Après le Califat

Après le Califat

 

V, 100

 

1925-1926

 

Le boutefeu par son feu attrapé,

Du feu du ciel a Carcas et Cominge:

Foix, Aux, Mazere, haut veillart eschappé,

Par ceux de Hasse des Saxons et Turinge.

 

Sarrasins

 

Contrairement à ce qu'affirment ici les Bénédictins, d'après les chroniques latines, Zama, ou plutôt El Samah, ne succéda point en 717 à El Haur ben Abd el Rahman (Alahor des chroniques chrétiennes). Ce dernier conserva le commandement de la péninsule jusqu'en l'année 721, & c'est lui qui conquit la Septimanie. Les écrivains arabes mous représentent ce chef comme un guerrier expérimenté, actif & intrépide, mais avide & sévère, se piquant de ne pas favoriser plus les musulmans que les chrétiens. Au commencement de l'année 718 de notre ère, il réunit toutes les forces dont il pouvait disposer à l'extrémité orientale des Pyrénées, & se prépara pendant trois ans à la conquête de la Septimanie. Il ne put cependant parvenir à mettre entièrement son dessein à exécution. Les Bénédictins croient que El Haur ne put franchir les Pyrénées, & qu'il se contenta de soumettre la Tarragonaise. Mais cette province avait déjà été envahie par les Arabes dès l'année 713. D'ailleurs, des auteurs arabes affirment que, franchissant les défilés de Girone, il ravagea le Roussillon, puis se jetant sur la Septimanie, il parcourut en tous sens les campagnes de Carcassonne & de Narbonne. Il mit le siége devant cette dernière ville, la prit dans le courant de l'année 719 & en fit le chef-lieu de la domination arabe en deçà des Pyrénées. Les chroniques d'Aniane & de Moissac rapportent exactement la date de cette prise; mais elles se trompent sur le nom du chef qui en eut la gloire. Elles l'attribuent à El Samah, dont le gouvernement ne commença qu'en 721. Elles exagèrent peut-être aussi lorsqu'elles disent que les hommes de Narbonne furent tous passés au fil de l'épée, les femmes & les enfants emmenés captifs en Espagne, & que la ville resta déserte. Il est certain que les dépouilles de Narbonne furent très-considérables. «La première spoliation des églises de Narbonne par les Arabes, dit Fauriel, dut avoir lieu à la prise de cette ville par El Haur, bien qu'un célèbre historien musulman en fasse un épisode de la première invasion de la Septimanie par Moussa. Ce fut alors, & de l'une de ces églises, que les conquérants enlevèrent ces sept figures ou statues en argent, fameuses chez les historiens nationaux de la conquête, & dont la prise figura longtemps dans les traditions des Arabes andalousiens, comme l'incident le plus merveilleux de la prise de Narbonne.» M. Reinaud recule jusqu'à l'année 721 l'incursion des Arabes dans la partie méridionale de la France. Suivant lui, ce fut El Samah, le Zama des chroniques chrétiennes, qui forma le siége de Narbonne & qui s'empara de cette ville ; mais nous avons dit & les Bénédictins ont démontré que les Arabes étaient maîtres de Narbonne en l'année 719. El Samah ne fit que terminer & organiser définitivement la conquête de la Septimanie. El Haur n'eut pas, en effet, le loisir d'achever son œuvre. Le gouverneur de l'Afrique, dont il dépendait, l'ayant dénoncé au kalife Yazid ben Abd el Melek, celui-ci donna l'ordre de le déposer & de mettre à sa place El Samah ben Abd el N1elek, celui que les chroniques latines & les historiens de la province de Languedoc désignent sous le nom de Zama (Histoire générale de Languedoc avec des notes et les pièces justificatives, Tome 1, 1872 - books.google.fr, fr.wikipedia.org - Conquête musulmane de la péninsule Ibérique).

