Architecture classique (suite)

Architecture classique (suite)

 

III, 56

 

1745-1746

 

Montauban, Nismes, Avignon & Besier,

Peste, tonerre & gresle à fin de Mars :

De Paris pont, Lyon mur, Montpellier,

Depuis six cent & sept XXIII. pars.

 

Avignon et Béziers, il y aura peste, tonnerre et grêle à la fin de mars ; un pont de Paris, le mur de Lyon, celui de Montpellier s'écrouleront ; à six cent et sept s'ajouteront vingt-trois parts.

 

Les divers prodiges annoncent, accompagnent ou soulignent la mort de François Ier le 31 mars 1547. Le samedi 10 décembre 1547, le pont Saint-Michel s'écroule à Paris, par suite d'inondations (Pierre Brind'Amour, Les premières centuries, ou, Propheties de Nostradamus (édition Macé Bonhomme de 1555), 1996 - books.google.fr).

 

La peste et les inondations font des dégâts dans les années 1547 et 1548 (Les inondations en France depuis le VIe siècle jusqu'à nos jours, Tome 6, 1864 - books.google.fr).

 

À partir des indications contenues dans le texte, nous avons tenté de présenter une chronologie logique et la plus vraisemblable possible. L'alchimiste Denis Zecaire mentionne dans le récit de sa vie assez peu d'événements vérifiables ; nous allons les passer en revue pour voir quelles confirmations il est possible d'y apporter. Trois épidémies de peste sont mentionnées: nous les avons situées, une en 1540 (à Toulouse), une autre pendant l'été 1548 (chez lui), et la dernière peu de temps après 1548 (à Bordeaux ?) (Renan Crouvizier, Opuscule tres-eccelent de la vraye philosophie naturelle des metaulx de Denis Zecaire, 1999 - books.google.fr).

 

On retrouve Denis Zecaire au quatrain IV, 88.

 

"six cents et sept XXIII. pars"

 

La destruction du pont Saint Michel à Paris à cause d'une inondation en 1547 conduit à parler architecture, dans la suite du quatrain III, 46 daté de 1738 et associé à Lyon et à Soufflot.

 

Vitruve (IV, 2) donne pour l'entre-colonnement les règles suivantes : 1° Pour obtenir un beau temple dorique, il faut diviser la partie antérieure en vingt-huit parties égales, si elle doit contenir quatre colonnes; en cas qu'elle doive en avoir six, on la divise en quarante-quatre parties ; et l'on prend une de ces parties pour module, dont quatorze donneront la hauteur de la colonne. Cette règle se comprend d'un diastylos. Si l'édifice est destiné pour un sistylos, où entre deux colonnes n'est placé qu'un monotriglyphos (un demi-triglyphe), la façade ayant quatre colonnes, doit être partagée en vingt-trois parties égales; en ayant six, en trente-cinq; et l'on en prend une pour module. Vitruve fixe aussi la hauteur et la largeur d'un métope à un module et demi, c'est-à-dire à soixante-quinze minutes; et la largeur d'un triglyphe, à cinquante, dont le milieu doit répondre à l'axe de la colonne. Quant à un sistylos, il veut qu'on place un triglyphe entre deux colonnes. Il en résulte pour l'entre-colonnement deux métopes, c'est-à-dire 75 . 2 = 150 minutes, en donnant aux deux demi-triglyphes et à un triglyphe cent minutes, c'est-à-dire le diamètre inférieur de la colonne, qui n'entre donc pas dans le calcul; ce qui ne serait qu'un pyknostylos et non pas un sistylos, ainsi que le texte s'exprime (Carl Friedrich von Wiebeking, Analyse descriptive historique et raisonnee des monumens de l'antiquite de l'Italie, Tome 2, 1838 - books.google.fr).

