La disette avant la Révolution française

La disette avant la Révolution française

 

IV, 15

 

1789-1790

 

D’où pensera faire venir famine,

De là viendra le rassasiement :

L’œil de la mer par avare canine

Pour de l’un l’autre donrra huyle, froment.

 

Un témoin écrit le 24 avril 1789 que la disette « est effrayante, parce qu’elle s’est fait sentir de bonne heure, et presque aussitôt après la récolte [de 1788], parce que, effectivement, la récolte a été médiocre… et que les accapareurs du blé profitent indignement des circonstances malheureuses pour accroître la misère publique [1] ». « Le manque de pain aura marqué sinistrement les débuts de la Révolution [2] ».

Mais « le XVIIIème siècle, en s’achevant, voit l’entrée de deux nouveaux fournisseurs : les Etats-Unis et la Russie méridionale. Les navires de Philadelphie ravitailleront la France en blé et en barils de farine dès 1739 [3] »



[1] Fernand Braudel , « L’identité de la France », tome III, Flammarion, 1990, p. 173

[2] ibid., p. 174

[3] ibid., p. 172

Contact