Famine en Grèce

Famine en Grèce

 

V, 90

 

1918

 

Dans les cyclades, en perinthe et larisse

Dedans Sparte tout le Pelloponesse

Si grand famine, peste par faux connisse

Neuf mois tiendra et tout le cherronesse.

 

Neuf mois

 

La réduction d'une ville par la famine prenait du temps : elle demanda plus de deux ans pour Thasos, plus de huit mois pour Samos, plus de deux ans et demi pour Potidée, plus de deux ans pour Platées. Il est vrai que de tels délais pouvaient paraître relativement courts aux contemporains, pour peu qu'ils les comparassent à ceux qui avaient été exigés par les exploits les plus glorieux de leur passé épique : «Ion rapporte», nous dit Plutarque, «que la défaite de Samos inspira à Périclès un orgueil immense, extraordinaire, parce qu'il avait soumis en neuf mois les plus puissants et les premiers des Ioniens, alors qu'Agamemnon avait mis dix ans à prendre une ville barbare » (Yvon Garlan, Recherches de poliorcétique grecque, Volume 223, 1974 - books.google.fr, Victor Duruy, Histoire de la Grèce ancienne, Tome 1, 1867 - books.google.fr).

 

Le Ve siècle est aussi une période d'expansion économique athénienne, qu'on a pu qualifier d'“impérialiste” : en 478 av. J.-C. est formée, sous commandement athénien, la ligue de Delos, une alliance militaire de cités grecques destinée à contrer toute nouvelle menace perse. Cette dernière est définitivement écartée vers 468 av. J.-C. (bataille navale de l'Eurymédon), mais Athènes refuse de dissoudre la ligue et l'utilise pour affermir son emprise sur ses alliées – elle installe dans ces cités des colons militaires (les clérouques) et détourne une partie du tribut qu'elles lui versent pour assurer leur protection au profit des grands travaux de l'Acropole.

 

A la suite de la défaite athénienne en Egypte, le transfert en 454 du trésor de la Ligue de Délos à Athènes est généralement considéré comme une étape décisive de la transformation de cette Ligue en empire athénien. Cette conviction a pour origine un passage célèbre de la Vie de Périclès de Plutarque (ch. 12-14), selon qui Périclès aurait utilisé le trésor de la  Ligue, qui se serait monté à 10.000 talents, pour financer les constructions de l'Acropole; c'est ce que dit également Diodore (12,40,2), qui précise en outre que lors du transfert à Athènes du centre administratif et religieux de la Ligue les Athéniens auraient confié à Périclès la garde de ces fonds.

 

Toute velléité sécessionniste (révoltes de Naxos, vers 470 av. J.-C., et de Samos, en 440 av. J.-C.) est sévèrement réprimée. L'autoritarisme d'Athènes finit par unifier une partie des mécontents derrière Sparte, dont l'organisation oligarchique en fait l'antimodèle. Si les deux cités ont un moment lutté ensemble contre l'ennemi extérieur, elles finissent par se combattre idéologiquement et militairement (GEOguide Iles grecques et Athènes, Gallimard Loisirs, 2017 - books.google.fr, Adalberto Giovannini, Les relations entre états dans la Grèce antique: du temps d'Homère à l'intervention romaine (ca. 700-200 av. J.-C.), 2007 - books.google.fr).

 

Peste et cendres

 

"connisse" du grec "konis" cendre (Anatole Le Pelletier, Les oracles de Michel de Nostredame, Tome II, 1867 - books.google.fr).

 

Il faut peut-être entendre "feux" à la place de "faux.

 

Thucydide, Xénophon, Plutarque nous donnent des détails touchants sur les honneurs rendus aux citoyens qui succombaient dans les batailles. Les Athéniens surtout se faisaient remarquer par leur empressement à remplir ce pieux devoir. Les dix tribus envoyaient chacune un cercueil de cyprès pour y renfermer leurs morts, et l'armée, les armes baissées, suivait dans un profond silence jusqu'au lieu de la sépulture. Dans les expéditions lointaines, les corps étaient brûlés, et on envoyait les cendres aux parents. Les Lacédémoniens, au contraire, ensevelissaient leurs morts au lieu même où ils étaient tombés, et ne rapportaient sur le sol de la patrie que les archagites, qu'ils embaumaient avec du miel. Des chants solennels, des hymnes, des oraisons funèbres, consacraient les exploits de ces guerriers. Elle retentit encore et retentira dans les siècles à venir la voix de Périclès, qui s'écriait, en louant les victimes de la guerre de Samos : « Ils sont immortels comme les dieux, ceux qui meurent pour la défense de la patrie ! » (Eustache Marie Pierre Marc Antoine Courtin, Encyclopédie moderne, ou dictionnaire abrégé des sciences, des lettres et des arts, Tome XIX, 1830 - books.google.fr).

 

Lorsque les cendres des victimes de la guerre de Samos eurent été déposées dans le monument destiné à les recevoir, Périclès monta sur une estrade élevée à côté et prit la parole. Le discours qu'il prononça alors fut peut-être celui de tous ses discours qui obtint le plus beau de ses succès oratoires et sa popularité atteignit ce jour-là son apogée (Edmond Filleul, Histoire du siècle de Périclès, Tome 1, 1873 - books.google.fr).

