Avigliana et Nancy

Avigliana et Nancy

 

VIII, 3

 

2032

 

Au fort chasteau Vigilanne & Resviers,

Sera serré le puisnay de Nancy:

Dedans Turin seront ards les premiers,

Lors que de dueil Lyon sera transy.

 

Revere

 

Resviers pour Revere, ville du duché de Mantoue en 1630 (Anatole Le Pelletier, Les Oracles de Michel de Notredame, Tome 2, 1867 - books.google.fr, Anton Friedrich Buesching, Géographie universelle, Tome 14, 1778 - books.google.fr).

 

La guerre de Succession de Mantoue est un conflit périphérique qui se déroula dans le cadre plus large de la guerre de Trente Ans, de 1628 à 1631. Elle opposa la France aux Habsbourg à la suite de l’extinction de la branche aînée des Gonzague en 1627 (fr.wikipedia.org - Guerre de Succession de Mantoue).

 

Cf. quatrain I, 100.

 

1628. Guerre en Italie pour la succession du duc de Nevers au duché de Mantoue. Défense de Casal. 1629. Départ du roi pour l'année. Peste à Lyon. Passage du pas de Suze (6 mars). Paix avec la Savoie (11 mars). Formation d'une ligue entre la France, Venise, le pape, et les ducs de Savoie et de Mantoue, pour le maintien de l'indépendance de l'Italie (8 avril). Paix avec l'Angleterre (24 avril). Massacre des huguenots dans le midi. Prise de Privas. Paix d'Alais avec les huguenots (28 juin). Suppression des états de Languedoc. Négociations avec les puissances du Nord. Richelieu est nommé premier ministre et généralissime de l'armée d'Italie (21 novembre). 1630. Le duc de Savoie quitte le parti de la France, et appelle les Espagnols. Prise de Pignerol par les Français. Conquête de la Savoie. Fait d'armes devant Avigliana (10 juillet). Sac de Mantoue par les Autrichiens (18 juillet). Prise de Saluées par les Français (20 juillet). Maladie du roi à Lyon (22 septembre). Paix de Ratisbonne avec l'Empereur (13 octobre). Fin de la guerre de la succession de Mantoue (26 octobre). Intrigues contre Richelieu. Journée des dupes. (Encyclopédie moderne, 1860 - books.google.fr).

 

Pendant la guerre de Succession d'Espagne, en 1704, le prieur de Vendôme prit Revere que le jeune prince de Vaudémont ("Nancy" mais n'était pas puiné) ne put garder.

 

"transy" : la peste à Lyon en 1628

 

A Lyon, la procession faite en l'honneur de Saint Roch durant la peste de 1628-1629, n'ayant pu détourner le fléau, Notre-Dame du Puy fut invoquée : elle n'eut pas plus d'effet. Alors les moines augustins proposèrent leur patron : Saint Nicolas de Tolentino. Lors de la reprise de l'épidémie en 1632, 1636 et 1643, les Echevins s'adressèrent cette fois à Notre-Dame de Fourvière et, chaque année, la procession du 8 septembre rappelle le vœu de 1643. Lorsque la peste reparut en Provence, en 1720, Lyon fut épargnée : reconnaissants, les lyonnais remercièrent leurs magistrats (Henri H. Mollaret, Jacqueline Brossollet, La peste: source méconnue d'inspiration artistique, 1965 - books.google.fr).

 

L’épisode du Châtiment de David, (dans le 2ème livre de Samuel 24, 13 et 15 &  dans  les Chroniques 21, 12 et 14) est essentiellement évoqué et figuré dans les Livres d’Heures du Moyen-âge, mais aussi dans la peinture classique du XVIIème siècle. Ainsi par exemple, dans la gravure de Sébastien Bourdon intitulée Peste de David (CF Base Excel n° 293) ou encore dans l’œuvre gravée de Castiglione dont le titre, Les trois jours de Peste (CF Base Excel n° 142)est plus explicite sur le choix du roi.

 

L’ancrage biblique de la peste a assurément nourri les représentations iconographiques occidentales, il est originel et fondateur et atteste un principe fondamental de nos imaginaires occidentaux et de cet inconscient collectif sur la maladie épidémique, ses causes, ses sens (sa signification et sa destination, sa raison d’être et sa fin). L’étude de cette miniature sur l’épisode de David permet d’en rendre compte. Nathan montre à David la Guerre, la Pestilence et la Famine, les trois constituant les fléaux traditionnels, est une image illustrative et, à ce titre, très liée au texte qui l’inspire.

