Les Etats en Bourgogne

Les Etats en Bourgogne

 

III, 69

 

1755-1756

 

Grand exercite conduict par jouvenceau

Se viendra rendre aux mains des ennemis,

Mais le viellard nay au demi pourceau

Fera Chalon & Mascon estre amis.

 

Gérard de Roussillon est un de ces romans carolingiens qui présentent le tableau de la féodalité glorieusement rebelle à la monarchie. Trois personnages du nom de Girart ou Gérard figurent dans les romans de ce cycle : Girart de Roussillon, Girart de Viane (Vienne) et Girard de Fretta ou de Frada. Ils procèdent d'un même type historique, un Girart qui parait avoir été en effet comte de Roussillon, comte de Paris, comte de Bourgogne. Il nous apparaît comme un des preux les plus célèbres du IXe siècle, un de ces chefs germains à proportions héroïques dont le renom populaire se confondit, deux ou trois siècles plus tard, avec celui de Charlemagne (Catalogue raisonné des livres de la bibliotheque de m. Ambroise Firmin Didot, Volume 1, 1867 - books.google.fr).

 

Le quatrain II, 76 semble faire allusion à Girart de Roussillon vainqueur de la bataille de Vaubeton où se manifeste la foudre avec des effets prodigieux.

 

Les nécessités de la politique obligeaient Girart à entretenir des relations diplomatiques avec Charles le Chauve. Non seulement le Lyonnais confinait, au nord-ouest, aux comtés de Mâcon et de Chalon, possessions de Charles, mais l'archevêque de Lyon, qui subissait nécessairement l'influence du duc, avait pour suffragants quatre évêques du royaume limitrophe : ceux de Mâcon, Chalon, Autun et Langres. Du fait de l'immixtion continuelle des souverains carolingiens dans le choix des évêques et la gestion du temporel des évêchés, un tel chevauchement des circonscriptions ecclésiastiques et civiles amenait les dirigeants des deux royaumes voisins à de fréquents échanges de vues au sujet des affaires religieuses (René Louis, Girart, comte de Vienne, Tome III, 1946 - books.google.fr).

 

La famille de Mâcon et de Vienne prétendait avec fierté descendre des premiers comtes de Vienne (devenus rois avec Boson, le successeur du Girart dont la carrière est à l'origine de notre légende).

 

La première ville prise par les Viennois quand la guerre éclate est Mâcon, dont les richesses sont complaisam- ment décrites (laisses LIX, LXXIII-LXXIV) ; il est vrai que le clan se voit bientôt obligé de battre en retraite. C'est à Chalon que Girart est sommé de comparaître pour répondre aux accusations du roi, mais dans l'épopée, à la différence de la réalité de 1166, ce sont Girart et les Viennois qui ont le beau rôle, tandis que la culpabilité de la reine et l'impuissance du roi hargneux sont soulignées (laisses LX-LXV) (Wolfgang van Emden, Hypothèse sur une explication historique du remaniement de Girat de Vienne par Bertrand de Bar sur Aube, Société Rencesvals: IVe [Quatrième] Congrès international, Heidelberg, 28 août jusqu'à 2 septembre 1967: Soc. Rencesvals. Actes et mémoires, 1969 - books.google.fr).

 

Mais on trouve aussi Rainaut de Maseon, Seigneur de Mâcon et homme de Girart de Roussillon (Ernest Langlois, Table des noms propres de toute nature compris dans les chansons de gestes imprimées, 1904 - books.google.fr).

 

Dans Girart de Roussillon, après la bataille de Rossillon, le roi se retira à Chalon, en vantant la valeur des Bourguignons, quoiqu'elle vint de lui être si funeste ; mais son langage trivial fait disparate avec les discours sages, courtois et retenus de Girart (Girart de Roussillon, présenté par Thomas Joachim Alexandre Prosper Mignard, 1858 - books.google.fr).

 

Plusieurs vieillards sont impliqués dans la trêve négociée après la bataille de Vaubeton.

