La peste en France, après l’Italie, en 1652
La peste en France, après l’Italie, en 1652

 

II, 29

 

1652-1653

 

L’oriental sortira de son siège,

Passer les monts Apennins, voir la Gaule :

Transpercera du ciel les eaux & neige :

Et un chascun frappera de sa gaule.

 

La peste, (« L’oriental »), « vielle comme le monde, et presque toujours venue de l’est [1]» se déclare en France en 1651 provoquant la mort de près d’un million de personnes. On accusa Mazarin de l’avoir introduite alors qu’il était réfugié en Allemagne. La peste avait sévi 20 ans auparavant en Italie (« Passer les monts Apennins »). « Cette dernière épidémie de Mort noire réduisit en seize mois la population de Venise d’environ 150 000 à 100 000 habitants [2]».

Le dernier vers peut avoir une interprétation scientifique. En effet la peste a pour vecteur le bacille de Yersin. Or « bacille » vient du latin « bacillum » qui veut dire « verge, baguette », donc petite « gaule ». Nostradamus tirait ses connaissances sur la maladie d’Ulrich de Mayence qu’il seconda en 1527 lors de l’épidémie de peste de Bordeaux, et qui pratiquait déjà une sorte de vaccination [3].



[1] Pierre Goubert, « Le siècle de Louis XIV », le Livre de Poche – de Fallois, 1996, p. 260

[2] F.C. Lane, « Venise, une république maritime », Flammarion, 1985, p. 528

[3] Louis Schlosser, « La vie de Nostradamus », Belfond, 1985, p. 67

Contact