 

À l'époque, les Sarrasins, maîtres de l'Espagne, s'étaient installés dans des territoires au-delà des Pyrénées, le Béarn, le Comminges, les Corbières et le Languedoc et, pillards comme tout le monde, ils faisaient des razzias vers le nord, le long du Rhône et sur la côte atlantique jusqu'en Gascogne. Eudes, le duc d'Aquitaine, en était évidemment contrarié. En 721, à Toulouse, il avait déjà infligé une raclée à une expédition de Sarrasins, mais ils ne semblaient pas se l'être tenu pour dit ; ils recommençaient (Gerald Messadié, 4000 ans de mystifications historiques, 2011 - books.google.fr).

 

"feu"

 

La flotte byzantine n'avait pas mené de bataille navale depuis 468 et cette expérience, contre les pirates vandales, avait été désastreuse : près de 1100 navires à l'ancre sur le Cap Bon avaient été incendiés par des brûlots. Une arme sauve toutefois Constantinople des flottes arabes qui en 674, 678 et en 718 viennent dans les eaux du Bosphore. C'est le feu grégeois, c'est-à-dire grec, un mélange de naphte, de chaux vive, de soufre et de poix dont on prête l'invention à un certain Callinicos de Syrie. Ce mélange incendiaire avait la propriété de brûler sur l'eau. Il était projeté par des siphons, véritables lance-flammes ou dans des amphores formant des bombes incendiaires (Les constantes géostratégiques tirées des grands conflits en Méditerranée: Toulon, les 25 & 26 avril 1996, 1997 - books.google.fr).

 

Cf. quatrain IV, 23.

 

Et quant à ce que cet Esprit, lumiere ou feu viuifiant est la seule cause de la Generation, les Latins ont vsé du mot de igna qui vient du Verbe Gignere, engendrer. Ils ont encore le verbe Vro, qui signifie ie brusle, lequel ne s'esloigne pas du mot Hebreu Or, representant vn autre effect de la lumiere qui est son ardeur, mais Ardeur tres pure & moderée, qui au lieu de consommer, viuifie & conserue puissamment toutes les choses qui sont és trois Genres sublunaires (Les Oeuvres de David de Planis Campy contenant les plus beaux traictez de la medecine chymique que les anciens autheurs ont enseigné, 1646  - books.google.fr).

 

Le feu du ciel consuma l'holocauste d'Aaron à la vue de tout le peuple, qui en loua le Seigneur, tandis que deux des fils de ce pontife, Nadab et Abiu , furent devorés par des flammes sorties de l'autel, pour avoir osé y offrir, contre la défense de Dieu , un feu et un encens étrangers. Aaron mourut l'an 1452 avant J. C., à l'âge de 123 ans, dont il avait passé 40 dans l'exercice du sacerdoce. Il rendit le dernier soupir entre les bras de Moïse, sur la montagne d'Hor, à la vue de la terre promise, après laquelle il soupirait, comme tous les bons Israelites, mais dans laquelle/il ne put entrer, en punition de la défiance u’il avait montrée de la uis‘sanoe divine, lorsque Moïse, sur ‘ordre de Dieu, frappa e rocher dans le désert de Cadès pour en faire jaillir une source d'eau (Encyclopédie Catholique: répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers, formant une bibliothèque universelle, Tome 1, 1839 - books.google.fr).

 

Dans une version de la Chanson de Roncevaux, Charlemagne, sous l'égide d'un ange, rêve que son camp est assailli de feux célestes (Jean-Henri Bormans, La chanson de Roncevaux, fragments d'ancienne rédactions thioises, 1864 - books.google.fr).

 

Charles Martel

 

714 : Mort de Pépin d'Héristal à Jupil l'une de ses métairies, près de Liège, sur la droite de la Meuse. Sa concubine Alpaïde se retire dans un monastère. outre les enfans de ce grand homme déjà cités, il y a encore un Childebrand que plusieurs font trisaïeul de Robert-le-Fort ; et par conséquent tige de la troisième race de nos Rois. Plectrude, sa femme officielle, administre les trois Royaumes sous le nom d'un roi de dix-sept ans et d'un enfant de cinq ans. Le nom de Pépin conserve tant d'autorité que la disposition qui avait fait un maire du palais de Théodebald est respectée. Cet enfant se trouve donc herezoghe ou duc indépendant d'Austrasie et maire du palais de Neustrie et de Bourgogne. Plectrude qui a pris en haine Karl (Charles) Martel, fils d'Alpaïde, le fait confiner dans une obscure retraite, aux environs de Cologne. Révolte des Neustriens contre Plectrude, veuve de Pépin et duchesse d'Austrasie. Elle marche contre les révoltés à la tête d'une armée ; mais les Austrasiens sont battus dans la forêt de Compiègne. Plectrude fuit avec son petit-fils Théodebald, poursuivie par Dagobert dont les leudes neustriens et surtout un certain Rainfroi (Ragaufried), ont réveillé quelques instants le courage.