 

Thucydide est le seul chroniqueur direct de la peste d'Athènes, observateur contemporain, il a été malade lui-même ; il rapporte les faits environ 25 ans plus tard, mais il peut la décrire de l'intérieur comme victime, et de l'extérieur comme témoin. Considéré comme « un père de l'Histoire », il refuse d'expliquer la marche des évènements par les Dieux. Il écarte les mythes et les rumeurs, pour chercher à comprendre le déroulement des faits, par des explications ou des causes rationnelles. Il opère ainsi une rupture avec Homère, poète, et non historien, de la guerre de Troie. Il interrompt son livre sur l'histoire de la guerre du Péloponnèse, pour décrire en détail la peste d'Athènes. Il se démarque encore d'Homère, pour qui la maladie n'est pas un processus naturel, mais un envoi des Dieux selon leurs caprices7. Son texte est très proche du modèle hippocratique rationnel. Il va à l'essentiel, décrivant les symptômes avec ordre et méthode, en utilisant le vocabulaire médical technique de son temps.

 

La peste a causé plusieurs dizaines de milliers de morts, dont celle de Périclès, soit près d'un quart à un tiers de la population. Malgré son nom, la peste d'Athènes n'est pas identifiée avec certitude. Parce qu'elle est une des causes de la fin du siècle de Périclès, la peste d'Athènes marque les esprits antiques et humanistes, qui se réfèrent au récit de Thucydide. L'exemple le plus célèbre se trouve chez Lucrèce : le De rerum natura, resté sûrement inachevé, se termine de façon abrupte par une évocation de cette épidémie (VI, 1138-1286) (fr.wikipedia.org - Peste d'Athènes).

 

Typologie

 

Si l'événement typologique est le siège de Samos, il est bien adapté car il s'agit aussi d'un blocus à l'origine de la famine. L'Athènes démocratique comme les "démocraties" alliées de 1914 étaient impéralistes contrairement à la Sparte autoritaire et aux empires européens.

 

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate en août 1914, Constantin Ier de Grèce, qui a épousé la sœur de l'empereur allemand, proclame la neutralité de la Grèce. Toutefois, les Alliés (Grande-Bretagne, France et Russie) s'emploient à entraîner les Grecs dans le combat contre l'Allemagne et la Turquie. À cet effet, ils leur promettent, une fois la guerre terminée, Smyrne et sa région. Vénizélos prend fait et cause pour les Alliés. Les tensions avec le roi s'intensifient au point qu'en 1915 Vénizélos est limogé et instaure en 1916 un gouvernement insurrectionnel, d'abord en Crète, puis à Thessalonique où les forces franco-italo-anglaises conduites par le général Maurice Sarrail avaient débarqué.

 

La Grèce est alors coupée en trois. C'est le « schisme national ». Au Sud ? La zone du gouvernement royaliste, avec pour capitale Athènes. Au Nord (Thessalie et Épire) ? La zone du gouvernement de «défense nationale» autour des «Venizélistes». Entre les deux ? Une zone neutre contrôlée par les alliés européens pour empêcher une guerre civile. C'est la première des crises majeures qu'a affrontée la Grèce moderne.

 

En juin 1917, les flottes alliées, qui pratiquent un blocus de  la Vieille Grèce, occupent Athènes. Les morts directes ou indirectes provoquées par la famine ne manquent pas, et Constantin se trouve finalement obligé, en mai 1917, de quitter la Grèce et de renoncer au pouvoir en faveur d'Alexandre Ier, son fils cadet (Grèce Continentale 2 - Comprendre la Grèce et Grèce pratique, Lonely Planet, 2012 - books.google.fr, Adéa Guillot, Françoise Arvanitis, Grèce : La nouvelle odyssée - L'Âme des Peuples, 2013 - books.google.fr, Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson, Sortir de la Grande Guerre - Le monde et l'après 1918, 2015 - books.google.fr).

 

Le blocus provoquait un chômage alarmant, et la ration quotidienne de pain descendait à 125 grammes. Les magasins se vidaient à la fois de clients et de marchandises. Les gagne-petit, ceux qui vivent au jour le jour, tombèrent brusquement dans la misère. Ils se nourrissaient de figues, de raisins secs et de caroubes. L'amiral Gauchet, pour intensifier la famine, faisait la chasse aux pêcheurs, et ne relâchait ses victimes que si elles adhéraient au venizelisme. A leurs émouvantes protestations, les officiers français répondaient : « Si vous désirez que nous vous laissions vivre en paix, chassez votre roi ! » En attendant, les quelques cargaisons de blé qui arrivaient en Grèce étaient détournées sur Salonique ; Venizelos s'en servait pour tenter d'acheter par elles l'adhésion des régions affamées (S. Cosmin, Dossiers secrets de la Triple Entente: Greèce, 1914-1922, 1969 - books.google.fr).

Contact