Le système de Law

Le système de Law

 

III, 24

 

1722-1723

 

De l’entreprinse grande confusion,

Perte de gens, thresor innumerable :

Tu n’y dois faire encor extension

France, à mon dire fais que sois recordable.

 

La France était au bord de la banqueroute à la suite des 30 ans de guerre du règne de Louis XIV. Le régent se laissa convaincre par l’Ecossais Law (1671-1729) pour améliorer la situation. Son système visait la conversion de la monnaie d’or et d’argent en papier monnaie par une banque d’Etat. Une Compagnie fut créée afin, entre autres, d’exploiter la Louisiane. Elle se transforma en Compagnie des Indes en rachetant les monopoles d’autres compagnies et obtint ceux de la frappe des monnaies, de la vente du tabac et du sel, et la perception des impôts indirects.

Au début un véritable boom économique eut lieu, mais la spéculation fut telle que les bénéfices ne représentèrent que peu d’intérêts. On perdit confiance dans la Compagnie puis  dans le papier monnaie qu’on essaya  se faire rembourser en monnaie d’or ou d’argent. Mais la Banque avait mis en circulation pour 3 milliards de billets alors que le numéraire n’atteignait pas un demi.

L’affaire fut liquidée mais la Compagnie des Indes survécut, et perdura le dynamisme du commerce maritime initié par le système. Sa chute rendit « impossible en France pour longtemps le développement des institutions de crédit [1]».

 



[1] A. Malet et J. Isaac, « XVIIème & XVIIIème siècles », Hachette, 1923, p. 338

Contact