 

Mort du jeune maire Théodebald. Dagobert se laisse donner par les Neustriens vainqueurs un autre Maire du Palais ; c'est Rainfroi, général de l'armée. Ce chef actif se joint à Radbod, duc des Frisons, pour écraser les Austrasiens. Plectrude disperse les débris de son armée dans ses forteresses et s'enferme elle-même dans Cologne, avec les trésors de Pépin. Charles Martel, profitant des revers de Plectrude, s'échappe de sa prison de Cologne et se montre en Austrasie. Il est aussitôt proclamé Duc et Prince.

 

715 : Mort de de Dagobert III, âgé de dix-huit ans. Il laisse un fils d'un an, qui fut nommé Thierri de Chelles, parce qu'il avait été élevé dans cette abbaye. Charles Martel, non moins adroit et plus guerrier que son père, arrêté d'abord par des rivaux qui lui disputent un trône en tutelle, s'élance rapidement au Premier rang, mais sa fortune est trop jeune encore, il n'ose s'y fier. Content de son titre de Maire du Palais, il donne aux Austrasiens pour Roi, Clotaire IV, issu du sang royal par Thierri II.

 

716 : De son côtê, le maire Rainfroi abandonne le petit Thierri fils du roi précédent, fait sortir du monastère où il était enfermé, Daniel, âgé de quarante-quatre ans, et lui fait prendre le nom de Chilpérik II. Ce prince se montre digne de n'être pas confondu parmi les Rois fainéants ; il est un véritable chef frank dont Rainfroi n'est que le lieutenant. Chilpérik II se ligue avec le duc de Frise, il veut s'emparer de l'Austrasie où règne Clotaire IV ou plutôt Charles Martel. Radbod, duc des Frisons, rassemble une armée qui doit se joindre à celle de Chilpérik pour cette expédition ; mais Charles veut battre séparément le deux princes alliés; il marche au duc de Frise, lui livre une bataille et la perd. Son premier combat est une défaite, ce sera la seule. Il se jette avec 500 hommes, débris de son armée, dans la fôret des Ardennes. Alors les Frisons et les Neustriens se joignent sans obstacles, ravagent le pays et viennent mettre le siège devant Cologne. Plectrude le leur fait lever à force d'argent. Le duc de Frise retourne dans son pays, et Chilpérik et Rainfroi se mettent en marche pour rentrer dans la Neustrie; ils devaient passer près de la forêt des Ardennes. C'est là que les attendait Charles et ses 500 soldats. Chilpérik sans défiance, établit son camp à Amblef, ancienne métairie des Rois autrasiens. Charles et sa troupe sortent de leur retraite, attaquent le camp endormi, y répandent l'épouvante, et ce n'est qu'avec peine que Chilpérik et Rainfroi parviennent à s'échapper.

 

717 : L'Emir Alahor, le premier de tous les généraux musulmans, franchit les Pyrénées, à la tête d'une nombreuse armée, prend et pille les villes de Carcassonne, de Narbonne, de Béziers, de Nîmes, et s'avance d'un côté jusqu'au Rhône, et de l'autre jusqu'à la Garonne. Mais les belliqueuses nations de ce contrées se réveillent au nom de Sarrasins et après trois années de courses, de ravages et d'efforts infructueux, Alahor est contraint d'abandonner les villes conquises et de repasser en Espagne. Le khalife Omar II, successeur de Suleïman, le destitue et nomme à sa place El Samah.

