Traité de Kaïnardji entre Russie et empire ottoman

Traité de Kaïnardji entre Russie et empire ottoman

 

III, 95

 

1774-1775

 

La loy Moricque on verra défaillir :

Apres une aure beaucoup plus seductive :

Boristhenes premier viendra faillir :

Par dons & langues une plus attractive.

 

La guerre russo-turque (voir quatrain III, 88) prend fin par le traité de Kaïnardji. La Russie conserve de ses conquêtes Azof, alors que la Crimée est détachée de l’empire ottoman et déclarée indépendante. Le fleuve Boristhènes a pour nom actuel Dniepr et se jette dans la mer Noire, près d’Odessa au nord ouest de la Crimée.

Ce traité manifeste le recul de la Turquie au profit de l’empire russe qui étend son influence dans toute l’Europe de l’est. « La Russie apparut dès lors comme la protectrice naturelle, la libératrice prochaine [1]».

Les Russes annexent la Crimée en 1784. La seconde guerre de Turquie (1787-1792), qui se déroulera entièrement sur terre et se terminera par le traité de Jassy, sera l’occasion pour la Russie d’annexer le littoral de la mer Noire jusqu'à l’embouchure du Dniestr.

 



[1] A. Malet et J. Isaac, « XVIIème & XVIIIème siècles », Hachette, 1923, p. 550

Contact