La guerre de Succession de Montferrat

La guerre de Succession de Montferrat

 

IX, 16

 

2115-2116

 

De castel Franco sortira l'assemblee,

L'ambassadeur non plaisant fera scisme :

Ceux de Ribiere seront en la meslee,

Et au grand goulfre desnieront l'entree.

 

Castefranco et Forte Urbano

 

Urbain VIII, Maffeo Barberini, né à Florence en 1568, pape de 1623 à 1644, fut d'abord en lutte avec la France, quand Richelieu reprit et rendit aux Grisons les villes de la Valteline, occupées provisoirement par les troupes pontificales, 1624-26, il s'en rapprocha bientôt, ne montra plus que de l'éloignement pour la maison d'Autriche, et, en 1628, excita lui-même le cardinal à protéger les droits du duc français Charles de Nevers à la succession de Mantoue, contre le prétendant que soutenaient les Espagnols. Il fortifia les places et agrandit les domaines de l'Eglise, en y rattachant le duché d'Urbin, que le dernier des La Rovère rendit au Saint-Siège en 1626 (Charles Dezobry, Dictionnaire général de biographie et d'histoire, de mythologie, de géographie ancienne et moderne, Tome 1, 1857 - books.google.fr).

 

Le fort Urbain fut bâti par le pape Urbain VIII près du champ de bataille où les consuls Hirtius et Pansa furent défaits par Marc-Antoine le 15 avril de l'an 43 av. J.-C. En latin Arx Urbani, c’est une Forteresse dans l’ Etat de l'Eglise & au Boulonois, sur la Frontiére du Modenois, à un mille de Castel-Franco & de la Riviére de Panare en allant à Bologne, dont elle n'est qu'à douze ou treize milles à l'Orient (Antoine Augustin Bruzen de la Martinière, Le grand dictionnaire géographique et critique, Tome 4, 1737 - books.google.fr, Le Riflessioni sopra i chirografi di papa Pio VI. de' 25 Ottobre, e 7 Novembre 1780 risguardanti la pubblica economia di Bologna esaminate, 1781 - books.google.fr).

 

Secchia rapita

 

Castefranco apparaît dans Secchia rapita de Tassoni.

 

Alessandro Tassoni (Modène 1565 - Modène 1635), poète italien, a été secrétaire du cardinal Colonna (1599), puis du duc de Savoie (1618), et s'attache enfin au duc de Modène François Ier d'Este, qui le crée conseiller. Très cultivé, il avait des connaissances étendues en physique, en géographie, en histoire et en littérature. Son ouvrage principal est le poème héroï-comique du Seau enlevé (Secchia rapita), publié à Modène, en 1622 (réédité en 1744). Tassoni y chante en vers burlesques une querelle survenue entre Modène et Bologne au sujet d'un seau de puits qui finit par rester au pouvoir de ceux de Modène (fr.wikipedia.org - Alessandro Tassoni, Alessandro Tassoni, La Secchia Rapita. Le Seau Enleve. Poeme Heroicomique Du Tassoni. Nouvellement traduit d'Italien en François, Tome 1, 1678 - books.google.fr).

 

"plaisant" : Plaisance

 

Urbain, qui craignoit que cette contestation sur la succession du Montferrat ne causât une guerre générale en Italie, fortifioit les frontières de l'Etat Ecclésiastique, & levoit des troupes. Il bâtit près du Duché de Modene une bonne Place, qu'on nomma le Fort Urbain. Le Duc de Modene en témoigne de la jalouse, & se plaint de la Citadelle élevée au-devant de ses Etats. Mais cela n'empêcha pas que le Pape ne fit continuer l'ouvrage commencé. Afin de donner le temps au Roi de France de prendre la Rochelle & d'envoyer ses troupes en Italie, Urbain propose tantôt une suspension d'armes, & tantôt une assemblée à Plaisance, sous prétexte d'y négocier l’échange du Montferrat avec un équivalent qui dédommageât le Duc de Mantoue, qui feignoit de vouloir accepter ce parti, afin de gagner aussi du temps (Michel Le Vassor, Histoire de Louis XIII, Roi de France et de Navarre, Tome III, 1757 - books.google.fr).

