Désintérêt de Henri IV pour les lettres
Désintérêt de Henri IV pour les lettres

 

I, 62

 

1603

 

La grande perte las que feront les letres

Avant le cicle de Latonia parfaict :

Feu, grand deluge, plus par ignares sceptres,

Que de long siecle ne se verra refaict.

 

Les Valois-Angoulême avaient toujours encouragé les artistes, François Ier instituant le Collège des lecteurs royaux, Henri II patronnant la Pléïade, Charles IX créant l’Académie royale de musique et de poésie et Henri III l’Académie du Palais. En revanche « Henri IV n’est guère féru des choses de l’esprit non plus que de fêtes curiales ; il ne joue pas, en ce domaine, le rôle initiateur du mécène [1]. » (« La grande perte las que feront les letres »).

 



[1] Janine Garisson, « Les derniers Valois », Fayard, 2001, p. 194

Contact