Le duc d’Aumale, frère de François duc de Guise
Le duc d’Aumale, frère de François duc de Guise

 

I, 21

 

1572-1573

 

Profonde argille blanche nourrir rocher,

Qui d’un abysme istra lacticineuse :

En vain troublés ne l’oseront toucher,

Ignorants estre au fond terre argileuse.

 

On peut mettre ce quatrain d’apparence géologique en rapport avec l’histoire. En effet la ville d’Aumale doit son nom au latin « alba margila » ou marne blanche [1], la marne étant de l’argile calcaire. Or, l’année 1573 est la date de décès du premier duc d’Aumale, Claude de Guise, frère de François Ier, duc de Guise, assassiné par Poltrot de Méré au siège d’Orléans en 1563.

 

À la mort de son frère François de Guise en 1563, il est considéré comme le nouveau chef du parti catholique. Il lance les poursuites judiciaires contre Coligny pour l'assassinat de son frère et assure la tutelle de son neveu Henri de Guise. Il fait partie des principaux chefs de l'armée royale durant les 2e et 3e guerres de religion et joua un rôle déterminant dans le massacre de la Saint-Barthélemy. Il meurt au siège de La Rochelle (fr.wikipedia.org - Claude II d'Aumale).

 

Au sujet de son fils prénommé aussi Claude, dit le chevalier d'Aumale, et du "laict", Brantôme écrivait :

 

la règle faillit en luy, que aucuns ont dict: que quiconque veut estre bien nourisson de Mars, il faut dès l 'enfance tetter du lait de Bellone. Mais celuy, comme force d'autres, n'en allaicta jamais, car il avoit esté desdié à l'Eglise, et longtemps l'ay-je veu qu'on l'appelloit M. l'abbé du Bec. Mais je vous assure que ç'a esté un très-bon et vaillant homme de guerre (Discours sur les couronnels français, t. VI, p. 205) (Hélène Germa-Romann, Du "bel mourir" au "bien mourir": le sentiment de la mort chez les gentilhommes français (1515-1643), 2001 - books.google.fr).

 

Autour de 1572, il n'y a pas de quatrain relatant directement ce massacre de 1572. Peut-être que le "subit changement" (celui de Charles IX ?) y fait allusion dans le quatrain I, 20 - 1572.

 



[1] Eric Vial, « Les noms de villes et de villages », Belin, 1983, p. 46

Contact