Politique coloniale et l’exploitation de l’Afrique

Politique coloniale et l’exploitation de l’Afrique

 

V, 69

 

1902-1903

 

Plus ne sera le grand en faux sommeil,

L’inquiétude viendra prendre repoz :

Dresser phalange d’or, azur & vermeil,

Subiuguer Affrique la ronger jusques oz.

 

L’expansion coloniale des pays européens se fait principalement en Afrique où les richesses sont exploitées au profit de la métropole (« ronger jusqu’à l’os).

De 1875 à 1901, la France réunit, avec l’assentiment de la représentation nationale, un empire de 8 millions de km2 en Afrique.

Un groupe colonial est fondé à l’Assemblée nationale en 1892, réunissant l’année suivante 113 députés. Son leader, constamment réélu de 1892 à 1914 député de l’Oranie, Eugène Etienne « fut jusqu’à sa mort, en 1921, l’un des personnage clé de la République […] Président de la Commission des affaires coloniales, il entraîna la Chambre à exiger la conquête de Madagascar. Président de la Commission des affaires extérieures, des protectorats et des colonies créée en 1902, il fit aboutir l’ « Entente cordiale » et le protectorat sur le Maroc [1] » (« le grand »).

L’exploitation des populations colonisées fut sans pitié. Par exemple « en Kabylie, les indigènes sont expropriés et on leur répartit de mauvaises terres à la place des bonnes que cultivaient leurs pères [2] ». « Pour la quasi-totalité des communautés africaines, l’intrusion de l’économie moderne par les colonisateurs se traduisit par la spoliation et la violence. Le « travail forcé » en devint le symbole [3]. »



[1] C.R. Ageron, L’Histoire n° 69, p. 72-74

[2] R.H. Guerrand, L’Histoire n° 69, p. 11

[3] C. Coquery-Vidrovitch, L’Histoire n° 69, p. 101

Contact