, d’un sanctuaire à Valétudo, déesse de la santé guérisseuse. Tout autour ont été retrouvés de nombreux autels dédiés à Hercule dont la statue se trouvait là en tant que protecteur émule de Valétudo (Glanum - www.provencepass.com).

 

Apollon, Prince des Muses et Hyperboréen

 

La fonction de l'Apollon guérisseur dont César fait mention en Gaule est remplie en Irlande par Diancecht. Dans le Cath Maighe Tuireadh, il rend la vie aux Tuatha Dé Danann tués au combat en les plongeant dans la Fontaine de Santé dont les vertus sont dues à des herbes curatives, et dont le nom est Glan, ce qui se retrouve dans la fontaine de Glanum (Saint-Rémy de Provence) (Apollon - Diancecht - Mac Oc (Oengus) - Petrus Apianus - www.arbre-celtique.com).

 

La Scandinavie (Finlande, Suède, Norwége, partie du Danemark) était regardée par les anciens comme une île de l'Océan Hyperborée. On la trouve nommée Scandia et Baltia, d'où les noms de Scandinavie et Baltique (Auguste Savagner, Histoire de France avant 1789, 1833 - books.google.fr).

 

Les barbares du Nord, vus par la Renaissance italienne, ont ainsi fait un long chemin. De la germana feritas traditionnelle, à la découverte d’existences édéniques autour du Cercle Polaire, les schémas antiques du nord se sont inversés : les Germains de César et Velleius Paterculus ont connu la crainte admirative et le réalisme politique de Tacite, pour enfin Camenae endosser l’idéalisation primitiviste que l’Antiquité attribuait aux Hyperboréens : le bon sauvage du Nord est bien meilleur que le bon Scythe Anacharsis, le bon sauvage hérodotéen ; il rachète la Chute adamique et bien plus, les crises politiques et religieuses qui secouent l’Europe. Ce que l’on peut observer est plus qu’un simple parcours d’incivilimento, le passage observé partout de l’état barbare à l’état évolué. Les peuples du Nord fournissent un modèle concret de société, alternative à un Sud européen vieillissant et en déclin. [...] Le Tasse s’appuie sur un grand succès éditorial de la seconde moitié du Cinquecento, l’Historia de gentibus septentrionalibus d’Olaus Magnus, archevêque d’Uppsala, réfugié en terre catholique depuis l’avènement au pouvoir des Wasa (1523) et la conversion du royaume de Suède à la Réforme. Olaus doit sa renommée latine d’abord à sa célèbre Carta Marina, publiée à Venise en 1539, première cartographie fiable de la Scandinavie et dont les monstres marins iront émailler les traités de tératologie, ensuite à son traité historico-ethnographique sur son pays natal, publié à Rome aux frais de l’auteur (Historia de gentibus septentrionalibus, autore Olao Magno Gotho, Romae, apud I. M. de Viottis, 1555) et traduit quelques années plus tard en plusieurs langues, dont l’italien et le français – preuve s’il en faut de l’engouement pour la matière nordique des latins ; Olaus vient certes assouvir une réelle curiosité, et alimente le mythe, de fait déjà installé chez les Romains, d’un univers de pureté catholique dans les brumes boréales, où l’enjeu n’est nullement l’évangélisation, mais la préservation d’une intégrité qui ailleurs en Europe serait perdue (Susanna Gambino Longo, Alter orbis et exotisme boréal : le Grand Nord selon les himanistes italiens, Camenae n°14 - Novembre 2012 - www.paris-sorbonne.fr).

 

Un prince de Danemark : Hamlet

 

Derrière Hamlet, il y a ses préfigurations littéraires, son prototype mythique (recueilli par Saxo Grammaticus), sa ressemblance avec Oreste, avec Brutus. Mais l'on dira encore : derrière Hamlet, il y a ses raisons dissimulées, sa méthode d'enquête, ses plans, subvertis eux-mêmes, en profondeur, par sa déraison, par son inconscient (Jean Starobinski, L'oeil vivant (Tome 2) - La Relation critique, 1999 - books.google.fr, La Vraie Langue Celtique de l’abbé Henri Boudet : Trésors : La Pieta de Rennes les Bains : le Christ aux mâchoires).

