L’incendie de Londres
L’incendie de Londres

 

II, 51

 

1668-1669

 

Le sang du juste à Londres fera faute :

Bruslés par fouldres de vingt & trois les six :

La dame antique cherra de place haute :

De mesme secte plusieurs seront occis.

 

Il manquera un juste à Londres pour éviter l’incendie qu’elle connut en 1666 où 13 000 maisons, 87 églises furent détruites, comme il manqua dix justes à Sodome que Dieu anéantit malgré la supplique d’Abraham [1].

 

Le juste qui fait défaut est identifié par Louis Schlosser avec la nonne Elizabeth Barton [2]. Elle prophétisa la mort, dans le mois, de Henri VIII quand il se remaria avec Anne Boleyn, après son divorce non reconnu par le pape d’avec Catherine d’Aragon. La nonne fut condamnée avec 6 fidèles par 23 juges.

 

On remarque que, avec "vingt trois les six", on peut calculer 20 x 3 + 6 = 66 comme 1666. Manière de compter vigésimale comme on la retrouve dans les versions anglaises de l'Apocalypse (cf. quatrain II, 53). "score" signifie "vingt" :

 

Here is Wisdom, Let him that hath understanding count the Number of the Beast: for it is the Number of a Man: and his Number is six hundred threescore and six (An Essay to the Explaining of the Revelation, 1661 - books.google.fr).

 

Un autre incendie eut lieu en 1667 à Londres, celui de la flotte anglaise par l’amiral hollandais Ruyter.

 

Il semble bien que l'incendie de Londres ait été un simple accident, mais au mois d'avril de la même année 1666, un procès avait en lien contre un certain nombre d'officiers et soldats qui avaient comploté de renverser le roi et le gouvernement. Une partie du plan consistait à mettre le feu à la ville, à surprendre les troupes, à s'emparer de la Tour, à fermer les portes de la ville de façon à empêcher les secours, et la date choisie étant celle du 3 septembre, que les astrologues du temps marquaient comme étant favorable à des entreprises de ce genre. La Gazette de Londres du 23-26 avril déclare que «les preuves contre les personnes furent très claires et nombreuses, et celles-ci furent reconnues coupables de haute trahison». Ce que fut leur sort, nous l'ignorons : il n'en est pas parlé par Pepys, bien qu'à la date du 13 décembre, il parle de ce procès, et rappelle la coïncidence entre la date de l'incendie et la date où le projet devait se réaliser. Il ne parait pas toutefois qu'aucune des mesures projetées, en dehors de l'incendie, ait été réalisée, ou qu'on ait même essayé de les mettre à exécution (J. La Frette, Le journal de Samuel Pepys, Revue bleue, Volume 35, Numéro 2, 1898 - books.google.fr).

 

"dame antique cherra de place haute"

 

"dame" est un des noms de la peste (Nicolas de Nancel, Discours de la peste, 1581 - books.google.fr).

 

"antique" rappelle l'"antique playe" du quatrain précédent II, 50 qui parlerait de la peste anglaise en 1665, avec "playe" à entendre comme l'anglais "plague". Autrement "dame" vient du "domina" latin et "domina Luna" se traduit en grec par "Selenè despoina" employé par Héliodore dans ses Ethiopiques (X, 41, 1).

 

Pétrarque imagina dans une version de son Canzoniere la mort comme "antica donna" accompagnée de la peste (ardente compagna) (Il Canzoniere: lettura micro e macrotestuale, 2007 - books.google.fr).

 

Thielman Ier Kerver, seigneur de Mory, originaire de Coblence, installé à Paris en 1497 et mort 1522, fut libraire rue St Jacques à l'enseigne de la Claie de Fer, puis au Pont Saint Michel, à l'enseigne de la Licorne. On lui doit l'impression des Officia quotidiana sive horas où l'on trouve l'aphorisme dans un ensemble portant sur la Danse Macabre : Antiqua domina. Morte cadit prisco ritu formatus amictus. La figure correspondant est la douairière, coiffée d'un grand bonnet à cornettes (Nederlandsch archief voor kerkelijke geschiedenis, Volume 4, 1844 - books.google.fr, Xavier Barbier de Montaut, Traité d'iconographie chrétienne, Tome I, 1898 - livres-mystiques.com).

 

Mais ce n'est pas la mort qui chute. Son fils Jacques (1535-1583) édite des ouvrages de Nostradamus : L'Almanach pour l'an 1557, les Présages merveilleux pour l'an 1557, et La Grande Pronostication pour l'an 1557 (fr.wikipedia.org - Jacques Kerver).

