Le grand Condé et le Charolais

Le grand Condé et le Charolais

 

II, 76

 

1687

 

Foudre en Bourgogne fera cas portenteux,

Que par engin homme ne pourroit faire :

De leur senat sacriste fait boiteux,

Fera sçavoir aux ennemis l'affaire.

 

Dans la chanson de geste Girart de Roussillon, le miracle des gonfanons brûlés, qui met fin à la meurtrière bataille de Vaubeton, et le miracle de Vézelay (laisses 640-644) qui disculpe la comtesse Berthe que Girart avait un instant et à tort soupçonnée d'infidélité, sur la foi de calomnies. La première de ces manifestations éclatantes de la volonté divine nous intéresse ici au premier chef, puisqu'elle sépare les deux armées à l'instant où la bataille fratricide tourne à la boucherie et que, la foudre consumant au même instant leurs  enseignes respectives, elle est signe d'une égale réprobation à rencontre du roi comme de Girart, qui frappe sans discrimination et le suzerain jaloux et le vassal révolté (laisses 171-172) (Alain Labbé, Guerre sainte et guerre privée dans les chansons de geste, Littérature et religion au Moyen Age et à la Renaissance, 1997 - books.google.fr).

 

Le « sacriste » est le sacristain, fonction ecclésiastique, que l'on retrouve dans la Chanson de Girart de Roussillon, le secretain, un "preudhomme" (sage, avisé), de l'abbaye de Pothières dont un moine écrivit le roman en question.

 

Il doit s'agir de "senat" (sensé du latin sanatus) et non de "Sénat", mot de vieux français qualifiant un "bibe" (évêque) dans ce même roman. L'"affaire" aussi mentionnée est

 

"Oncle Girart, dit Fourques, et li autre barnés, / Pour Dieu, or ne soit plus si fel rois esparnés : / Fasons autel de lui com il veltde nous faire; / Quar assés sumes gent pour eschuïr l'affaire" (echuir... : Venir à bout de l'affaire). Girart et sa femme Berthe devenus saints guérissent estropiés, aveugles, sourds, muets et boîteux ("clop"). Le secretain ouvre la porte de son abbaye à une boiteuse guérie miraculeusement nommée Engiersen, une religieuse. Il a aussi une vision, celle de Berthe, morte, et des âmes qui l'entourent au Paradis (Girart de Rossillon, présenté par Thomas Joachim Alexandre Prosper Mignard, 1858 - books.google.fr, M. Raynouard, Dictionnaire de la langue des troubadours, Tome 3, 1840 - books.google.fr).

 

Dans son ensemble, l'aire sémantique de sage dans les chansons de geste de 1150-1180 est ici nettement et largement dominée par le registre intellectuel. Celui-ci présente, d'ailleurs, une fragmentation sémique fort importante ; le savoir-faire et le savoir y jouent un grand rôle. [...] Les groupements associatifs, qui sont souvent le signe d'une bonne intégration du terme dans son contexte, ne sont fréquents que dans le registre intellectuel, tout particulièrement dans Girart de Roussillon. Ce fait est à mettre en relation avec d'autres : c'est dans Girart de Roussillon que le registre social fait son apparition ; c'est dans cette chanson que le registre moral touche au registre social avec le sémème « réservé », qui, d'une certaine manière, s'inscrit dans l'idéologie courtoise ; c'est, d'ailleurs, encore dans Girart de Roussillon que, aussi bien dans les groupements associatifs que dans les couples, cortois fait le plus souvent son apparition ; cet adjectif peut, il est vrai avoir des valeurs diverses. Le fait est que, dans Girart de Roussillon, plus encore que dans Raoul de Cambrai, la femme et l'amour ont une part sérieuse dans le déroulement de l'intrigue, sans que, pour autant, ces chansons révèlent une trace quelconque de l'amour typiquement courtois. Toutes ces remarques prouvent que Girart se situe en marge des chansons de geste (C. Brucker, Sage et sagesse au Moyen Age (XIIe et XIIIe siècles): étude historique, sémantique et stylistique, 1987 - books.google.fr).

 

Les Bénédictins de Pothières, à défaut des œuvres de Luther, disposaient de l'Histoire des actes et écrits du réformateur par son adversaire Jean Dobeneck, dit Cochlàus (1479- 1552), premier pamphlet catholique (1549), violent et malveillant (Les ouvrages prtestants dans quelques bibliothèques monastiques, Terres d'Alsace, chemins de l'Europe: mélanges offerts à Bernard Vogler, 2003 - books.google.fr).

 

Les Histoires de Charles Martel de 1463, et surtout les Croniques et Conquestes de Charlemaine, offertes au duc en 1458 ont été composées par David Aubert. Tandis que dans le premier ouvrage il s'agit notamment des histoires de Charles Martel, de Girard de Roussillon et de la famille des Lorrains puisées à un poème perdu sur Charles Martel, à une chanson remaniée de Girart de Roussillon et au cycle de la Geste des Lorrains, David Aubert a eu dans les Croniques et  Conquestes l'ambition de donner à ses lecteur une histoire complète de Charlemagne en recourant à autant de poèmes épiques que possible ayant trait à son héros,  tout en racontant les événements de Roncevaux selon une Chronique du Pseudo-Turpin  (Hans-Erich Keller, La chanson de geste au XVème siècle, La recherche: Bilan et persepcetives : Actes du Colloque international, Université McGill, Montréal, 5-6-7 octobre 1998, Volume 1,Numéros 44 à 45, 2000 - books.google.fr).

