Destin de Jacques Chirac

Les Fenians irlandais

 

V, 34

 

1876-1877

 

Du plus profond de l'Occident Anglois,

Où est le chef de l'isle Britannique :

Entrera classe dans Gyronde par Blois,

Par vin & sel, feu cachez aux barriques.

 

Après la famine et l'émigration qui, en dix ans, conduisit aux Etats-Unis un million et demi d'habitants, l'Irlande s'était comme endormie dans la torpeur. Elle se réveilla aux appels révolutionnaires des Irlandais réfugiés en Amérique. Ceux-ci commencèrent à revenir dans leur patrie, surtout après la fin de la guerre de Sécession ou beaucoup d'entre eux s'étaient enrôlés dans l'armée nordiste. Sous le nom de Fenians, ils fondèrent des sociétés secrètes et, pour appeler l'attention sur les malheurs de l'Irlande, ils procédèrent à des attentats : ils assassinèrent des policiers à Manchester, tentèrent de faire sauter une prison à Londres. Ce dernier incident - il y eut douze morts et 120 blessés - émut toute l'Angleterre (fin 1867). Gladstone demanda au gouvernement de prendre des mesures en faveur de l'Irlande. Les conservateurs refusèrent, mais aux élections de 1868, ils furent battus et Disraëli démissionna. La question de l'Irlande, ainsi rouverte, allait, pendant vingt-cinq ans, passer au premier plan dans la politique intérieure de l'Angleterre.

 

Dès son arrivée au minsitère, Gladstone, encore tout ému des attentats fenians, résolut de régler en Irlande le problème religieux et le problème agraire. Il proposa en 1869 d'enlever tout caractère officiel à l'Eglise anglicane en Irlande. Malgré une forte oppositon, le bill passa. En 1870, Gladstone étendit à toute l'Irlande le privilège du tenancier de l'Ulster. Cette mesure ne donnait aux cultivateurs qu'une protection illusoire : le paysan qui ne payait pas ses termes était, en effet, évincé sans indemnité ; or le landlord avait le droit d'élever à son gré le taux de ses fermages.

 

A côté de la question agraire, il y avait la question politique. Les députés irlandais demandaient le Home Rule - l'autonomie de l'Irlande. C'est alors que Parnell arriva au Parlement en 1875. Immédiatement il groupa toutes les forces irlandaises pour la lutte. Le parti du Home Rule devint un parti d'opposition systématique, décidé à empêcher par l'obstruction parlementaire l'expédition des affaires courantes.

 

Pour protéger les tenanciers, dont les expulsions passèrent de 1269 en 1876 à 2667 en 1879, un ancien Fenian, Davitt, fonda la Ligue agraire qui demandait les 3 F (fixity of tenure : ne pas être évincé de sa terre si les termes étaient payés ; free sale : liberté de vendre sa terre ; fair rent : les fermages devant être fixés équitablement). Parnell lia le programme de la Ligue au Home Rule.

 

A son retour aux affaires, Gladstone fut confronté à une série de crimes agraires : mutilation de bétail, incendies des fermes, attaques de propriétaires. Gladstone proposa un loi agraire, mais les révolutionnaires irlandais étaient décidés à empêcher tout accord. Le 6 mai 1882, ils assassinèrent en plein jour à Dublin, dans le Phoenix Park, le nouveau Secrétaire d'Etat de l'Irlande ; ils essayèrent, en Angleterre même, de faire sauter à la dynamite des gares, un ministère et jusqu'au Palais de Westminster. Malgré l'instabilité ministérielle, les conservateurs adoptèrent le programme de la Ligue agraire. Gladstone se convertit au Home Rule qui sera repoussé durant les 20 années que la coalition unioniste, formée en réaction de la proposition de Gladstone d'abolir l'Acte d'Union de 1800, conserva le pouvoir (Malet-Isaac, Histoire contemporaine depuis le milieu du XIXème siècle, 1930).

 

Après la rébellion de 1848, la France ("Blois" pour Blaye) devint un refuge pour nombre d'Irlandais. John Blake Dillon s'enfuit en France, comme James Stephens, John O'Mahony, qui meurt en 1877, et Michael Doheny. Stephens sera expulsé de France en 1885 après son second exil.

 

Paris in this period was ground-zero of a myriad of revolutionary secret societies, some domestic, others in exile from other regions. Their quasi-Masonic pyramidal insulated cell-like structure would resemble later that of the IRB and Fenian “circles.” It was alleged that Stephens and O’Mahony were initiated into one of these secret societies: Louis Auguste Blanqui’s revolutionary Society of the Seasons, being the most often cited candidate (www.fenians.org - Fenian brotherhood).

 

Contact