 

C'est pendant l'épidémie de peste qui sévit en Grande-Bretagne en 1665-1667 que Newton découvre le principe de l'attraction.

 

L'attraction avait été soupçonnée dès l'antiquité la plus reculée. Anaxagore donne aux astres une tendance vers la terre, et avance que ces corps ne tombent pas à cause de leur mouvement circulaire. Démocrite, Epicure, Plutarque, partagent cette opinion. Copernic expliquait la forme sphérique des corps célestes par la tendance des parties à se rapprocher, et admettait que la pesanteur n'était autre chose que cette tendance appliquée aux corps terrestres. Tycho-Brahé pensait que les planètes étaient retenues dans leur orbite par l'action du soleil. Bacon prononce le mot d'attraction: il ajoute que cette force agissant plus fortement près de la terre, une horloge à poids doit retarder sur une haute montagne. Galilée, Fermât, Hevelius, Roberval, Kepler ont émis des idées analogues. Le dernier attribuait le flux et le reflux de la mer à l'attraction de la lune. Hook, au commencement de son Système du monde, reconnaît non seulement que les corps célestes ont une gravitation sur leur propre centre, mais encore qu'ils s'attirent mutuellement, de manière que cette attraction, combinée avec leur vitesse de translation, leur fasse décrire une courbe concave. Il ajoute que cette force diminue avec la distance, tout en avouant qu'il n'a pu trouver la loi de cette diminution. C'est donc lui qui a le plus approché du principe général de l'attraction; mais il y a bien loin, comme le fait remarquer Montucla, des conjectures de Hook et des considérations sur lesquelles il cherchait à les appuyer, aux sublimes démonstrations de Newton. C'est en 1666 que ce grand géomètre découvrit la gravitation et ses lois. Pemberton rapporte qu'étant à la campagne, où il avait cherché un refuge contre la peste de Londres, Newton vit tomber une pomme. Il réfléchit sur ce fait si familier, et se demanda si, en supposant le point de départ plus élevé, par exemple à la distance où est la lune, le corps serait tombé de même; et il n'hésita pas à adopter l'affirmative. Or, la lune ne tombe pas, il soupçonna qu'elle en était empêchée par la force centrifuge et ce fut là le point de départ de ses recherches sur la gravitation (Pierre Adolphe Daguin, Traité élémentaire de physique théorique et expérimentale avec les applications à météorologie et aux arts industriels, Tome 1, 1861 - books.google.fr, Stephen Inwood, The Man Who Knew Too Much: The Strange and Inventive Life of Robert Hook 1653 - 1703, 2011 - books.google.fr).

 

On n'est pas bien certain de l'époque précise [...] de la découverte de la gravitation universelle. Voici ce qu'en dit sir David Brewster dans sa Vie de Newton (t. Ier, p. 290) : « On ne voit pas distinctement à quelle époque Newton fut informé de la mesure plus exacte de la Terre exécutée par Picard en 1670 et fut ainsi amené à reprendre ses recherches. La méthode de Picard pour mesurer son degré, et le résultat précis qu'il a obtenu, ont été communiqués à la Société Royale le 11 janvier 1672, et les résultats de ses observations et calculs ont été publiés dans les Transactions philosophiques pour 1675. Mais, quel que soit le temps où Newton eut connaissance de la mesure de Picard, il semble être tout à fait certain qu'il ne reprit pas ses premières vues relativement à la Lune avant 1684. Pemberton nous dit que « quelques années après qu'il eut mis de côté ses premières vues, une lettre du Dr Hooke lui fit chercher quelle est la vraie figure de la ligne que parcourt en descendant un corps abandonné à lui-même d'un lieu élevé, en tenant compte du mouvement de la Terre autour de son axe » ; et que cela lui donna l'occasion de reprendre ses premières vues relativement à la Lune, et de décider, à l'aide des récentes mesures de Picard, que « la Lune paraît être retenue sur son orbite uniquement par la force de la gravité. » Mais bien que la lettre de Hooke de 1679 ait été l'occasion pour Newton de reprendre ses recherches, cela ne fixe pas l'époque à laquelle il a employé les mesures de Picard. Dans une lettre de Newton à Halley, de 1686, il lui dit que « les lettres de Hooke de 1679 furent la cause qui lui fit trouver la méthode pour déterminer les figures, méthode dont je mis de côté les calculs, lorsque je l'eus essayée dans l'ellipse, étant occupé d'autres études; et ainsi il s'écoula environ cinq années jusqu'au moment où, à votre demande, je recherchai mes papiers. » M. Rigaud considère comme évident que les figures dont il s'agit ici sont les trajectoires des corps soumis à l'action d'une force centrale, et que la même occasion l'amena à reprendre ses premières vues relativement à la Lune, et à se servir des mesures de Picard pour corriger ses calculs. Ce fut donc en 1684 que Newton découvrit que la déviation de la Lune en une minute est de 16 pieds, la même que celle des corps à la surface de la Terre. Comme son calcul tirait à sa fin, on dit qu'il fut tellement ému, qu'il se vit obligé de prier un de ses amis de le terminer (M. Delaunay, La Lune, son importance en astronomie, Bureau des longitudes, Annuaire, 1798 - books.google.fr).