 

Thibert de Vaubeton, baron a la sage parole et aux Cheveux blanchis, et Garnier de Blaye, son cousin, furent choisis pour aller porter à Gérard les offres de Karle Martel. Or, écoutant l'avis de ses fidèles, Gérard, avant de prendre un parti, alla demander conseil a son oncle Odilon, qu'on n'avait pu enlever du champ de bataille, à cause de la gravité de sa blessure. Couché au milieu de la plaine, sous une tente de drap d'or, le noble vieillard venait, pour mourir saintement, de se faire revêtir de l'habit de Saint-Benoît. Accompagné de Foulque, Gilbert, Landry, don Henry et don Guy, Gérard entra sous le pavillon, et se mettant à genoux devant le lit : - Oncle, dit-il, je viens te demander conseil. Donne-le-moi bon et tel qu'il ne tourne ni a ma honte ni a mon dommage. Karle nous offre paix, foi et pardon. - Dieu en soit loué, beau neveu, répondit  le blessé. Puisque si courtoise parole vient du côté de Karle, il faut lui faire doux accueil. - Comment pourrais-je, reprit Gérard , aimer un roi félon qui a pour conseiller Thierry , mon ennemi le plus cruel , le meurtrier de mon père et le tien ! - Beau neveu, entends la raison, ne te révolte point à tort contre ton seigneur légitime ; et quand je serai mort , écoute Foulque mon fils, qui ne te donnera jamais que de bons conseils. - Jamais, s'il ne chasse Thierry, je ne serai son vassal et il ne sera mon sire. Odilon ne put entendre ces paroles sans colère; il reproche vivement à son neveu son peu de sens et sa folie, et lui ordonna, puisqu'il voulait forfaire à son devoir d'homme-lige, de le laisser mourir en paix (Mary-Lafon, Le roman de Gérard de Roussillon, Revue de l'Academie de Toulouse et des autres académies de l'empire, Volumes 7 à 8, 1858 - books.google.fr).

 

Thierry, comte des Ardennes (Girart de Vienne), dit Thierry d'Ascagne (Girart de Roussillon), qui a plus de 100 ans et qui a tué le père de Girart au combat, acceptera de s'exiler 7 ans au Mont Cassin, ce qui apporte la paix entre Girart et Charles. Il est qualifié de "félon porc sangler" dans un combat contre le neveu de Girart, Fouchier (cf. "sanglier des Ardennes" : Guillaume de La Marck). Ascagne est le fils d'Enée, le Troyen (cf. porcus troianus) (Girart de Roussillon, présenté par Thomas Joachim Alexandre Prosper Mignard, 1858 - books.google.fr).

 

La chanson conservée - s'inspirant très probablement de l'ancienne chanson perdue - fait de Vaubeton le siège d'une seigneurie, le fief de toute une dynastie de guerriers. Le chef de la famille, Tibert de Vaubeton le sage est proche parent et féal du roi Charles le Chauve ; il a deux fils : Alon et le sage Gauthier, qui lui-même a donné le jour à Pierre (René Louis, Recherches topographiques sur la bataille de Vaubeton d'après la chanson de Girart de Roussillon. In: Romania, tome 62 n°246, 1936 - www.persee.fr).

 

La version de Girart publiée par Mignard est un "roman en vers appartient au commencement du quatorzième siècle, date qui résulte non-seulement du style et de la langue qui sont bien de cette époque, mais encore d'indications chronologiques tirées des noms de personnages historiques auxquels s'adresse l'auteur anonyme du poëme dans le préambule de son œuvre. De même que la plupart des romans du quatorzième siècle, époque de décadence complète pour notre vieille littérature, celui-ci est fort médiocre ; commeinventionilestnul, puisqu'il n'est que la paraphrase d'un texte latin" (Paul Meyer, Le Roman en vers de très excellent, puissant et noble homme Girart de Rossillon, par Mignard. ; Gérard de Roussillon, par Lovis Perrin et A. de Terrebasse.. In: Bibliothèque de l'école des chartes. 1861, tome 22 - books.google.fr).

 

Jouvenceau et Vieillard : Vieillesse et jeunesse dans le roman Girart

 