 

Agamemnon et Clytemnestre ont eu quatre enfants de leur union : Iphigénie, Electre, Chrysothémis et Oreste. Ce dernier, banni du royaume par son nouveau beau-père, se réfugie chez son oncle Strophios en Phocide. C’est là qu’il se lie d’amitié avec son cousin Pylade qui sera pour lui un fidèle compagnon tout au long de ses aventures. Parvenu à l’âge adulte, Oreste décide, sur les conseils d’Apollon, de venger son père. Accompagné de Pylade il rentre à Argos pour tuer Egisthe et Clytemnestre. Ce meurtre, qui semble pourtant une juste vengeance, frappe les dieux d’horreur, et, en tant qu’assassin de sa propre mère, ils lui envoient les Erinyes pour le tourmenter jusqu’à la folie. Cependant, Apollon n’abandonne pas l’infortuné. Il lui conseille de se réfugier à Athènes, où l’Aréopage, grâce à l’intervention décisive d’Athéna, l’acquitte de son meurtre. Puis le dieu le purifie à Delphes et, par l’intermédiaire de la Pythie, lui fait savoir qu’il sera définitivement guéri en allant chercher la statue d’Artémis en Tauride. Arrivés en Tauride, Oreste et Pylade sont sur le point d’être sacrifiés à Artémis ; reconnus in extremis par Iphigénie (qui se trouve être la prêtresse de la déesse), ils parviennent à s’enfuir avec la statue. De retour dans le Péloponnèse, le héros reprend possession du royaume d’Argos. Sa cousine Hermione lui ayant été promise auparavant et ayant été offerte par la suite à Néoptolème, il tente de convaincre sans succès ce dernier de lui laisser la jeune fille. Néoptolème refuse de céder à sa demande, Oreste revient donc à Delphes pour organiser un complot qui perdra son rival venu consulter à propos de la stérilité d’Hermione. Les tribulations d’Oreste semblent s’arrêter avec cette ultime vengeance. Il aurait par la suite mené une vie heureuse à la tête de son royaume d’Argos (tiresias.devin.free.fr - Oreste).

 

Eschyle a mis en scène le conflit entre les croyances anciennes représentées par les Érinyes et la conquête rationnelle du Droit. Oreste fait part de l'oracle de Loxias qui lui ordonna de traiter les meurtriers comme ils avaient traité son père, « rendant meurtre pour meurtre » (v. 274-275). À défaut de cette justice vengeresse ou de cette vengeance justicière, sa « vie devrait en acquitter le prix dans des tourments affreux et innombrables ». Cet ordre d'Apollon a la précision tranchante d'une sentence de mort : Tuer qui a tué, repousser toute offre de rachat. Il faut « calmer sous terre la rancune des morts » car les Érinyes « mûrissent dans le sang d'un père dont il faut venger l'assassinat » (278-285). Se dérober au devoir de châtiment que réclame ce sang, a dit le dieu à Oreste, c'est se vouer aux « contagions qui attaquent les chairs », à toutes sortes de lèpres, à l'existence d'un maudit, assailli par « la folie, les vaines terreurs de la nuit » qui « chassent de la cité son corps souillé sous les coups de leur fouet de bronze ». « Écarté des autels par la colère invisible d'un père » qu'il n'a pas su venger, un tel homme est exclu de la communauté humaine : il ne peut plus « boire au cratère commun », est privé de toute sociabilité, « sans honneur, sans ami », il traîne « sa longue agonie », destiné à périr enfin misérablement. « De tels oracles, ne faut-il pas y croire ? (France Farago, Christine Lamotte, La justice: Prépas scientifiques - Programme 2010-2011, 2011 - books.goole.fr).

 

Pour avoir voulu voler la statue d'Artémis, Oreste, pardonné du meurtre de sa mère ("rachat"), est condamné à mort ("honny") en Tauride. L'autre rachat, celui des meurtriers de son père, est aussi "honny" par l'ordre patriarcal incarné par Apollon.

 

Il y avait un temple d'Artémis à Marseille selon Strabon. Il n'en reste rien aujourd'hui. Il y a à Vernègues (cf. III, 99) les ruines d'un temple dit de Diane (depuis quand ?) ainsi qu'à Nîmes. Vernègues se trouve sur la rive gauche du canal de Craponne sur le flanc du Puech de Valoni (France : Planches du dictionnaire encyclopédique, L'Univers, Partie I, 1845 - books.goole.fr).

 

La Tauride, Taurique ou Chersonèse Taurique fut le nom jadis donné par les Grecs antiques à la presqu'île de Crimée. De même la Chersonèse Cimbrique, aujourd'hui péninsule du Jutland (Danemark et Allemagne) est nommée d'après les Cimbres, le peuple qui y vivait à l'époque de la Grèce antique (fr.wikipedia.org - Chersonèse, fr.wikipedia.org - Tauride).

 

Dès le XVIème siècle, Nostradamus aurait fait le lien entre Hamlet (Prince de Danemark qui rime avec "arc"), Oreste du Nord, et l'Oreste grec. François de Belleforest, dans les années 1570, réunira dans le Cinquième tome de la Cosmographie universelle, des histoires relatant des destinées individuelles dont les revers de fortune et la fin tragique sont censés apporter un éclairage supplémentaire sur la marche de l'histoire golbale. Il réunit, entre autres, Hamlet et le l'imposteur Sérif au sujet duquel il évoque le mythe d'Oreste (Corinne Bonnet, La mythologie de l'Antiquité à la modernité: Appropriation-Adaptation-Détournement, 2016 - books.goole.fr).