 

Pemberton emploie pour la traduction "lieu élevé" "high place" (David Brewster, Memoirs of the Life, Writings, and Discoveries of Sir Isaac Newton, Tome 1, 1860 - books.google.fr).

 

"Bruslés par fouldres de vingt trois les six"

 

Foudre, tonneau, de l'allemand Fuder (tonneau) alors que le phénomène météorologique "foudre" vient du latin "fulgur" (Auguste Brachet, Dictionnaire étymologique de la langue française, 1870 - books.google.fr).

 

On trouve "fouldres" pour "foudres", par ailleurs, comme tonneaux (David de Solemne, La charge du maréchal des logis, 1653 - books.google.fr).

 

Late one September evening, in the year 1666, the king's baker was stoking his fire for the night in his bakery, in Pudding Lane. [...] Just down from the bakery, a shipbuilder's house stood, its cellar crammed with barrels of tar used to seal the seams of ships (Susan Wise Bauer, The Story of the World: History for the Classical Child: Early Modern Times: From Elizabeth the First to the Forty-Niners (Vol. 3) (Story of the World), 2004 - books.google.fr).

 

Modern excavations have unearthed the carbonised remains of twenty tar barrels in the cellar below Pudding Lane, and it was probably their explosion that catapulted burning debris into the stables of the inn next door, setting fire to the hay piled up in the yard (Robert Lacey, Great Tales from English History (Book 2): Joan of Arc, the Princes in the Tower, Bloody Mary, Oliver Cromwell, Sir Isaac Newton, and More, 2009 - books.google.fr).

 

La production et le commerce de goudron fut l'un des pans majeurs des économies de l'Europe du Nord et de l'Amérique du Nord. Sa principale utilisation était la préservation du bois des bateaux et le calfatage des coques. Le plus gros consommateur fut la Royal Navy. La demande en goudron déclina avec le développement des vaisseaux en fer et en acier, bien qu'il fût encore très utilisé pour le traitement des poteaux télégraphiques en bois. Le 11 avril 1855, MM. Gonnet et Morin à Saint-Étienne (France) ont déposé un brevet pour 15 ans portant sur l'invention d'un charbon synthétique dit « fulgor », à base de goudron (fr.wikipedia.org - Goudron).

 

Dans le langage courant, on le confond souvent avec la poix, le goudron d'origine houillère, ou l'asphalte routier dont il n'est qu'un composant (fr.wikipedia.org - Bitume).

 

L'arche était scellée avec du bitume, de la poix, "Kofer" (Genèse : 6,14). "Kofer", le bitume, a la même racine hébraïque que le mot "Kippour". A partir de cette structuration commune, la Kabbale dévoile la nature indestructible (Kofer) et Transcendantale (Kippour) du Lien, qui unit Dieu à Sa créature (Eric Daniel El-Baze, Secrets de Kabbale - Livre 1: Béréchit - (La Genèse), 2018 - books.google.fr).

 