 

Les théoriciens établirent entre ces intervalles et les ordres des rapports que Palladio résumait ainsi : l'aérostyle de Vitruve convient au toscan, le diastyle au dorique, l'eustyle à l'ionique, le sistyle au corinthien, le pycnostyle au composite (Louis Hautecœur, Histoire de l'architecture classique en France, Tome 1, Numéro 2, 1965 - books.google.fr).

 

L'Ordre Corinthien est le quatrième des cinq Ordres d'Architecture. Corinthius, Corinthiacus. C'est le plus parfait de tous, & le chef-d'œuvre de l'Architecture. Le chapiteau Corinthien est orné de feuilles d'acanthe recourbées. Villalpand dit que ce sont des feuilles de palmier imitées sur celles du temple de Salomon. On prétend que l'invention de l'ordre Corinthien est due à un Sculpteur Athénien nommé Callimaque. Vitruve en rapporte l'histoire dans son 4e livre chap. 1. Mais Villalpand traite cette histoire de fable. L'ordre Corinthien a bien des chôses qui le distinguent des autres. Son chapiteau est orné de deux rangs de feuilles & de huit volutes, qui en soutiennent le tailloir, la colonne à dix diamètres de hauteur, & sa corniche des modillons. Vitruve remarque dans le même chapitre que l'ordre Corinthien n'a point d'ordonnance propre & particulière pour sa corniche, ni pour ses autres ornemens, puisqu'il prend ses mutules ou modillons des triglyphes de l'ordre dorique, & il tient de l'ordre ionique la sculpture qu'il a dans ses frises, comme aussi ses denticules & ses corniches. Depuis Vitruve on a changé quelque chose à l'ordre Corinthien, & sans parler du Corinthien moderne, qui est une espèce d'ordre corinthien, nous ne trouvons point dans ce qui nous reste d'ancien Corinthien fait depuis Vitruve, les proportions exactes qu'il marque dans son livre (Dictionnaire universel françois et latin, contenant la signification, Tome 2, 1721 - books.google.fr).

 

Ç'a été une des plus importantes villes de la Grèce. Elle eut d'abord des Rois ; ensuite elle se sic République. Lucius Mummius la prit pour les Romains, & la pilla l'année même que Scipion détruisit Carthage, c'est-à-dire, l'an de Rome 607. & par conséquent 245 ans avant Rome. Elle subsista selon Paterculus 852 ans. Le feu que le Consul Mummius y fit mettre en la réduisant en cendre fondit toutes les statues, & les ouvrages de différens métaux, qu'il y avoit en très grande quantité, & ce mélange de tous ces différens métaux fondus ensemble produit l'airain de Corinthe, si estimé chez les anciens. Jules César la rétablit, & du tems de S. Paul elle étoit encore florissante. Étienne dit qu'elle s'est appellée Epope, Pagos Ephyta, Heliopolis, & Acrocorinthus. Ce dernier nom ne se donnoit proprement qu'à la citadelle; elle étoit si élevée, & d'un accès si difficile, qu'il avoit parle en proverbe de dire des choses difficiles, il n'est pas permis à tout le monde d'aller à Corinthe, Non omnibus licet adiré Corinthum. C'étoit proche de Corinthe que se faisoient les jeux Isthmiques (Dictionnaire universel françois et latin, contenant la signification, Tome 2, 1721 - books.google.fr).

 

Typologie

 

Si la cour carrée a été commencée sur l’ordre de Henri II, c’est Louis XIV qui en décida son achèvement. Avec l’aile de la colonnade il voulut donner à son palais une entrée monumentale en direction de Paris. Après de nombreuses tractations, c’est le projet présenté par Claude Perrault (médecin, physicien et architecte) qui est choisi. Cette façade, réalisée entre 1667 et 1670, est en complète opposition avec la grâce du Louvre et le style de la renaissance. En effet, elle forme un manifeste de l’art classique, une alliance de rigueur et d’harmonie. La colonnade s’étend sur un soubassement de 183 mètres de long avec un rez-de-chaussée percé de 20 fenêtres bombées mais dépourvues de tout ornement. L’avant corps central est surmonté d’un fronton triangulaire orné d’un buste caché de Napoléon 1er. En effet, lors des modifications apportées à ce bâtiment sous le 1er empire, le buste de Napoléon Ier fut sculpté sur le fronton central. Malheureusement la restauration nia cet héritage en dissimulant Napoléon sous une perruque Louis XIV, mais très curieusement l’artiste a omis d’enlever ses abeilles (La colonnade de Perrault - www.patryst.com).

