Les massacres de Srebrenica

Les massacres de Srebrenica

 

VI, 96

 

1996

 

Grande cité à soldartz abandonnée,

Onc n’y eut mortel tumulte si proche,

O quelle hideuse mortalité s’approche,

Fors une offence n’y sera pardonnee.

 

Les accords de Dayton (Ohio) signés en novembre 1995 par Aliha Izetbegobic, Slobodan Milosevic et Franjo Tudjman et entérinés à Paris en décembre mettent fin à la guerre de Bosnie. « Les négociations fixèrent pour objectifs un cessez-le-feu, sous contrôle de l’Ifor (force d’application des accords, sous commandement de l’OTAN, réduite par la suite en devenant Sfor), mais aussi le retour des réfugiés et personnes déplacées, enfin, la reconstruction d’un pays unifié dans le cadre de la nouvelle Constitution établi à Dayton. [1] »

L’épisode le plus douloureux dela guerre de Bosnie est sans doute la prise de Srebrenica (« Grande cité » : 40 000 bosniaques s’étaient réfugiés dans l’enclave), le 11 juillet 1995, par les forces serbes après qu’elles eurent attaqué les postes de casques bleus chargés de protéger les 5 zones de sécurités constituées par les Nations Unies. Les Serbes procèdent à une épuration éthnique en envoyant femmes et enfants vers les lignes bosniaques tandis queles hommes de plus de 16 ans sont fusillés. « Des sites de fosses communes ont été trouvés aussi loin qu’à Zvornik à une cinquantaine de kilomètres de Srebrenica. Les autorités bosniaques avancent le chiffre de 12 000 victimes tandis quela Croix-rouge retient le chiffre d’un peu plus de 7000 personnes [2] ».

 



[1] Jean-Arnault Dérens et Catherine Sanary, « Les conflits yougoslaves de A à Z », Les éditions de l’atelier, 2000, p. 99

[2] ibid., p. 362

Contact