La Charbonnerie à l’origine de l’unité italienne

La Charbonnerie à l’origine de l’unité italienne

 

V, 7

 

1857-1858

 

Du Triumvir seront trouvez les os,

Cherchant profond thresor œnigmatique,

Ceux d’alentour ne seront en repos,

De concaver, marbre & plomb metallique.

 

L’influence de la Charbonnerie plane sur l’unité italienne. Cette société secrète était gouvernée par une sorte de triumvirat en fonction pendant trois ans qui présidait trois « ventes » législative, administrative  et judiciaire [1]. Les carbonari avait d’abord lutté contre Murat installé à Naples par Napoléon, puis devinrent républicains sous l’influence de Buonarroti, ancien disciple de Gracchus Babeuf (voir quatrain IV, 32).

Ils tentèrent des soulèvements qui échouèrent mais l’élan fut récupéré par le mouvement « Jeune Italie » fondé à Genève par Mazzini.

La Maison de Savoie fut finalement reconnue seule capable d’unir l’Italie. Pour atteindre cet objectif, Cavour (1810-1861), ministre du roi Victor-Emmanuel II, réaménagea l’organisation militaire du royaume de Piémont-Sardaigne sous la direction du général La Marmora (« marmor » en latin signifie « marbre ») et négocia l’alliance de la France à Plombière (« plomb ») pour chasser les Autrichiens de leurs possessions au nord de l’Italie.

 



[1] A. Nataf, « Les Maîtres de l’occultisme », Bordas, 1989, p. 127

Contact