 

Après le traité de Querasque, fait en 1630 et exécuté en 1631, le duc de Savoie connoissant par expérience que toutes les fois qu'il se brouilloit avec la France il perdoit une partie de ses Etats, résolut de se faire sage, sur l'exemple de son père et de son aïeul, et de se maintenir en bonne intelligence avec le roi Très-Chrétien son beau-frère : même de prendre son parti et ses intérêts contre l'Espagne. Ce fut par cette raison qu'après la guerre déclarée il fit ligue offensive et défensive avec Sa Majesté, et se prépara puissamment à la guerre contre l'Etat de Milan. Le Roi fit ce qu'il put pour faire entrer dans cette ligue tous les princes d'Italie, leur faisant représenter par ses ambassadeurs la trop grande puissance des Espagnols, qui avoient dessein de se rendre maîtres de toute l'Italie ; et que s'ils ne s'y opposoient promptement, ils courroient fortune d'être dépouillés de leurs souverainetés, et réduits à une misérable servitude. Mais toutes ces raisons n'eurent aucun effet, et ne persuadèrent que le duc de Parme, lequel étant d'une race qui avoit bien servi les rois d'Espagne , au lieu de reconnoissance n'en recevoit que de mauvais traitemens; et même, quoique dans les guerres de Mantoue et de Montferrat il eût tenu le parti des Espagnols, le duc de Féria, gouverneur de Milan, prévoyant la guerre entre les deux couronnes, envoya lui demander en otage la citadelle de Plaisance jusqu'à la paix : mais le duc voyant que s'il la donnoit il couroit fortune de ne la ravoir jamais, la refusa, disant qu'étant dans les intérêts de l'Espagne comme il étoit, cette place étoit autant à eux que s'ilsyavoient garnison.Sur cette réponse, le marquis de Léganès, qui succéda au duc de Féria, envoya des troupes prendre quartier dans ses Etats avec beaucoup de violence : dont se trouvant offensé, il signa la ligue avec la France et la Savoie, qu'on appela la ligue pour la liberté de l'Italie (Mémoires de Montglat, 1635) (Nouvelle collection des mémoires pour servir à l'histoire de France depuis le XIIIe siècle jusqu'à la fin du XVIIIe, 1850 - books.google.fr).

 

Odorardo Farnèse, duc de Parme, avait déserté le camp de l'Espagne pour celui de la France.

 

Crainte de représailles, et pour ne pas être contraint par les Espagnols d'accepter leurs soldats dans la place de Plaisance qu'il possédait, dans celle de Sabbioneta qu'il gardait en dépôt, Odoardo Farnèse avait cherché, au commencement de 1633, à réunir des troupes : il en avait demandé à Louis XIII et il avait sollicité du pape, son suzerain, l'autorisation d'en lever dans ses fiefs de Castro et de Ronciglioneo. Urbain VIII la lui avait accordée d'autant plus facilement qu'il ne désirait pas moins que son vassal mettre Plaisance et Sabbioneta à l'abri d'un coup de main espagnol ; il n'avait pas laissé toutefois de conseiller au duc de Parme d'observer une prudente réserve. [...]

 

Urbain VIII avait intérêt à ce que Plaisance restât en la possession du duc de Parme , parce que l ' Espagne contestait au pape ses droits de suzeraineté sur cette place ; voir , par exemple, la lettre de Monti  (B.B. 8367, 53). Urbain VIII veillait à ce que Sabbioneta ne fut pas davantage occupée par les Espagnols, sans doute parce qu'il craignait que l'entrée de ces derniers dans cette forteresse, qui commandait la route de Parme et de Mantoue, ne déchaînât une nouvelle guerre en Italie (Auguste Leman, Urbain VIII et la rivalité de la France et de la maison d'Autriche de 1631 à 1635, 1919 - books.google.fr).

