Mort de LĂ©on XIII, son successeur Pie X

Mort de LĂ©on XIII, son successeur Pie X

 

V, 56

 

1893

 

Par le trespas du tres vieillard Pontife,

Sera esleu un Romain de bon aage :

Qu’il sera dict que le siege debiffe,

Et long tiendra & de picquant ouvrage.

 

Le pape LĂ©on XIII mourut en 1903 Ă  l’âge de 93 ans (« tres vieillard pontife Â»). Il est le pape du ralliement des catholiques français Ă  la RĂ©publique qui n’avait pas cĂ©dĂ© sous les coups de ses adversaires lĂ©gitimistes, boulangistes et autres. L’encyclique de 1892 provoqua la division des forces conservatrices. La droite constitutionnelle, ralliĂ©e, constituĂ©e par Albert de Mun devint prĂ©pondĂ©rante chez les conservateurs. « Tournant capital. Le monarchisme meurt. La droite catholique survit mais devient rĂ©publicaine [1] ».

Lui succède Pie X (1835-1914), nĂ© Ă  Riese en VĂ©nĂ©tie (« Romain Â» pour italien), qui gravit tous les degrĂ©s de la hiĂ©rarchie, vicaire jusqu’à cardinal en 1893. Son intransigeance politique le brouille avec de nombreux Etats : une campagne anti-catholique Ă©clate aux Etats-Unis Ă  cause de la disgrâce de l’évĂŞque libĂ©ral J. Ireland et du refus de Pie X de recevoir ThĂ©odore Roosevelt ; les relations diplomatiques sont rompues avec la France, en 1905, en raison de la sĂ©paration de l’Eglise et de l’Etat, avec l’Espagne en 1910 etc. (« le siège debiffe Â» : le Saint-Siège  s’affaiblit). Il faut compter aussi avec l’irrĂ©ligion croissante d’un prolĂ©tariat misĂ©rable qui « rend l’Eglise, garante de l’ordre Ă©tabli, responsable de la sujĂ©tion Ă©conomique dans laquelle le maintient le système capitaliste [2]».

L’œuvre de Pie X, importante pour l’Eglise (voir quatrain V, 79), favorisera l’ Â« intĂ©grisme Â» catholique par la condamnation des modernistes et des dĂ©mocrates-chrĂ©tiens : excommunication du prĂŞtre Romolo Murri, fondateur de l’œuvre du Congrès et de la Ligue dĂ©mocratique nationale ; condamnation des journaux « La Justice sociale Â» de l’abbĂ© Naudet et de « La vie catholique Â» de l’abbĂ© Dabry ;  condamnation du Sillon de Marc Sangnier [3] (« picquant ouvrage Â» : Ĺ“uvre blessante).

 



[1] Emmanuel Todd, « La nouvelle France Â», Seuil, 1988, p. 126

[2] Grand Larousse encyclopédique en XX volumes, 1970

[3] Pierre milza et Serge Berstein, « L’Italie, la papautĂ©, 1870-1970 Â», Masson, 1970

nostradamus-centuries@laposte.net