 

Dans une miniature de Le Camus (mort en 1481), enlumineur actif à Troie dans la deuxième moitié du siècle, dans Les Heures, effectué au XVème siècle, l’image illustre l’épisode en un moment précis et les trois calamités sont incarnées. La famine  sous les traits féminins, le visage émacié, la tête recouverte d’un voile blanc. La guerre, en armure (casquée et armée d’une hallebarde contemporaine). La peste, enfin, au premier plan, «incarnée» si l’on peut dire, en transi, cette forme quasi squelettique associée aux représentations de la mort des Danses macabres, dont les représentations sont associées au fléau (Brossollet, 1971).

 

Les mesures de protection et sanitaires prises font aussi parfois l’objet de traitements picturaux ou graphiques. Ainsi sur une œuvre de Rémond Constant datée de 1636, nous reconnaissons les loges réservées aux pestiférés, à l’extérieur des murs de la ville, Nancy Cette œuvre actuellement au Musée de Nancy est un ex voto autrefois exposée dans l’église des Cordeliers. Elle rappelle le souvenir des épidémies de peste qui ravagèrent la Lorraine, en particulier Nancy en 1630. Dès 1636, un prêtre, Claude Beaujean qui exerçait son séminaire auprès des pestiférés, fit peindre à l'artiste cette œuvre. Il s’agit d’un ex voto représentant le vœu fait à notre Dame de Lorette.

 

La ville de Gray, en Franche-Comté, fut désolée plusieurs fois par l’épidémie, en particulier en 1630 et 1636 (Dominique Chevé-Aicardi, Les corps de la Contagion. Etude anthropologique des représentations iconographiques de la peste (XVIème – XXème siècles en Europe), 2006 - tel.archives-ouvertes.fr).

 

Avigliana

 

Veillane : Avigliana (veiller/vigile) (Annuaire-bulletin de la Société de l'histoire de France, 1920 - books.google.fr.

 

Veillane, en italien Avigliana, petite ville sur la Doria Riparia, où les Français du duc de Montmorency, qui sera exécuté à Toulouse en 1632 pour sédition, battirent les Piémontais le 10 juillet 1630

 

Bataille immortalisée par une pierre noire de Jacques Callot (1592 - 1635) (Paysages: chefs-d'oeuvre du Cabinet des dessins du Musée Condé à Chantilly, 2001 - books.google.fr, fr.wahooart.com).

 

Jacques Callot, artiste graveur, en réponse à la demande de Louis XIII de graver une plaque commémorative de la prise de Nancy (1633), répondit qu'il préférait « perdre le bras » (fr.wikipedia.org - Nicolas-François de Lorraine).

 

On voit le roi Louis XIII, lors de la Succession de Mantoue, intervenir en Italie selon une orientation ancienne de la politique française, franchir, accompagné de Richelieu, à la tête de ses troupes, des terres savoyardes, recevoir à Suse les ambassadeurs d'États italiens en 1629 ; passer en Champagne, à Grenoble et à Saint-Jean-de-Maurienne en 1630, où il écrit, à propos du combat d'Avigliana, à l'ouest de Turin : «le seul regret que j'ay est de n'y avoir pas esté à la teste de mes gens d'armes» (Mille six cent quarante-huit, la paix de Wesphalie, Ministère des affaires étrangères. Direction des archives et de la documentation, France. Direction des monnaies et médailles, 1998 - books.google.fr).

 

Nancy

 

Henry Chasteigner baptisé à Antoigné en Poitou, parent des La Roche Posay (cf. quatrain IX, 87) combat à Veillane et meurt au siège de Nancy, noyé dans la Meuse en la traversant à cheval (André Du Chesne, L'Histoire de la maison des Chasteigners, seigneurs de La Chasteigneraye, de la Rochepozay, de Saint Georges de Rexe, et autres lieux, 1634 - books.google.fr).

 

Mais plus probablement il s'agit du duc de Lorraine :

 

Petit-fils du duc Charles III, "le grand" et neveu du duc Henri II de Lorraine, Charles de Vaudémont, est le fils de François II de Lorraine, comte de Vaudémont et de Christine de Salm. Il était puiné puisque que son père avait eu un aîné : Henri (1602 - 1611), marquis de Hattonchâtel. Charles de Vaudémont (en allemand Karl IV.), né le 5 avril 1604 à Nancy, mort le 18 septembre 1675 à Bernkastel, est duc de Lorraine et de Bar, de jure de 1625 à 1675 (de facto de 1625 à 1634, en 1641 et de 1659 à 1670), sous le nom de Charles IV (fr.wikipedia.org - Charles IV de Lorraine).