 

Bataille de VINCI ou Vénéchi près de Cambrai. Le roi de Neustrie et le duc d'Austrasie ont réuni de nouvelles troupes, ils en viennent aux mains. Le Roi est vaincu, il se retire en Aquitaine et Charles marche sur Paris qui lui ouvre ses portes, l'acharnement avait été tel de part et d autre et le nombre de morts si considérable, qu'un demi siècle après le souvenir n'en était point éteint. Charles marche vers Cologne, et Plectrude, qui n'ose lui résister, lui livre la ville et les trésors de Pépin. Chilpérik et Rainfroy se retirent chez le duc d'Aquitaine, Charles le somme de les lui livrer. Eudes intimidé traite avec ce vainqueur qui n'ayant plus rien à craindre de Chilpérik, le reconnait Roi de toute la monarchie. Charles abandonne l'Anjou à Rainfroi, se fait nommer Maire des trois royaumes, et s'assure de Plectrude, vieille femme remuante et ambitieuse. Chilpérik II meurt à Noyon, sans enfans (C. Mullié, Fastes De La France Ou Tableaux Chronologiques, Sÿnchroniques et Géographiques De L'Histoire De France: Depuis l'établissement des francs jusqu'à nos jours, 1841 - books.google.fr).

 

"vieillard", pour l'époque

 

Après la mort du roi de Neustrie, Dagobert III (715), le maire du palais Raginfred tira d’un couvent un prince nommé Daniel, fils prétendu de Childéric II, et que les Francs neustriens reconnurent pour roi sous le nom de Chilpéric II. Il devait avoir au moins 42 ans. Il y avait près d‘un siècle que la monarchie n’avait en un chef aussi avancé en âge (Dictionnaire de la conversation et de la lecture, Tome 5, 1834 - books.google.fr).

 

"Hasse, des saxons & Turinge"

 

Pepin, que les modernes ont surnommé d'Héristal, du nom d'un château qu'il habitait souvent, près de Liège et sur les bords de la Meuse, avait triomphé des rois au nom de la haute aristocratie. Son aïeul, saint Arnolphe, avait, à ce qu'assure son biographe, réuni le gouvernement de six provinces de l'Austrasie, avant d'être, en 610, promu à l'évêché de Metz ; le crédit d'Arnolphe avait daré autant que sa vie, et il avait laissé à ses enfants les plus riches possessions et les emplois les plus importants. A cet héritage paternel, Pepin joignait celui de son aïeul maternel, Pepin, que les modernes ont nommé de Landen; s'il en avait été dépouillé quelque temps pendant les guerres civiles, la victoire lui avait rendu plus qu'il n'avait perdu, et depuis le massacre de Dagobert II, l'Austrasie peut-être tout entière avait été réunie sous son commandement; du moins est-il le plus souvent désigné par le nom de duc de cette province. Le pays qui s'étendait des Ardennes et des Vosges jusqu'au Rhin, reconnaissait son autorité, à peu près comme les nations germaniques d'au delà du Rhin obéissaient à leurs ducs héréditaires. Les princes des Saxons, des Frisons, des Cattes ou Hessois, des Allemands ou Souabes, des Bavarois et des Thuringiens, étaient les égaux de Pepin ; ils l'avaient secondé à la guerre, et ils croyaient avoir avec lui des intérêts communs ; mais ils n'étaient nullement disposés à lui obéir ; la victoire de Testry avait assuré leur indépendance : ils voulaient bien faire encore partie de la confédération des Francs, mais ils comptaient n'avoir plus de maîtres. Dans l'Austrasie même, au milieu du duché dont Pepin portait le titre, d'autres grands seigneurs avaient, aussi bien que lui, de vastes terres qu'ils tenaient de leurs ancêtres, et qu'ils gouvernaient comme des patrimoines privés, non comme des offices de la couronne. Ils avaient combattu avec lui, et ils entendaient participer à sa victoire. Les habitants de tout ce pays étaient presque uniquement Germains d'origine ; ils s'attribuèrent , par excellence, le nom de Francs ; et en effet, ils renouvelérent les habitudes militaires et les prétentions politiques des premiers conquérants: la nation redevint tout à coup plus guerrière et plus républicaine ; depuis la bataille de Testry, l'armée des Francs et les comices des Francs semblèrent acquérir plus d'importance, tandis qu'on vit diminuer celle des maires du palais aussi bien que des rois (Jean-Charles-Léonard Simonde de Sismondi, Histoire des Français, Tolume 1, 1846 - books.google.fr).

