Le futur Napoléon III et les soulèvements italiens de 1831

Le futur Napoléon III et les soulèvements italiens de 1831

 

IV, 73

 

1831-1832

 

Le nepveu grand par force prouvera,

Le pache fait du cœur pusillanime :

Ferrare & Ast le duc esprouvera,

Par lors qu’au soir sera le pantomime.

 

Des soulèvements éclatèrent en Italie centrale en février-mars 1831 contre la présence des Autrichiens. Louis-Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III et neveu de Napoléon Ier, y participa avec son frère aîné. On soupçonne Louis-Napoléon d’avoir été affilié aux carbonari et l’on ne sait s’il prêta le serment (« pache » : pacte, traité [1]) qui engageait « à ne point divulguer leurs délibérations, mais encore à tuer ceux d’entre leurs « frères » qui les trahiraient [2] ». C’est avec l’aide des Autrichiens que le nouveau pape Grégoire XVI rétablit l’ordre dans ses Etats. « Le lendemain même de l’élection du pape, Modène se révoltait, l’insurrection gagnait bientôt toutes les autres villes […] Le pape préféra appeler les troupes autrichiennes qui occupèrent Parme, Modène, Ferrare et Bologne et renforcer encore plus son absolutisme [3] ».

Si la « pantomime » en question n’est pas un spectacle qui eut lieu un jour en particulier,  il est à noter que « deux mimes célèbres, Gaspard Deburau et Paul Legrand, remirent à la mode, vers 1830, la pantomime sur le Théâtre des Funambules [4] ».

 



[1] Michel Dufresne, « Dictionnaire Nostradamus », JCL Editions, 1989

[2] Robert Christophe, « Napoléon III au tribunal de l’Histoire », France-Empire, 1971, p. 48

[3] Jean-Mathieu Rosay, « Chronologie des papes », Marabout, p. 453

[4] Grand Larousse encyclopédique en XX volumes, 1970

Contact