 

Le Pape fit savoir à Castel Rodrigo que le duc craignait les rassemblements de troupes du Milanais parce que le régent Villani l'avait menacé, quelques mois auparavant, de mettre une garnison espagnole à Plaisance. L'Infant, à cette nouvelle, jugea bon d'envoyer Oñate chez le résident parmesan à Milan afin de le rassurer et d'affirmer la bonne volonté des Espagnols à l'égard de son maître. Le résident reprit les griefs déjà formulés par Urbain VIII et en ajouta un autre : le fait que Feria avait refusé d'accorder le transit à des munitions que le duc de Parme envoyait à Sabbionetta. Oñate fit ce qu'il put pour calmer les soupçons de son interlocuteur en affirmant que Feria ne se souvenait pas de ce refus et en présentant la mission de Villani à Parme comme une marque d'estime de la part de Philippe IV. Le résident remercia par de belles paroles mais, de l'avis d'Oñate, il ne semblait guère convaincu (Alfred van der Essen, Le cardinal-infant et la politique européenne de l'Espagne, 1609-1641, Tome 1, 1944 - books.google.fr).

 

Schisme

 

Les années 1631-1633 constituent le point focal d'un durcissement des relations hispano-papales qu'il faut replacer dans le contexte politique européen général du début de la «phase suédoise» de la guerre de Trente Ans. L'élection de Maffeo Barberini, qui devient pape sous le nom d'Urbain VIII en 1623, n'a pas été de bon augure pour l'avenir des relations diplomatiques entre l'Espagne de Philippe IV et la papauté : le nouveau pontife se montre beaucoup moins empressé de satisfaire les prétentions de la Monarchie catholique et son attitude est rapidement dénoncée par Madrid comme philofrançaise. [Rome étant rendue responsable de la crise économique que subissait alors l'Espagne, la] question se posait du coup de savoir comment présenter au pape ce dur cahier de doléances, véritable liste de revendications. L'ambassadeur ordinaire, le marquis de Castel Rodrigo, était jugé inapte à une tâche si délicate, ne serait-ce que, parce que, peu auparavant, il avait été le protagoniste d'un épisode tout à fait regrettable : dans un moment de confrontation avec le pape sur un certain nombre de revendications de Philippe IV, il avait eu la témérité de faire planer la menace d'un schisme. La menace de schisme était à l'époque quelque chose de courant dans les relations hispanopapales, au moins depuis la fin du XVIe siècle, et elle intervenait surtout quand les discussions portaient sur des questions religieuses et doctrinales. En 1632, le climat n'était pas des meilleurs, puisqu'en mars, le cardinal Gaspar de Borja avait pris la parole en consistoire secret pour attaquer le pape sur le terrain politique et l'accuser de ne pratiquement rien faire pour assister les puissances catholiques dans la guerre européenne en cours (Paolo Broggio, Droit, juridiction, souveraineté, Droits antiromains XVIe-XXIe siècles: Juridictionnalisme catholique et romanité ecclésiale, 2020 - books.google.fr).

 

"Ribiere"

 

Il semble que le quatrain appelle le duc de Feria (1587 - 1634) du nom de sa seconde femme Ana Fernández de Córdoba-Figueroa y Enríquez de Ribera (1608 - 1679), épousée en 1625. Il est gouverneur de Milan en 1618-1629 puis à nouveau en 1630. Il est connu comme le "Grand Duc de Feria" (es.wikipedia.org - Gomez IV Suarez de Figueroa y Cordoba).

 

Cf. quatrain IX, 18 - La rébellion de Montmorency - 2119-2117.

 

"grand goulfre" : Mer Adriatique

 

Si Le Bouvier hésite entre goulfre et goulfe (goulphe), c'est que s'établit un commencement de concurrence entre les deux types, avec influence mutuelle de l'un sur l'autre. Gouffre "golfe" reste de loin le plus usité à la fin du XVe siècle, comme le montrent les cinq auteurs groupés dans l'article étudié, auxquels on peut joindre Garcie et le rédacteur anonyme du Voyage de la saincte cyté (Gilles Le Bouvier, Le Livre de la description des pays, 1451-1455 : «Et tumbe ledit fleuve en mer au goulfre de Venise») (Albert Dauzat, Le Français moderne, Volume 23, 1955 - books.google.fr).