 

Charles Martel porta ses armes au nord et au levant des Gaules, contre les Allemands , les Bavarois, les Frisons et les Saxons. Les trois premiers peuples furent contraints à reconnaître la suprématie de la France; mais les Saxons, devenus plus puissants à l'époque même où leurs voisins perdaient de leur importance, avaient les moyens de soutenir une plus longue lutte. Ils s'étaient approprié plusieurs provinces des Thuringiens et des Cattes ou Hessois ; ils avaient donné chez eux un asile aux sectateurs de leurs anciens dieux, que l'intolérance des prêtres chrétiens chassait du reste de la Germanie ; ils avaient admis dans leur confédération des peuples jusqu'alors connus sous un autre nom, en sorte que leur domination semblait s'étendre sur tout le nord de l'Europe. Leurs forces étaient doublées par la jouissance de leur antique liberté ; leur pays, sauvage et mal connu, était facile à défendre, et les irruptions de leurs ennemis n'apportaient que peu de dommage à leur pauvreté. De l'an 718 à l'an 739, Charles Martel pénétra six fois dans leur pays; mais il ne réussit point à les soumettre, et il laissa cette guerre encore entière à son fils et à son petit-fils. Il n'avait point de troupes de ligne, il ne bâtissait point de forteresses, il ne pouvait point laisser de garnisons; ses soldats ne consentaient à le suivre chaque année que pendant une saison fort courte; et avec une telle organisation militaire, il ne pouvait obtenir de succès durables. D'ailleurs les progrès des Sarrasins au Midi avaient opéré, en faveur des Saxons, une diversion puissante (Jean-Charles-Léonard Simonde de Sismondi, Histoire des Français, Tolume 1, 1846 - books.google.fr).

 

Boutefeu

 

Chilperic auoit esté esleué à la Royauté du Monaßere par Ramanfred & Ratbod ennemis de pépin, & aussi on en vint aux guerres. Charles Martel son bastard estant en prison, le parti de Chilpéric commençait à se fortifier quand voilà que Charles Martel qui s'estoit échappé de prison voulut avoir par force la charge de Maire du Palais, qu'il croioit luy estre deu comme par droit d'héritage y amassa du monde, & quoy qu'il eut esté vaincu par Ratbod, ne perdant pas neantmoins cœur, défit enfin ses ennemis. Chilperic s'enfuit en Austrasie, peu après Charles Martel fut Maire du Palais. Ramanfred ayant esté deposé : il voulut aussi r'auoir Plectrude, qui auoit esté le boutefeu de ces troubles, & secoura vne grande partie de l'Allemagne par une défaite de ceux de Suabe (Despauterius novus, seu Joannis Despauterii, P. Caroli Pajot, 1650 - books.google.fr).

 

Plectrude, du fond de l'Allemagne, pouvoit encore inquiéter ce Prince ; Charles Martel ordonna donc aux habitans du Danube de la lui rendre ; &, maître une fois de cette femme, qu'il regardoit comme le foyer de la discorde & le boute feu de la guerre, Charles ne s'occupa plus d'intrigues ; mais livré à son ardeur martiale, avide de grands évènemens, passionné pour la gloire , il voulut, en se montrant le libérateur de sa Patrie, le fléau des Sarrasins, préparer efficacement la grande révolution qu'il méditoit (Guillaume Germain Guyot, Histoire de France, Tome 1, 1788 - books.google.fr).

 

"Foix, Auch, Mazères" : en Aquitaine

 

Foix, Auch et Mazères se trouvaient dans le duché d'Aquitaine dont Eudes était le régent.