Le monde se divise non seulement en fous et en sages, mais aussi en jeunes gens et en vieillards. Certes, il existe, pour notre poète, le type exceptionnel du jeune homme sage, qui par exemple s'appelle Fouque, mais d'ordinaire la jeunesse est portée aux folies de l'orgueil et de la guerre, tandis que la sagesse serait le mélancolique lot des vieux jours. « Non-sens et enfance » ont allumé et entretenu la guerre de Girart contre Charles. « Par le méfait d'une folle jeunesse, il y a bien des morts et des blessés ». Quand on cherche ou que l'on annonce la paix, « les jeunes guerriers » protestent. S'il est vrai que le conflit des Bosons et des Fouques est permanent, il n'est pas moins vrai que la guerre renaît avec les nouvelles générations des Oudins, des fils et des petits fils de Thierri. Que feraient les « damoiseaux audacieux » sans la guerre, mais que font et que disent ces nobles seigneurs aux têtes blanchies? Papes, évêques, ermites, c'est leur métier d'être sages et de prêcher la paix. Mais Thierri, Odilon, Tibert de Vaubeton sont de très vaillants guerriers. Ils ont vécu cent ans, et plus. C'est d'eux que nous avons entendu les discours les plus beaux et les plus pathétiques. Le « vieil homme qui Aage s'appelle » s'accompagne de Malheur et Souffrance sur la route qui monte vers le calme et la lumière des sommets. On vient de voir que les grands acteurs sont rentrés sur la scène avec les masques et les visages de jadis. Cependant le temps, qui leur a épargné les des, a adouci les fureurs et les ardeurs.

 

Tibert de Vaubeton et Fouque se frappent et se renversent l'un l'autre sur la place, « mais Fouque se releva et Tibert non » (laisse 454).

« Belle jeunesse, dont la perte répandit au loin le deuil. Dieu! que cette bataille fit pleurer de damoiselles et de jeunes dames veuves! » (laisse 492) (Italo Siciliano, Les chansons de geste et l'épopée: mythes, histoire, poèmes, 1981 - books.google.fr).

 

Typologie

 

Le duché de Bourgogne, pays d'États, jouissait d'une représentation triennale appelée États provinciaux, par opposition aux États généraux qui se composaient des députés de toute la France. Les pays d'élections ou d'impositions (Bresse, Bugey et Gex) dépendaient du pouvoir central et obéissaient à des intendants sans le consentement desquels le Clergé, la Noblesse et le Tiers-Etat ne pouvaient voter aucune imposition nouvelle. Quant aux députés des pays d'États, ils levaient eux-mêmes l'impôt pour subvenir aux dépenses ordinaires et extraordinaires ; ils délibéraient sur toutes les affaires concernant la province, comme l'agriculture, le commerce, les routes, les canaux. C'était dans son plus haut degré l'exercice des libertés locales. En 1787, le régime des États fut généralisé pour toute la France ; mais auparavant le Dijonnais, l'Autunois, le Chalonnais, l'Auxois, le pays de la Montagne, le Charolais, le Maconnais, l'Auxerrois, et Bar-sur-Seine envoyaient seuls aux États de Bourgogne des députés, pris dans les trois ordres politiques : Clergé, Noblesse, Tiers-Etat. Les comtés de Chalon, de Charolles et de Mâcon avaient eu jadis leurs États particuliers, qui se réunirent successivement aux États du duché. Les États du comté de Châlon furent réunis aux États du duché, au XIIIe siècle. Le Mâconnais était aussi un pays d'États, et les députés s'assemblaient avec ceux du duché depuis la réunion du comté, en 1435. Ceux du Charolais ne furent réunis qu'en 1755. Ces assemblées se tenaient à Dijon de trois en trois ans, le plus souvent au mois de mai, en vertu d'une convocation royale et sous la présidence du gouverneur de la province. Le jour de l'ouverture, le Clergé se rendait à la Sainte-Chapelle, les évêques en camail et en rochet, les prêtres en manteau long et en bonnet carré. Les députés du Tiers-État s'y rendaient ensuite, vêtus de robes violettes de satin ou de moire ; la robe du maire de Dijon, président de cet ordre, était de velours. La Noblesse, en habits brodés, s'assemblait au palais du gouverneur. A neuf heures du matin, le premier président du Parlement et l'intendant de la province, en robe noire, ainsi que leurs officiers et ceux des États, allaient auLogis-du-Roi prévenir le gouverneur (Louis M.-F. Chaumont, Histoire populaire de Bourgogne: les faits, les institutions, 1887 - books.google.fr, Géographie départementale, classique et administrative, de la France, Saône et Loire, Dubochet, 1847 - books.google.fr).

 

L’institution provinciale absorba régulièrement les États particuliers d’Auxonne (1638), d’Auxerre (1668), de Bar-sur-Seine (1721) et du Charolais (1751). Ne restaient comme États particuliers, à la veille de la Révolution, que ceux du Mâconnais. L’extension géographique s’accompagna aussi de transferts de compétences juridiques de l’État vers les États (Jérôme Loiseau, Les États de Bourgogne à l’époque moderne : un bilan historiographique, Les assemblées représentatives (XVIe-XXe siècles), Liame 23, 2011 - books.google.fr).

Contact