L'étymologie la plus probable nous apparaîtra dans la mise en parallèle de kippurim avec kofer : rançon. Chez les prophètes, le sens primitif de l'expiation par le kofer a tendance à se perdre. Un glissement intervient, et l'objet de l'expiation n'est plus Dieu en tant que personne offensée, mais la faute comme telle. Cette idée est très nettement mise en relief dans certains passages, par exemple dans Is., 6:7 : « Voici donc, ceci (la braise ardente) a touché tes lèvres, ton péché est effacé, ton impureté est expiée (we-hatatkha tekhuppar). » Ou bien ib., 27:9 : « Ainsi sera expiée la faute de Jacob (ba-zot yekhuppar 'awon ya'aqov) ». I Sam., 3:14 : « C'est pourquoi je jure à la maison d'Eli — ni sacrifice ni offrande n'effaceront jamais (yitkapper) la faute de la maison d'Eli ». Prou., 16:6 : « Par la bienveillance et la fidélité, on expie le péché (yekhuppar 'awon). » A la place du prêtre qui offre le kofer, c'est maintenant Dieu lui-même qui opère l'expiation, comme par exemple dans Deut., 21:8 : « Opère l'expiation (kapper) d'Israël ton peuple », et ib., 32:43 : « (Dieu) fera l'expiation pour le pays de son peuple (we-khipper admato 'amo) ». La même terminologie est aussi employée dans Jér., 18:23 ; Ez., 16:63 ; PS., 65:4 ; 78:38 ; 79:9 ; 2 Chron., .30:18. Ce changement de langage, dans l'Ecriture, est évidemment conditionné par un changement sur le plan des idées. L'idée ancienne de la relation entre l'offense et l'expiation apparaît dans les paroles de David à Saül (1 Sam., 26:19) : « Si c'est Yahvé qui t'excite contre moi, qu'il soit apaisé par une offrande. » Cette conception n'a rien de particulièrement juif et est commune à tous les sémites. Dans le Code sacerdotal, l'idée de l'expiation suppose déjà celle d'une rupture avec Dieu intervenue à cause du péché, et la nécessité d'une réconciliation qui en découle pour la personne du pécheur. Tout péché, que ce soit het, l'égarement qui conduit l'homme loin du droit chemin, 'awon, l'iniquité dans la conduite, ou encore pesh'a, la transgression sous forme d'une révolte contre la Loi de Dieu, est avant tout une séparation, une rupture du lien qui existe entre l'homme et son Créateur : ha-nefesh ha-hotet hi tamut : « Celui qui a péché, c'est lui qui mourra » dit Ezéchiel (18:20 ; cf. Deut. 30:15-19 : PS., 1:6 ; Jér., 2:3). C'est le sentiment d'avoir été séparé de Dieu qui suggère au pécheur l'idée d'offrir un sacrifice d'expiation, et non pas le seul désir d'apaiser la colère de Dieu et d'atténuer ainsi les rigueurs du châtiment (Kurt Hruby, Le Yom-kippourim ou le jour de l'expiation, L'Orient syrien, Volume 10, 1965 - books.google.fr).

 

Psaume 66 (Vulgate 65)

 

Ps. 65,12-15 : inposuisti homines super capita nostra transivimus per ignem et aquam et eduxisti nos in refrigerium introibo in domum tuam in holocaustis reddam tibi, vota mea quae distinxerunt labia mea et locutum est os meum in tribulatione mea holocausta medullata offeram tibi cum incensu arietum offeram tibi boves cum hircis diapsalma

 

Ps. 66, 12-15 : tu fis chevaucher à notre tête un mortel; nous passions par le feu et par l'eau, puis tu nous as fait reprendre haleine. Je viens en ta maison avec des holocaustes, j'acquitte envers toi mes voeux, ceux qui m'ouvrirent les lèvres, que prononçait ma bouche en mon angoisse. Je t'offrirai de gras holocaustes avec la fumée des béliers, je le ferai avec des taureaux et des boucs (www.psaumes.site-catholique.fr).

 

Ce salut à travers eau et feu peut rappeler l'Exode, à travers la mer des Joncs et la "calcination" au désert (Nb 11,1-3) (Olivier Béguin, Traduction oecuménique de la Bible: Ancien Testament, Tome 1, 1976 - books.google.fr).

 

La pomme

 

Sources differ as to time and origin of the first cultivated apples in the New World. Some say that Puritan governor John Endecott brought the first ones, others that the first French colonists in early 17thcentury Quebec raised the first North American apples. Anglican clergyman William Blaxton apparently raised the first named American variety of apple—the Yellow Sweeting—on Beacon Hill in Boston about 1640. “New Englanders grew apples not so much for eating as for animal feed and cider making,” wrote naturalist Sue Hubbell. The oldest apple variety surviving today is probably the Pomme d'Api, a small yellow or red fruit that originated in ancient Rome, known today in North America as the Lady or Christmas Apple. [...] A falling apple (reputedly a Costard variety) bopped Sir Isaac Newton on the head at Woolsthorpe Manor in England, according to Voltaire, thereby inspiring Newton's theory of gravitation. Protestants in England embraced the apple as spiritually superior to the Roman Catholic grape—thus transportation of apple trees to the New World looked somewhat beyond an exclusively secular matter of fruit culture (John Eastman, Amelia Hansen, Book of Field & Roadside: Open-Country Weeds, Trees, and Wildflowers of Eastern North America, 2003 - books.google.fr).

 

Il existe une pomme-dame, variété cultivée autrefois en Normandie à Cully (Calvados)

 

Au village de Cully, à trois ou quatre lieuës de Caen se trouue vne espèce de pomme qui fait bon sidre, & des premiers prests à boire, comme le Renouuet, mais il ne se peut garder longuement. La pomme s'appelle Pomme Dame ou Pomme de dames (Julien Le Paulmier, Traité du vin et du sidre (De vino et pomaceo), traduit par Jacques de Cahaignes, 1896 - books.google.fr).