 

Si les Neustriens perdirent l'appui du duc de Frise, ils en retrouvèrent un plus redoutable dans Eudes, duc des Aquitains, fils de Boggis, petit-fils de Charibert, et descendant de Clovis par Clotaire II son bisaïeul. Ce prince avait profité de la faiblesse des rois mérovingiens pour se rendre indépendant; et depuis la bataille de Testry (687) il s'était emparé d'une grande partie du pays situé entre la Loire et l'Océan, de sorte qu'il restait peu de possessions à Chilperic II au delà de la Loire. Eudes, marchant au secours des Neustriens, arriva entre Reims et Soissons, mais pour procurer å Charles l'occasion d'un nouveau triomphe. Alors Chilperic II, ne se croyant pas en sûreté à Paris, suivit Eudes au delà de la Loire, avec ce qu'il put emporter de ses trésors. Le duc des Franks, habile à profiter de la victoire, parut bientôt à Orléans, d'où il fit sommer le duc des Aquitains de lui livrer ce prince, pour éviter à l'Aquitaine et à la Gascogne les horreurs d'une invasion. Eudes s'y résigna, et Charles traita Chilperic II comme son père avait traité Thierry III; c'est-à-dire qu'il lui laissa les honneurs de la royauté, dont il se réservait la puissance (Matthieu Richard Auguste Henrion, Histoire de France depuis l'établissement des Francs dans la Gaule jusqu'à nos jours, Tome 1, 1837 - books.google.fr).

 

La Chronique d'Auch rapporte à ce sujet ces seuls mots, qui renferment une grande plainte : "En 721 et 724, les cités et les églises de Gascogne furent détruites par les Sarrasins. Abdérame s'avança ainsi en destructeur jusqu'à Bordeaux, où, après avoir demandé du secours à Charles-Martel, Eudes, sans plus attendre, l'attaqua dès qu'il eut passé la Dordogne. La victoire resta longtemps indécise ; mais le duc d'Aquitaine fut obligé de céder au nombre. Néanmoins, quelque grande que fût sa perte, il ne laissa pas, avec le peu de troupes qui lui restaient, de s'avancer vers le lieu où Charles devait passer la Loire, et il combattit avec lui dans la fameuse bataille où Abdérame fut tué". La mémoire de cette invasion des Arabes n'est pas encore effacée dans les pays pyrénéens qu'ils traversèrent. Elle revit dans des légendes et dans les souvenirs des habitants du Couserans, du Comminges et du pays de Foix. Ainsi, on montre encore aujourd'hui plusieurs postes fortifiés par eux, qui servaient à protéger leur marche et à maintenir leurs communications avec l'Espagne.On reconnaît encore quelques-uns de ces forts à l'étymologie de leurs noms, et plusieurs de ces retranchements, que l'on rencontre au sommet des collines, dans le pays de Foix et aux environs de Montferrier, de Larroque, etc., sont regardés, par une tradition populaire, comme l'ouvrage des Maures (H. Castillon d'Aspet, Histoire du comté de Foix, Tome 1 : depuis les temps anciens jusqu'à nos jours, 1852 - books.google.fr).

 

Typologie

 

Le report de 1926 sur la date pivot 717 donne -492.

 

Dès 492 avant J.-C., Darius prépare l'invasion de la Grèce continentale, coupable à ses yeux d'avoir apporté son soutien aux cités ioniennes d'Asie Mineure révoltées. Après des succès initiaux, l'armée perse débarque non loin de de Marathon en septembre 490 avant J.-C., à environ 40 km d'Athènes. Les hoplites, guerriers lourdement armés, protégés de bronze, conduits par le stratège athénien Miltiade (540-489 av. J.-C.), chargent les troupes perses, armées légèrement, et leur infligent une sévère défaite. Cet exploit rejoint celui de Philippidès qui aurait couru de Marathon à Athènes pour annoncer la victoire, mourant d'épuisement après avoir  délivré son message. Cette course devient l'épreuve du marathon aux Jeux olympiques. Darius prépare sa revanche mais doit s'occuper d'une révolte en Égypte. Il meurt en 486 avant J.-C. sans avoir pu reprendre la guerre. Son fils Xerxès Ier (486-465 av. J.-C.) lui succède. Xerxès Ier prépare avec grand soin sa revanche, s'allie avec les Carthaginois, certaines cités grecques dont Thèbes, fait percer d'un canal l'isthme de l'Acté, réaliser un double pont de bateaux sur l'Hellespont. Une célébre bataille oppose aux Thermopyles, défilé qui commande l'accès de l'Attique, le long de la mer Égée, les armées de Xerxès Ier aux trois cents Spartiates du roi Léonidas Ier (mort en 480 av. J.C.), aidé de sept cents Thespiens et Thébains. Ils sont trahis par Éphialtès de Matis, qui indique aux Perses un sentier pour contourner l'année grecque, et massacrés. Au sonnant du mont Kolonos, lieu des derniers combats, un vers du poète Sophonide de Céos (556-467 av. J.-C.) leur rend hommage : «Passant, va dire à Sparte que nous sommes morts ici pour obéir à ses lois.» Cette défaite est alourdie par la perte d'une partie de la flotte perse, dispersée par une tempête à l'Artémision, mise à profit pour une attaque victorieuse des Grecs. Xerxès s'empare cependant d'Athènes, mais sa flotte est défaite à la bataille navale de Salamine. Il rentre en Perse, laissant à la tête des forces perses son cousin Mardonios. Ce dernier est vaincu et tué lors de la bataille de Platées, en 479 avant J.C. Ce qui reste de la flotte perte est peu après incendié au cap Mycale. Les guerres médiques sont finies, la Grèce triomphe (Jean-François Pépin, Florence Braunstein, 1 kilo de culture générale, 2014 - books.google.fr).

