Armement des régimes dictatoriaux

Armement des régimes dictatoriaux

Complicités d’autres nations

Conférence de Stresa

 

VI, 12

 

1934-1935

 

Dresser copie pour monter à l’Empire,

Du Vatican le sang royal tiendra :

Flamans, Anglois, Espaigne avec Aspire,

Contre Italie & France contendra.

 

Les puissances totalitaires – Allemagne et Italie – réarment pour préparer leurs prochaines conquêtes et se constituer un empire. Hitler rétablit la conscription obligatoire en mars 1935 et investit militairement la Rhénanie l’année suivante sans réactions des démocraties. En 1936 l’Italie s’engage en Ethiopie. « Le pape approuva « l’expansion naturelle » de l’Italie, dont le roi Victor-Emmanuel III se fait couronner empereur [1] » (« Du Vatiquan… »). L’armée italienne utilisera l’épandage aérien de gaz ypérite qui fera 15 000 morts. « Le siège d’Addis Abeba en avril-mai 1936 par les troupes fascistes restera une honte de l’histoire contemporaine [2] ».

Tandis que la Belgique veut se garantir d’une prochaine guerre et deviendra neutre en 1936, que l’Angleterre conclut avec l’Allemagne un pacte naval autorisant celle-ci à posséder l’équivalent de 35 % de la flotte anglaise, et que les militaires espagnols se préparent à prendre le pouvoir avec Franco (« Flamans, Anglois, Espagne avec Aspire » : « Aspire » pour Spire, ville d’Allemagne), la France et l’Italie se mettent d’accord,  à la conférence de Stresa d’avril 1935, pour protéger l’Autriche de l’Allemagne. Ce rapprochement sera de courte durée, puisque l’Italie désavouée dans sa conquête éthiopienne, se dirige vers une fascisation à outrance à partir de 1936 et signera le pacte anti-Kommintern avec l’Allemagne nazie.

C’est le seul quatrain qui mentionne le Vatican (« Vatican »). Or c’est en 1929 que les accords du Latran viennent d’être signés. Ils reconnaissent la plénitude de la souveraineté papale sur l’Etat du Vatican, un dédommagement pour la perte des revenus temporels, et un concordat religieux.



[1] Eric Lebec, « Histoire secrète de la diplomatie vaticane », Albin Michel, 1997, p. 35

[2] ibid.

Contact