 

 Pourquoi Oreste ?

 

Les défaites répétées des armées romaines au nord face aux Cimbres et aux Teutons furent l'occasion pour Marius de renouveler sa gloire et de consolider son pouvoir. Les deux peuples avaient en effet remporté, au nord des Pyrénées, une série de victoires contre l’armée romaine, favorisées par les rivalités entre les factions patriciennes, dont la défaite à la bataille d'Arausio (Orange) en 105 av. J.-C. constitue le point culminant. Ces défaites avaient affolé la population romaine, en réveillant le spectre de l’invasion de Rome par les Gaulois au IVe siècle av. J.-C. [...] Après avoir attendu les Cimbres (victoire sur le "géant" Theutobocus) et les Teutons dans la région d'Arles où il fit creuser, pour des raisons logistiques, un canal appelé Fosses Mariennes à l'embouchure du Rhône, il vainquit d'abord les Teutons aux environs d'Aix à Pourrières, en 102 av. J.-C. dans une embuscade sanglante23,25, puis écrasa les Cimbres en Gaule cisalpine à la bataille de Vercellae, près de Verceil en 101 av. J.-C. alors qu'ils descendaient les Alpes (fr.wikipedia.org - Caius Marius).

 

On aurait ainsi un "Prince Dannemarc" en Theutobocus.

 

Un sanctuaire fondé par les commerçants phocéens autour d'une fontaine sacrée - qui alimente encore la piscine construite par les Romains - fut fondé au VIe siècle avant J.-C: c'était là une étape importante, pour qui se rendait de Marseille en Avignon, et croisait à cet endroit la grande voie qui descendait des Alpes et allait devenir, à l'époque romaine, la Via Domitia. Tel était Glanum, avec ses riches habitations et son nym- phée monumental, ses nombreux autels votifs dédiés à Hercule, dont le culte était assidument pratiqué. Après l'occupation de la Provence par les légions de Marius en 102 avant J.-C, la ville-sanctuaire devient Glanum et évolue parallèlement aux phases de romanisation de toute la province (Giovanna Magi, Provenza. Ediz. francese, Classici per il turismo, 2006 - books.goole.fr).

 

Lucius Aurelius Orestes est un homme politique romain du IIe siècle av. J.-C. En 103 av. J.-C., il est élu consul avec Caius Marius. Il meurt pendant son consulat (fr.wikipedia.org - Lucius Aurelius Orestes (consul en -103), Colleen McCullough, Masters of Rome Collection Books I - V: First Man in Rome, The Grass Crown, Fortune's Favourites, Caesar's Women, Caesar, 2014) - books.google.fr).

 

Les Cimbres et les Cimmériens semblent avoir été confondus par les Grecs (Strabon). Les Cimmériens, déjà mentionnés par Homère, envahissent l'Ionie, ravagent le pays et s'emparent d'Éphèse, où se trouvait le plus célèbre temple d'Artémis, vers 640 av. J.-C. (Antoine Augustin Bruzen de la Martinière, Le Grand Dictionnaire Geographique Et Critique: C., 1730 - books.google.fr, Histoire de l'humanité – Vol. III: Du VIIe siècle av. J.-C. au VIIe siècle de l’ère chrétienne, 2005 - books.google.fr).

 

Typologie

 

Dans la mesure où le quatrain aux abeilles IV, 26 et le IV, 28 pourraient rendre compte de la carrière du jeune Bonaparte, on continue avec celui-ci. On peut comparer Napoléon au général Marius, mais le rapport est le contraire avec le Prince de Danemark.

 

Frédéric fut régent de Danemark de 1784 à 1808. Il assura cette régence pour suppléer à son père qui souffrait d'aliénation mentale. Au cours de la régence, avec l'aide de son Premier ministre Peter Andreas Bernstorff, le futur Frédéric VI de Danemark engagea des réformes libérales dont l'abolition du servage en 1788 et du domicile forcé. Lors des guerres napoléoniennes, Frédéric VI de Danemark fut l'allié de la France. Au cours de son règne, Frédéric VI de Danemark dut faire face à de nombreuses crises, notamment avec la Grande-Bretagne. Par deux fois le Danemark dut subir les attaques des Anglais, en 1801 et 1807. Le 2 avril 1801 eut lieu la bataille de Copenhague qui vit la victoire d'Horatio Nelson sur les Danois. La flotte britannique vint bombarder Copenhague durant quatre jours, du 2 au 5 septembre 1807. Après la défaite de Napoléon Ier en 1814, le Danemark fut amputé d'une partie de son territoire : par le traité de Kiel, il fut contraint de céder le territoire norvégien, sauf le Groenland, à la Suède (fr.wikipedia.org - Frédéric VI de Danemark).

 

Contact