Déclenchement de la guerre des Camisards

Déclenchement de la guerre des Camisards

 

II, 97

 

1702-1703

 

Romain Pontife, garde de t’approcher

De la cité qui deux fleuves arrose :

Ton sang viendras au pres de là cracher,

Toy & les tiens quand fleurira la rose.

 

La guerre des Camisards est déclenchée, le 31 juillet 1702, par l ‘assassinat de l’archiprêtre des Cévennes, l’abbé du Chayla « prêtre désintéressé, mais fanatique [1] » (« Romain Pontife », désignant généralement le pape, mais un pontife, dans la Rome antique, était un simple prêtre et « Romain » peut désigner un catholique romain par opposition aux protestants). Le meurtre eut lieu au Pont de Montvert (jeu de mot avec « Pontife ») au confluent du Tarn et du Rieumalet (« fleuves » du latin « fluvius » désignant aussi une rivière).

La guerre fut précédée et accompagné par une vague prophétique portée surtout par les jeunes qui, entre autres, parlaient « en langues » qu’ils ne connaissaient pas, comme le firent les Apôtres lors de la première Pentecôte, appelée en Italie Pâques des Roses (« quand fleurira la rose »).

Les protestants cévenols tinrent tête à deux maréchaux de Louis XIV qui ordonnera le transfert de la population des montagnes dans la plaine. Pour cela les maisons sont incendiées et leurs voûtes défoncées : c’est le « grand brûlement des Cévennes ».

Un de leurs chefs, Cavalier, est battu à Nages en 1704 et accepte de discuter avec le maréchal de Villars tandis que Rolland continue la lutte. Finalement, les protestants n’obtiendront rien, et leur foi sera toujours pratiquée dans la clandestinité, au « Désert ».

 



[1] Emmanuel Le Roy Ladurie, « Histoire du Languedoc », PUF, 1990, p. 84

Contact