L’affaire Wilkes

L’affaire Wilkes

 

III, 80

 

1763-1764

 

Du regne Anglois l’indigne deschassé :

Le conseillier par ire mis à feu :

Ses adherans iront si bas tracer,

Que le bastard sera demi receu.

 

L’affaire Wilkes montra l’opposition du peuple anglais à l’autoritarisme du gouvernement de George III et mettait en jeu l’inviolabilité parlementaire et la liberté de la presse.

Wilkes, « personnage assez décrié [1] » (« indigne »), fut arrêté en 1763 pour avoir critiqué le discours du trône en terme injurieux. L’évêque de Gloucester entendait même qu’il soit brûlé en autodafé (« mis à feu »). Relâché par un juge, il se réfugie en France en 1764 (« du regne deschassé » : chassé du royaume). Revenu en 1768, il fut plusieurs fois élu au Parlement après en avoir été exclu à chaque fois (« demi receu » : reçu à moitié). Elu conseiller municipal de Londres, il en sera Lord Maire en 1774.

 



[1] ibid., p. 518

Contact