 

Après l'abolition du Califat

 

A la suite de l’abolition du Califat, et au milieu des protestations et des réactions négatives exprimées par les musulmans à travers leurs pays, l’idée de réunir un congrès musulman sur le Califat a été lancée. Les Ulémas de la mosquée AL AZHAR se sont réunis au Caire du 13 au 19 mai 1926 pour en débattre. Ils ont invité les différents pays musulmans en leur demandant d’envoyer leurs délégations. L’initiative des Ulémas n’était encouragée ni par les milieux politiques égyptiens, ni par le public en général. Comme conséquence, le projet a été modifié, la désignation d’un nouveau Califat n’était plus le sujet principal des travaux du congrès. Celui-ci cherchait plutôt à donner des réponses aux questions concernant la définition de l’institution du Califat, la possibilité de réaliser cette institution, ses attributions et le mode de désigner un Califat. Mais ce qui retient notre attention dans les travaux de ce congrès, est avant tout une proposition de l’une des commissions du congrès invitant les musulmans de ce réunir d’une façon régulière, dans des congrès pour échanger leurs point de vue, pour discuter de leurs problèmes, et pour trouver les solutions et les remèdes nécessaires.

 

Après sa victoire dans les régions de Najed et Hedjaz (Arabie saoudite), Ibn SEOUD (1299-1373/1881-1953) a lancé son idée de réunir les représentants des peuples musulmans dans un congrès musulman à la Mecque (du 7 juin au 5 juillet 1926). L’objectif de ce congrès était, d’une part, la discussion des problèmes de la région du Hedjaz et surtout de ceux concernant les deux villes saintes : la Mecque et Médine. D’autre part, Ibn SEOUD a voulu que les peuples musulmans reconnaissent, à travers leurs représentants, le statu quo du Hedjaz après la victoire de ses troupes et sa désignation comme Roi d’Arabie. A la fin des travaux, le président du congrès a évoqué la question de l’élection d’un comité exécutif et d’un secrétaire général appelant ainsi à la création d’une organisation musulmane. Cette dernière aurait été chargée, d’après le statut du congrès, de maintenir la permanence de ce congrès et ses réunions régulières chaque année lors de la saison de pèlerinage. Mais la nouvelle organisation musulmane n’a pas vu le jour.

 

C’est la troisième Conférence des ministres des Affaires étrangères des Etats islamiques qui s’est réunie du 29 février au 4 mars 1972 à Djedda, en présence de vingt trois délégations des Etats islamiques qui a crée, en adoptant sa Charte, l’Organisation de la Conférence Islamique (Mohammed Amin Al-Midani, Le mouvement du panislamisme: son origine, son développement, et la création de l’Organisation de la Conférence Islamique, Le Courrier du Geri. Recherches d’islamologie et de théologie musulmane, 5-6 années, volumes 5-6, n° 1-2, 2002-2003 - acihl.org/article.htm?article_id=23).

Contact