 

Julien Le Paulmier de Grantemesnil, né en 1520 à Agneaux et mort en décembre 1588 à Caen, est un médecin français protestant. Jacques de Cahaignes (1548 - 1612), traducteur du traité du vin et du sidre (De vino et pomaceo)était un de ses élèves (fr.wikipedia.org - Julien Le Paulmier).

 

À l'époque de Shakespeare (1564-1616) et encore longtemps après, la pomme Costard était la plus utilisée pour la préparation des "pies", sortes de tartes. Le mot costermonger est attesté en 1514, aujourd'hui le "marchand de quatre saisons" mais primitivement le "costard monger", c'est-à-dire le marchand de pommes Costard. Le nom de cette pomme était devenu un terme générique désignant la pomme par excellence, le fruit le plus populaire. Il est amusant de noter l'existence d'un personnage appelé Costard dans l'une des premières pièces de Shakespeare écrite vers 1590, Love's labour's lost (Peines d'amour perdues). C'était une sorte de bouffon dont le nom venait de celui de la pomme. Par plaisanterie, au XVIe siècle en Angleterre, la pomme servait à désigner familièrement la tête ; en France c'est plutôt la poire qui a le même sens à partir du XIXe siècle. Il semble que la pomme Costard fut présentée pour la dernière fois en 1883 dans deux expositions dans les comtés de Hereford et de Gloucester. Depuis, elle a officiellement disparu ; peut-être existe-t-elle encore, anonyme et oubliée, dans quelques jardins familiaux ou dans quelques fermes du Herefordshire ? Espérons le ! Dans les ouvrages anglais de pomologie il est fait état de trois variétés de couleur jaune-verdâtre, de saveur acide ou aigrelette, avec un extérieur souvent un peu côtelé, se conservant bien. Cela pourrait correspondre à la variété appelée en France la Costard jaune (Claude Hurel, Lesq costards : des pommes et des hommes, Revue de l'Avranchin et du pays de Granville, Volume 77, 2000 - books.google.fr).

 

L'étymologie de costard a d'ailleurs été mis en relation avec le latin costa : la côte (cf. la côte d'Adam et la pomme d'Adam au jardin d'Eden en lien avec le péché originel).

 

The 'costard apple' is mentioned in the fruiterers' bills of Edward I (1292), when it was sold for one shilling the hundred under the name of “poma costard.” It is curious to note that this costard apple gives us the original meaning of our word coster in the compound costermongeiy 'an itinerant seller of 'fruit.' Formerly the word was spelt costerd- or costard-monger, and Professor Skeat tells us that in Drant's Horace the former spelling occurs as the translation of pomarius in Sat. II. 3, 227. In the 'Promptorium Parvulorum' (p. 94) costard is explained by 'appulle,' quiriunwn. Drant's lines run thus : — 'The prodigall, by witte worde hath Ten talentes: in his heate He biddes the costerdmongers and Thappothyearies neate.' In Shakespeare's time the costermonger appears to have been specially the fruitseller, for Ford, the dramatist (born 1586), makes one of his characters say, “Upon my life he means to turn costermonger, and is projecting how to forestall the market. I shall cry pippins rarely." (Edinburgh Review, Or Critical Journal, Volumes 157 à 158, 1883 - books.google.fr).

 

Shakespeare qui, dans sa comédie Cymbeline, a entremêlé les éléments de plusieurs contes populaires, s'est inspiré de certains épisodes de celui-ci qu'il est facile de reconnaître. La belle Imogène fuit aussi une marâtre ; elle est accompagnée par un serviteur qui refuse de la tuer et rapporte un linge sanglant comme témoignage ; elle arrive à une caverne où elle entre et prélève une part du repas des occupants qui arrivent peu après, deux jeunes gens menant une vie demi-sauvage ; et, et, bien qu'elle soit déguisée et passe pour un garçon, elle s'occupe du travail intérieur ; elle prend un breuvage qu'a fait confectionner sa marâtre et tombe en léthargie, pleurée par ses jeunes compagnons qui la croient morte (Paul Delarue, L'amour des trois oranges et autres contes folkloriques des provinces de France, 1947 - books.google.fr).

 

C'est la vieille femme, ratatinée comme une pomme ridée, qui offre le fruit frais, empoisonné à moitié, à Blanche Neige.

 



[1] Génèse 18, 32

[2] Louis Schlosser, « La vie de Nostradamus », Belfond, 1985, p. 102

Contact