 

Le rêve de domination sur le royaume de France du comte de Charolais, même si sous une forme ironique et désabusée, avait été réalisé sur papier par l'écrivain de Hesdin: les Histoires de Charles Martel ne pouvaient être étrangères aux ducs de Bourgogne qui y voyaient une projection de leurs désirs. Pour en venir brièvement aux modèles utilisés par David Aubert, on s'est souvent rangé à l'avis de Gaston Paris, lequel avait constaté qu'Aubert disposait de sources excellentes, en partie perdues aujourd'hui (Luciano Rossi, Les "Histoires de Charles Martel" de David Aubert, Recherches sur la littérature du XVe siècle, 1991 - books.google.fr).

 

Une miniature du manuscrit 6 de Bruxelles, nous montre précisément le duc de Bourgogne rendant visite à David Aubert dans son atelier. Cazaux conjecture que Philippe a également surveillé la création de Girart de Roussillon, dont la matière lui tenait tant à cœur en raison de ses aspirations politiques. Comme Philippe avait visité Pothières en 1433, le même savant a probablement raison de spéculer que le duc y a emporté au moins une copie du poème du XIVe siècle, qu'il s'agissait sans doute soit du manuscrit de Bruxelles soit de celui de Paris. Étant donné que c'est seulement ce dernier qui est édité (bien que fort médiocrement), nous allons baser nos comparaisons sur celui-ci (Hans-Erich Keller, Facture d'une mise en prose, "Si a parlé par moult ruiste vertu": mélanges de littérature médiévale offerts à Jean Subrenat, 2000 - books.google.fr).

 

L'armée mit le siège devant Mussy-le-Châtel, l'une des places à reconquérir, tandis que le samedi 11 juillet, au plus tard, le duc et la duchesse parvenaient à l'abbaye de Pothières. Deux jours plus tard, Philippe le Bon conduisit sa femme à Châtillon-sur-Seine et revint dans la même journée à Pothières. Il ne quitta le monastère que le dimanche 19, après la capitulation de la garnison de Mussy. Peu après, il devait emporter Lézinnes, puis Pacy, enfin Avallon, qui s'ouvrit à lui le 17 octobre : il prit la peine d'en donner avis à Charles VII par une lettre personnelle. Pendant ce temps, le séjour de la duchesse se prolongeait à Dijon où, le 11 novembre, naissait le petit comte de Charolais, que son père, vingt jours plus tard, fit chevalier de la Toison d'Or. Il est inutile d'insister davantage sur la portée de ce voyage de la Cour bourguignonne dans le vieux duché patrimonial, origine de sa grandeur (René Louis, La Chanson de geste et le mythe carolingien: mélanges René Louis, Tome 2, 1982 - books.google.fr).

 

Le comte de Tonnerre reparaissait alors à la cour de Bourgogne, où un incident regrettable fournissait au duc un prétexte pour poursuivre l'œuvre de ses rancunes. Louis de Châlon, qui ne participait que trop à la licence des mœurs de cette triste époque, et avait répudié Marie de Trémouille, sa femme, dont il avait obtenu d'être séparé pour cause de parenté, par une bulle du Saint-Père, séduisait, enlevait et épousait une demoiselle d'honneur de la duchesse, appelée Catherine de Périllieux. Alors, le duc, affectant une grande colère, transformait en reprise de fief et en confiscation la saisie qu'il n'avait jamais levée sur les fiefs du Tonnerrois. Il faisait même ordonner, le 15 janvier 1411, dans le conseil royal, où il était maître absolu, cette confiscation au nom du roi, et s'en faisait nommer gouverneur. Puis, douze jours seulement après, par une étrange et audacieuse contradiction, agissant comme si cette confiscation lui était abandonnée, il transmettait, par un acte de donation formelle, à son fils, le comte de Charolais, les fiefs de Cruzy, Griselles, Laignes et Pothières, et adressait au bailli de la Montagne l'ordre de mettre à exécution cet acte d'investiture. Des commissaires envoyés par ce magistrat allaient dans tous les châteaux et les villages « mettre et asseoir sur tous « les lieux, places et églises parochiaux, les panonceaux « des armes du seigneur comte de Charolais. » (A. Challe, Histoire du comté de Tonerre, Bulletin de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l'Yonne: 1875, 1875 - books.google.fr).

 

Typologie

 

De Fontbrune interprète ce "Foudre" comme Napoléon Ier, "foudre de guerre", le grand Condé en était un autre en ces années 1680.

 

Le Charolais est souvent disputé entre la France et l'Espagne. Le traité des Pyrénées de 1659 met fin à la guerre entre la France et l'Espagne commencée en 1635. Le comté de Charolais est toujours aux mains des Habsbourg d'Espagne, mais le traité prévoit que Philippe IV doit verser un million de francs au prince de Condé, dit le Grand Condé, pour le dédommager de l'aide qu'il avait apporté au roi d'Espagne. Cependant Philippe IV n'est pas en mesure de lui payer cette somme. Louis XIV fit d'abord confisquer ce pays vers 1674, et s'en saisit définitivement en 1684, au profit du grand Condé qui se le fait adjuger par arrêt du Parlement de Paris, le 28 mars 1684.

 

Il devint au XVIIIe siècle l'apanage de Charles de Bourbon-Charolais, comte de Charolais, prince qui n'est connu que par ses débauches et sa cruauté. La dernière héritière du comté, Élisabeth-Alexandrine de Bourbon-Condé (1705-1765), mademoiselle de Sens, fille de Louis III de Bourbon-Condé, cède le comté au roi de France Louis XV contre, notamment, la terre de Palaiseau. Le Charolais est finalement réuni à la Couronne en 1761. Quant aux États de Charolais, ils sont supprimés et leurs attributions passent aux États de Bourgogne (fr.wikipedia.org - Charolais (pays), Georges Touchard-Lafosse, La Loire historique, pittoresque et biographique, Tome I, 1840 - books.google.fr).

Contact