 

Une nouvelle inquiétude vint troubler le Sénat de Venise. Marie, sœur du Roi d'Espagne, promise à Ferdinand Roi de Hongrie, fils de l'Empereur, étoit arrivée à Naples avec un grand nombre de galères d'Espagne, sur lesquelles elle avoit dessein de passer à Trieste, parce que le chemin, de terre par Gènes & par Milan étoit dangereux à cause de la peste. L'entrée d'un si grand armement dans le Golfe Adriatique étoit contraire aux droits que la République s'attribue sur cette mer. L'Ambassadeur d'Espagne communiqua au Sénat le dessein de la Reine, & demanda, que s'il arrivoit qu'elle fût obligée d'entrer dans quelque port de la République, elle y fût reçue honorablement. Le Sénat lui déclara qu'il ne pouvoit permettre que les galères d'Espagne entrassent dans le Golfe, & offrit la Flotte de la République pour transporter la Reine à Trieste. L'Ambassadeur refusa cette offre, sous prétexte que la peste avoit été fur les vaisseaux Vénitiens. Les Espagnols menacèrent même de passer malgré la République, & le Sénat ordonna à Antoine Pisani, Général des isles, d'assembler sa Flotte, d'y joindre les galères de Dalmatie & de Candie & dix vaisseaux, & d'aller s'opposer à l'entrée de la Flotte d'Espagne dans le Golfe, & de la combattre mëme, s'il étoit nécessaire. Dans le même tems, le Sénat fit encore offrir à la Reine de la conduire sur les galères de la République, & fit déclarer par Jean Pesaro, son Ambassadeur à Rome, & par Marc Antoine Padavino, son Résident à Naples, que si les Espagnols, au lieu d'accepter les offres qu'on leur fesoit, entreprenoient d'emploier la force, la Reine seroít obligée de passer au travers d'une grêle de coups de mousquets & de canons. Cette fermeté des Vénitiens obligea les Espagnols à changer de mesures. On pria la République avec toutes les formalités requises de donner passage à la Reine, & de prêter la Flotte. Pesaro alla la prendre à Ancone avec treize galères, la traita avec toute la magnificence possible & la transporta à Trieste (Histoire universelle, depuis le commencement du monde, jusqu'à present, Tome XIX, 1771 - books.google.fr).

 

Typologie

 

Le report de 2116 sur la date pivot 1630 donne 1144.

 

Guillaume V de Montferrat de la famille des Alérame (Aleramici) (en occ. et en piem. Guilhem, en it. Guglielmo) (v. 1115 - 1191), également connu sous le nom de Guillaume l'ancien pour le distinguer de son fils aîné, Guillaume Longue Épée, est marquis de Montferrat de 1136 à sa mort en 1191. Guillaume est le fils unique du marquis Rénier Ier et de sa femme Gisèle, fille de Guillaume Ier, comte de Bourgogne et veuve du comte Humbert II de Savoie. Il est probable qu'il soit l'un des plus jeunes enfants de ses parents, car il combattait encore en 1187. Il est décrit par Acerbo Morena comme étant trapu et de taille moyenne, un visage de lièvre et les cheveux presque blancs. Il est éloquent, intelligent, d'une humeur souvent joyeuse sans être extravagant. Sa parenté est impressionnante : neveu du pape Calixte II, frère de Gisèle de Bourgogne, demi-frère d'Amédée III de Savoie, beau-frère de Louis VI de France (par sa demi-sœur Adèle de Savoie) et cousin d'Alphonse VII de Castille, fils de Raymond de Bourgogne, frère de Calixte II et de Gisèle de Bourgogne. Guillaume prend part à la seconde croisade, aux côtés de son demi-frère Amédée III, comte de Maurienne (qui est mort pendant l'expédition), son neveu Louis VII le jeune, roi de France, de son beau-frère le comte Guy de Braindrate (Guido III de Biandrate) et des parents germaniques et autrichiens de son épouse (fr.wikipedia.org - Guillaume V de Montferrat).

 

La deuxième croisade commença en 1147 après avoir été lancée en décembre 1145 par le pape Eugène III à la suite de la chute d'Édesse en 1144. Elle s'acheva en 1149 par un échec total pour les croisés, qui rentrèrent en Europe sans avoir remporté de victoire militaire en Orient (fr.wikipedia.org - Deuxième croisade).

 

 

 

Contact