 

La colonnade du Louvre se compose de 52 colonnes et piliers, d'ordre corinthien, accouplés deux à deux.

 

ARAEOSISTYLE, manière d'espacer les colonnes, suivant le sistyle & l'arœostyle ; c'est-à-dire, les unes à quatre modules, & les autres à huit modules ; ce qui forme une sixième manière, par laquelle nous accouplons aujourd'hui les colonnes, & nous mettons l'espace de deux entre-colonnemens en un ; comme M. Perrault l'a pratiqué, avec beaucoup de magnificence, aux deux grands portiques de la superbe façade du Louvre. ARAEOSTYLE, l'une des cinq manières dont les Anciens espaçoient les colonnes, laquelle est de quatre diamètres, ou huit modules. Ce terme vient du Grec "araios", rare , & "stylos", colonne ; parce que dans cette manière, les colonnes sont le plus éloignées qu'elles puissent être, suivant le sentiment des anciens (Charles François Roland le Virloys, Dictionnaire d'architecture, civile, militaire et navale, antique, ancienne et moderne, Tome 1, 1770 - books.google.fr).

 

Membre de l'Académie d'Architecture dès l'âge de 30 ans, Jacques-Ange Gabriel fut en 1742, architecte ordinaire du Roi, et à la mort de son père Jacques dit Jacques V, en avril 1742, il fut le premier architecte de Louis XV. Nommé en 1745 inspecteur général des Bâtiments royaux, le frère cadet de Mme de Pompadour, le marquis de Marigny, qui avait la charge de directeur des Bâtiments royaux, lui confia en 1755, le soin de réparer les bâtiments du Louvre qui tombaient en ruine, abandonnés qu'ils étaient depuis 1680. Hautecœur rappelle dans son Histoire de l'architecture classique en France, que Marigny voulait achever le Louvre. Le palais était occupé par les Académies, encombré d'habitants divers qui ne respectaient pas son architecture, perçaient les murs pour laisser passer des tuyaux de poêles, établissaient des jardins sur les terrasses, tandis qu'aux façades extérieures, des marchands adossaient des échoppes en planches. On reprit en 1750, le projet de Robert de Cotte, et l'on résolut de transporter au Louvre la Bibliothèque du Roi, mais en 1753, lorsque fut créé le Grand Conseil, chargé de «coiffer les parlements», cet organe nouveau fut installé dans le palais (Jean-Claude Daufresne, Louvre & Tuileries: architectures de papier, 1987 - books.google.fr).

 

