Conséquences économiques de la persécution des protestants
Conséquences économiques de la persécution des protestants

Exode des Protestants hors de France

 

II, 83

 

1692

 

Le gros traffic du grand Lyon changé,

La plus part tourne en pristine ruine :

Proye aux souldars par pille vendange

Par Jura mont & Sueve bruine.

 

La révocation de l’Edit de Nantes par celui de Fontainebleau en 1685, provoque l’exil de nombreux protestants et la ruine économique de certaines régions françaises.

« D’après les estimations les plus sûres, 200 à 250 000 personnes sont parties[…] La Suisse est sillonnée par les routes du refuge, à partir du Léman, le long du Jura […] Les réfugiés […] se dirigent, à pieds ou en bateau, vers l’est et le Brandebourg ou, le plus souvent, vers Francfort [1] » (« Sueve » désigne une région allemande : la Souabe).

« Certaines provinces, la Saintonge, le Poitou, la Touraine, le Lyonnais furent momentanément ruinées [2] ».

Les dragonnades depuis 1680 (« proye aux souldars ») forcent les protestants à se convertir. Commencées dans le Poitou, elles sont généralisées. Elles consistaient « à loger des dragons chez les protestants ; les soldats se conduisaient comme en pays conquis, saccageant les maisons, torturant les habitants qui, pour échapper à leurs bourreaux, se hâtaient d’abjurer.[3] »

 



[1] M. Magdelaine, l’Histoire n° 77, p. 69 & 70

[2] A. Malet et J. Isaac, « XVIIème & XVIIIème siècles », Hachette, 1923, p. 208

[3] ibid., p.205

Contact