Entrée à Rome des alliés

Entrée à Rome des alliés

L’épuration

 

VI, 28

 

1946

 

Le grand Celtique entrera dedans Rome,

Menant amas d’exilés & bannis :

Le grand pasteur mettra à mort tout homme,

Qui pour le coq estoient aux Alpes unis.

 

Avec deux ans de retard, le quatrain est situé à la date de l’entrée dans Rome des Alliés desquels font partie les Français qui s’étaient exilés de leur pays envahi. Le « grand Celtique » peut être le général anglais Bernard Law Montgomery (1887-1975).

Après les débarquements de Normandie et de Provence, le territoire français sera libéré. Les autorités provisoires, sous le commandement du général de Gaulle (« Le grand pasteur » : celui qui guide et protège) engageront une épuration judiciaire qui succède aux exécutions sommaires de collaborateurs (« pour le coq » : trahison, en référence au reniement de Saint Pierre (Luc 13, 38)) qui auront trahi la France au profit, en particulier, des Italiens dont la zone d’occupation s’étendait sur une partie sud-est du pays dans les Alpes (« aux Alpes unis »).

En tout il y eut plusieurs dizaines de milliers d’exécutions et près de 100 000 affaires furent instruites par les cours de justice et chambres civiques[1].



[1] D. et M. Frémy, Quid 1997, Robert Laffont, p. 807

Contact