C'est à l'heureux choix du passage, à la solidité du fond sur lequel il appuyait ses piles, que notre vieux Pont-de-Saône dut sa longue existence, en dépit des fautes et des insuffisances de construction, que nous avons à examiner rapidement. L'exiguîté des ressources, la difficulté des chemins et la pénurie des moyens de transport obligèrent à faire un usage fort discret des matériaux de choix, et à recourir, par intuition ou par imitation, aux procédés les plus économiques de la tradition antique: les piles avec leurs avant et arrière-becs, les voûtes et les tympans furent constitués par un revêtement maçonné en grand appareil relativement assez soigné, rempli à la base des piles par du béton, puis au-dessus par un blocage de moëllons, de galets et de débris ; enfin le garnissage des tympans et de l'extrados des voûtes fut complété, trop sommairement, par un simple remblai de terre, sur lequel fut établie la chaussée pavée avec son ruisseau médian. Pour l'exécution des voûtes et des revêtements de grand appareil, aux matériaux neufs extraits des carrières de Fay, du Mont-d'Or, de Lucenay, de Tournus, aux moëllons de Couzon, aux granites et aux schistes des environs, on adjoignit, souvent pour la plus grande économie, comme plus tard pour la construction du pont de la Guillotière, des emprunts faits aux ruines qui couvraient la colline de Fourvière, aux débris du Temple d'Auguste, du Forum de Trajan, (écroulé en 840), du Palais impérial, du Théâtre et surtout aux monuments funéraires: par un vandalisme farouche ou abattit sans pitié les élégantes moulures des corniches et des frises, on rasa les profils et les reliefs admirables des chapiteaux, des cippes, des monuments tauroboliques, et une part importante de nos richesses épigraphiques lyonnaises n'est parvenue à notre Musée lapidaire qu'après une longue station de huit siècles dans les massifs du Pont-de-Saône. Au moins cet étrange lieu d'asile nous les a sauvées d'une perte totale. Les assises de ces revêtements mal réglées laissaient entr'elles des joints énormes garnis de mortier argileux et non hydraulique, qui dut être rapidement délayé par les eaux; les terres de remblai durent aussi se ramollir; de là des tassements et des affaissements de murs, de voûtes, surtout sous la charge des maisons placées sur les arches de rive, et enfin des éboulements désastreux comme ceux qui sont signalés à la suite des crues de 1547, de 1744, et même de 1840, en dépit des rejointoiements, des réparations et des reprises en sous-œuvre auxquelles il fallut procéder à diverses époques (A. Léger, Notes sur l'ancien Pont de Saône, Mémoires de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon: Classe des sciences, Volume 28, 1886 - books.google.fr).

 

Trois architectes se succédèrent à Montauban, dans une reconstruction assez rapide (de 1692 à 1739) "à la moderne" de la cathédrale : les plans furent établis par François d'Orbay (1631-1697) membre fondateur de l'académie royale d'architecture; à sa mort, Jules Hardouin-Mansart, Premier architecte du roi et directeur des Bâtiments, puis Robert de Cotte, Premier architecte du roi à partir de 1708 dirigèrent les travaux et apportèrent quelques modifications à l'ensemble. [...] Montauban, ville qui restait ancrée dans le protestantisme devait être marquée par une forme nouvelle, une forme témoignant d'une volonté de reconquête religieuse. [...]

 

Cette cathédrale fut brûlée dès les premiers temps de la Réforme, en 1560. Dans les années qui suivirent, le faubourg du Moustier dans lequel était située la cathédrale dévastée fut transformé en fortin par le catholique Blaise de Monluc (1562-1563) qui assiégea la ville; en 1567, les Montalbanais abattirent les restes de la cathédrale. Enfin, l'évêque de Montauban, Pierre de Berthier (1652-1674) qui, le premier, souhaita reconstruire une nouvelle et grande cathédrale, fit niveler les ruines de l'édifice pour y planter un parc, ouvert à la population dès 1674. Il ne restait donc rien, à cette date, de l'ancienne cathédrale. L'évêque Jean-Baptiste-Michel Colbert (1674-1687), cousin du ministre fit lever un impôt pour la reconstruction de la cathédrale l'année de la révocation de l'Édit de Nantes (en 1685). Il avait bien sûr obtenu préalablement l'accord du roi. De plus, c'est l'intendant Lamoignon de Basville, très actif dans la reconquête catholique et la conversion forcée des protestants, mais aussi représentant du roi dans la généralité, qui appuya vraisemblablement le choix de D'Orbay pour dresser les plans de la nouvelle cathédrale (Hélène Rousteau-Chambon, L'architecture gothique des temps modernes, pour une propagande formelle, Images du Moyen Âge, 2016 - books.google.fr).

Contact