Fin de l’empire chinois

Fin de l’empire chinois

 

V, 81

 

1911-1912

 

L’oiseau royal sur la cité solaire,

Sept moys devant fera nocturne augure,

Mur d’Orient cherra tonnerre, esclaire,

Sept iours aux portes les ennemis à l’heure.

 

Le « Mur d’Orient » fait penser à la grande muraille de Chine qui symbolise le pouvoir impérial. Celui-ci s’effondre en 1912 à la suite de la révolution qui soulève depuis octobre 1911 toute la vallée du Yang Tsé Kiang et de l’agitation qui atteint les possessions extérieures du pays. Yuan Che Kaï, principal ministre du Régent qui gouverne au nom de l’empereur mineur préfère négocier avec le Kouomin-Tang. Le dernier empereur, futur Pou Yï, abdique le 12 février 1912. Yuan Che Kaï devient président à la place de Sun Yat Sen le 15 juin et confisque le pouvoir jusqu’à sa mort en 1916.

La ville de Pékin, fondé par Kubilaï Khan, la Cambaluc de Marco Polo, contient en ses murs les temples du Soleil (« cité solaire »), de la Lune, de la Terre, et d’autres.

 

Contact