La Charbonnerie à l’origine de l’unité italienne

La Charbonnerie à l’origine de l’unité italienne

 

V, 7

 

1857-1858

 

Du Triumvir seront trouvez les os,

Cherchant profond thresor Ĺ“nigmatique,

Ceux d’alentour ne seront en repos,

De concaver, marbre & plomb metallique.

 

L’influence de la Charbonnerie plane sur l’unitĂ© italienne. Cette sociĂ©tĂ© secrète Ă©tait gouvernĂ©e par une sorte de triumvirat en fonction pendant trois ans qui prĂ©sidait trois « ventes Â» lĂ©gislative, administrative  et judiciaire [1]. Les carbonari avait d’abord luttĂ© contre Murat installĂ© Ă  Naples par NapolĂ©on, puis devinrent rĂ©publicains sous l’influence de Buonarroti, ancien disciple de Gracchus Babeuf (voir quatrain IV, 32).

Ils tentèrent des soulèvements qui Ă©chouèrent mais l’élan fut rĂ©cupĂ©rĂ© par le mouvement « Jeune Italie Â» fondĂ© Ă  Genève par Mazzini.

La Maison de Savoie fut finalement reconnue seule capable d’unir l’Italie. Pour atteindre cet objectif, Cavour (1810-1861), ministre du roi Victor-Emmanuel II, rĂ©amĂ©nagea l’organisation militaire du royaume de PiĂ©mont-Sardaigne sous la direction du gĂ©nĂ©ral La Marmora (« marmor Â» en latin signifie « marbre Â») et nĂ©gocia l’alliance de la France Ă  Plombière (« plomb Â») pour chasser les Autrichiens de leurs possessions au nord de l’Italie.

 



[1] A. Nataf, « Les MaĂ®tres de l’occultisme Â», Bordas, 1989, p. 127

nostradamus-centuries@laposte.net