 

En Lorraine, le duc Charles IV accueillait régulièrement, depuis 1629, les ennemis de Richelieu ou de Louis XIII, et prenait part à la guerre aux côtés de Tilly, contre les Suédois alliés des Français. Charles IV ayant autorisé l'occupation de  de forteresses situées sur la route de Nancy à Strasbourg par des troupes impériales, Louis XIII, assisté des maréchaux d'Effiat et de La Force, mena en décembre 1631 l'armée sur place. Un traité fut signé le 6 janvier 1632 entre Louis XIII et Charles IV mais celui-ci reprenait rapidement son alliance active avec Ferdinand II, entraînant d'autres interventions des armées des maréchaux d'Effiat et de La Force au cours des années 1632 et 1633. Charles IV capitulait le 20 septembre 1633, et l'armée française pénétrait dans Nancy le 25 septembre. Puis le duc de Lorraine abdiquait le 19 janvier 1634, laissant le pouvoir à son frère (Stéphane Thion, Les armées françaises de la guerre de trente ans, 2008 - books.google.fr).

 

Louis XIII & le cardinal de Richelieu en personnes, firent le siège de Nancy en 1633, & y entrèrent le 25 septembre de la même année. Ses fortifications qui passoient pour les plus belles de l'Europe, furent demolies (Robert de Hesseln, Dictionnaire universel de la France, 1771 - books.google.fr).

 

La ville reste au pouvoir des troupes royales de 1633 à 1660. Elle est occupée une seconde fois de 1661 à 1697.

 

En août 1633, Louis XIII vient assiéger Nancy : Charles IV est contraint de céder sa capitale le 20 septembre, par le traité de Charmes. Le duc abdique en janvier suivant, en faveur de son frère Nicolas-François, cardinal-évêque de Toul, puis il met son épée au service de l'empereur. Quant à Nicolas-François, il ne tarde pas à quitter l'état ecclésiastique, à épouser une cousine contre l'avis de Louis XIII et à s'enfuir. Le roi de France exige des populations un serment de fidélité à sa personne, il nomme un gouverneur à Nancy et introduit dans le duché les institutions françaises, en dépit de l'hostilité des habitants. La Lorraine ne retrouvera son autonomie qu'au moment du traité des Pyrénées, en 1659 (Christian Bouyer, Louis XIII, 2001 - books.google.fr).

 

Vigilanne en 1536

 

Le château d'Avigliana, élevé sur un éperon rocheux situé à 467 mètres d'altitude, domine de plus de cent mètres la ville, située à 352 mètres. Remontant au Xe siècle, il a été deux fois détruit par les Français, une première fois en 1536, une seconde fois définitivement par le maréchal de Catinat en 1692 (Dominique Julia, Gilles Caillotin, pèlerin: Le retour de Rome d’un sergier rémois (1724), 2013 - books.google.fr).

 

L'an 1536. François I. Roy de France, & le Pape Paul III. incita le Parlement de Turin à procéder contre ces Vaudois, comme contre des pernicieus Heretiques: en fuite de quoy ce Parlement leur suscita des grandes vexations, imitant en cela les autres Parlemens de France: de sorte qu'ils furent contraints de recourir au Roy même par une tres-humble Requeste,  mais pour tout cela leur condition ne fit s'en empirer, parce que le Roy leur commanda de vivre selon les Lois Romaines, leur denonçant que s'ils n'obeïssoient à cet ordre, il ne manqueroit point de les faire punir comme obstinés Heretiques: adjoutant pour raison, qu'il ne les faisait pas brûler en France pour les superter parmy les Alpes. La Parlement de Turin accouragé par ces réponses, enjoignit incontinent à ces pauvres peuples des Vallées de devoir chasser tout à l'heure tous leurs Ministres ou Barbes, & de recevoir en leur place les Prêtres qui leur seroient envoyés pour la celebration de la Messe &c. A quoy les pauvres Vaudois répondirent qu'il leur étoit impossible d'obeïr à des ordres si contraires à la parole de Dieu, qu'ils vouloient bien rendre à Caesar ce qui apartenoit à Caesar, comme ils l'avoient toujours fait, mais qu'ils ne vouloient pas laiffer pour cela de rendre à Dieu, ce qui appartenoit à Dieu, & qu'en tel cas ils étoient resolus à l'exemple des Saints Apoltres, d'obeïr à Dieu plutôt qu'aux hommes, & de se tenir à sa Sainte Parole plûtôt qu'au Traditions des Papes. Cependant, le Roy ayant pour lors plusieurs fers au feu, le Parlement ne jugea pas à propos d'entreprendre un guerre ouverte contreus dans une telle conjoncture: se contentant de donner ordre aus Juges & Magistrats, d'assister vigoureusement, & les Moines, & les Inquisiteurs, & de brûler tout autant de ces miserables Vaudois, qu'ils pourroiënt faire tomber entre leurs mains. Plusieurs de ces fideles perdirent encore pitoyablement leur vie par cette voye, mais avec une constance merveilleuse. Surtout fut admirable & étonnante tout ensemble celle de Barthelemi Hettor, publiquement brûle à Turin en la place du Château l’an 1555. qui tira des ruisseaus de larmes d'une multitude d'assistans Papistes, & arracha de la bouche de plusieurs autres, & des grands murmures, & des invectives perçantes contre la cruauté des Inquisiteurs & des Moines. [...]

