Le pape Pie IX et l’unité italienne

Le pape Pie IX et l’unité italienne

Le concile Vatican I

 

V, 15

 

1862-1863

 

En naviguant captif prins grand pontife,

Grans apretz faillir les clercs tumultuez :

Second esleu absent son bien debife,

Son favori bastard à mort tué.

 

Le pape Pie IX, se proclamera « prisonnier du Vatican » une fois que ses Etats seront annexés par le royaume d’Italie en 1870, Napoléon III n’étant plus là pour faire respecter la « Convention de septembre » par Victor-Emmanuel. Le pape « navigue » en effet sur la « barque de Saint Pierre » qui symbolise l’Eglise catholique dont le pouvoir temporel est fort contesté à cette époque.

Pie IX convoqua un concile en 1869 et fit voter le dogme de l’infaillibilité pontificale « au terme de sessions mouvementées, de discussions tumultueuses, de résistance dramatiques [1] » (« clercs tumultués »).

Pie IX était secondé par le cardinal Antonelli. « Ame damnée du pontife, il lui fit endosser bien des maladresse dont il eût dû être le seul à répondre. L’opposition libérale trop comprimée explosa ici et là en tentatives d’assassinat contre le secrétaire d’Etat, voire contre le pape, tentatives qui furent réprimées par la peine de mort ou les galères [2] » (« Son favori bastard à mort tué »).

Le cardinal Lambruschini (1776-1854) fut le seul concurrent (« Second esleu » : élu en second) de Pie IX lors de l’élection papale en 1846. « En 1848, les révolutionnaires romains furent sévères pour le partisan de l’absolutisme pontifical et de l’Autriche [3] ».

 



[1] Jean Mathieu Rosay, « Chronologie des papes », Marabout, 1988, p. 458

[2] ibid., p. 456

[3] Grand Larousse encyclopédique en XX volumes, 1970

Contact