Comète de 1664-1665, annonciatrice de catastrophes
Comète de 1664-1665, annonciatrice de catastrophes

 

II, 46

 

1664-1665

 

Après grand trouble humain plus grand s’apreste :

Le grand moteur les siecles renouvelle.

Pluie sang, laict, faline, fer & peste :

Au ciel veu feu, courant longue estincelle.

 

La « longue estincelle » est la comète qui parut fin 1664 et au commencement de 1665 qui fit sensation. « Le roi Louis XIV avait témoigné une grande curiosité à son sujet et c’est peut-être pour la satisfaire que fut convoqué, le 15 janvier 1665, au collège des Jésuites de Paris – appelé alors collège de Clermont et devenu plus tard le collège Louis le Grand -, ce qui fut sans doute le premier colloque consacré à la physique des comètes [1] ». « Les astrologues révélèrent qu’elle menaçait l’univers des plus affreux désastres. Or à cette époque, une épidémie de peste se déclara ; Londres fut particulièrement touché ; 100 000 personnes furent emportées en 5 mois sur 150 000 qui n’avaient pu fuir la ville [2] ».

En 1665, du 27 mars au 20 avril, une autre comète fut visible et annonciatrice de l’incendie de Londres de l’année suivante (voir quatrain II, 51).

 



[1] M. Festou, Ph. Véron, J.C. Ribes, « Les comètes, mythes et réalités », Flammarion, 1985, p. 80

[2] ibid., p. 123

Contact