 

En 1557, ce fut Geofroy Varaille, Ministre d'Angrogne, à être "brûlé dans la place du chasteau de Turin" (Jean Léger, Histoire generale des eglises evangeliques des vallees de Piemont; ou Vaudoises, Tome 1, 1669 - books.google.fr).

 

1536, c'est la mort du Dauphin :

 

François, dauphin de Viennois, duc de Bretagne, fils aîné du roi François Ier, jeune prince de la plus haute espérance, était accouru, l'an 1536, à la suite de son père, pour résister à l'invasion dont Charles-Quint menaçait la Provence. Arrivé à Lyon, durant les ardeurs de la canicule, il se livra sans ménagement, dans le jeu de paume du Plat, du côté d'Ainay, à un exercice qui était alors le principal amusement des personnes de son âge. Altéré par la fatigue et par la chaleur, il demanda de l'eau fraîche, que son échanson, le comte de Montecuculi, gentilhomme de Ferrare, s'empressa de lui verser « dans un vase de terre rouge » qui, d'après le récit de Brantôme, devait être ce que les Espagnols appellent un alcarraza. François but avec avidité l'eau qui lui était offerte et se sentit incommodé dès le jour même. Il ne laissa pas de partir et d'accompagner son père, qui se rendait par le Rhône dans le midi. Le Roi, le dauphin et ses deux frères couchèrent à Vienne, le jeudi 3 aout et en repartirent le lendemain pour Valence, mais contraint par la violence de la maladie de s'arrêter au château de Tournon, François y mourut peu de jours après, le 10 aout 1536, à l'âge de dix-neuf ans. La douleur fut générale en France et même à l'étranger. Elle rendit injuste, et personne ne voulut envisager comme un événement naturel cette mort inopinée. On l'attribua à un empoisonnement et sur quelques indices que l'on crut reconnaître, à l'ouverture du corps, le comte Sébastien de Montecuculi fut accusé d'avoir jeté de l'arsenic dans le vase qu'il avait présenté au dauphin. La justice trouva chez lui un traité de l'usage des poisons écrit de sa main et les soupçons se convertirent en certitude. Mis à la question, le malheureux avoua tout et même plus qu'on ne lui en demandait. Convaincu par ses aveux, il fut condamné par arrêt du Grand Conseil, séant à Lyon, le 7 octobre 1536, «a estre trayné sur une claye, des prisons de Rouanne jusques en la place, devant l'église Saint-Jean, pour y faire amende honorable, et de là, jusques au lieu de la Grenette pour y estre tiré et desmembré à quatre chevaux, et après les quatre quartiers de son corps pendus aux quatre portes de la ville de Lyon et la teste fichée au bout d'une lance, qui sera posée sur le pont du Rhosne (Alfred de Terrebasse, Epitaphe du coeur de François, dauphin de Viennois, 1858 - books.google.fr).

 

Cette interprétation remet en cause celle du quatrain VIII, 5. "La Lucerne" pourrait désigner la Vallée de Lucerne, peuplée de Vaudois persécutés par les Français ayant conquis la Savoie à partir de 1536 justement. Le Coq deviendrait alors François Ier mort en 1547. Mais quid de Breteuil ?

 

Cependant les Vaudois de Lucerne sont encore persécutés en 1643, date du quatrain VIII, 5 et de la mort de Louis XIII (Jean Léger, Histoire generale des eglises evangeliques des vallees de Piemont; ou Vaudoises, Tome 1, 1669 - books.google.fr).

 

Le pape envoie le père Belvedere pour éradiquer l'hérésie vaudoise dans les vallées alpines des Etats de Savoie en 1630 (Jean Léger, Histoire generale des eglises evangeliques des vallees de Piemont; ou Vaudoises, Tome 1, 1669 - books.google.fr).

 

"ards" : Feu du ciel

 

Des phénomènes étonnans portaient la terreur dans la cour de Savoie. Un mai, planté devant le château de Turin, était frappé par la foudre; à. Montmélian, la poudrière s‘embrasait avec explosion au feu du ciel. Les armes du prince, cinq fois placées sur une table, retombaient d’elles-mêmes sans cause connue; et quelques jours après, Charles Emmanuel n’était plus. Ces prodiges avaient été les signes avant-coureurs de sa mort (1630). Ce fut un homme grand par le génie et l’exécution. De son traité avec Henri IV, il avait été dit: "Que le roi avait fait une paix de duc, et le duc une paix de roi." Ce jugement est par trop rigoureux cependant pour le bon et loyal Navarrois (L.-M. Nyd, Notre-Dame de Vaux, ou Souvenirs historiques et traditionnels de Pont-de-Vaux et de ses environs, 1846 - books.google.fr).

Contact