Saint Jacques du Haut-Pas

Saint Jacques du Haut-Pas

 

VIII, 21

 

2045-2046

 

Au port de Agde trois fustes entreront,

Portant l'infect, non foy et pestilence,

Passant le pont mil mille embleront,

Et le pont rompre à tierce résistance.

 

"fustes" : trois galères à Agde

 

Fuste : sorte de vaiseau a bas bord, à voiles & à rames (Pierre Richelet, Dictionnaire françois: contenant les mots et les choses, plusieurs nouvelles remarques sur la langue françoise, 1680 - books.google.fr).

 

A leurs compétitions pour la couronne de Naples, Louis XII et Ferdinand le Catholique avaient cru mettre un terme par un partage secret, dont le roi Frédéric faisait les frais. L'un prenait l'Abruzze et le Labour, avec le titre de roi de Naples et de Jérusalem ; Ferdinand le Catholique se contentait du sud de la péninsule. La victime ne s'avisa de son malheur qu'à l'arrivée des troupes d'occupation françaises et espagnoles : Béraud Stuart d'Aubigny avançait à marches forcées par le nord, tandis que Gonzalo de Cordova débarquait à Messine. En vain, le roi Frédéric, affolé, fit-il prêter serment de fidélité à ses sujets : le 4 août 1501, Naples ouvrait ses portes aux troupes françaises : la veille, Frédéric s'était retiré avec sept galères à Ischia, tandis que la reine Jeanne emmenait le reste de la flotte à Palerme. […]

 

L'accord avait cessé de régner entre les co-partageants du royaume de Naples, dès qu'il s'était agi de délimiter leurs territoires respectifs en Capitanate. […]

 

Nos désastres se succédèrent avec une rapidité foudroyante. Louis XII avait lieu d'être découragé : il avait tout fait, tout tenté pour dégager, par de multiples contre-attaques, son corps expéditionnaire. Jamais nous n'avions eu tant d'escadres en mer. En dehors des trois divisions envoyées au secours de Naples et de Gaète, deux autres opéraient des diversions dans les golfes de Gascogne et de Lion. Une escadre bretonne de dix-sept navires, dont le noyau était constitué par la «bande» de croiseurs du capitaine Portzmoguer, protégeait les convois du Ponant contre l'essor des corsaires basques et rentrée en ligne éventuelle des Anglais, vivement sollicitée par Ferdinand le Catholique. […]

 

Simultanément, le 17 septembre 1503, une escadre marseillaise de quinze bâtiments de guerre et douze noies légères prenait la route de Collioure, afin de retenir de ce côté les renforts espagnols destinés à Naples. Coordonnant ses mouvements avec ceux du maréchal de Rieux, elle était venue s'embosser au grau de Leucate, sur le flanc gauche de notre armée, qui assiégeait la place forte de Salses. René, bâtard de Savoie, la commandait; en dépit de son titre d'amiral de Provence, il n'entendait rien à la marine; il eut la candeur de l'avouera ses officiers, en leur demandant conseil, quand il apprit que les troupes de siège, après trente-six jours de tranchées ouvertes, étaient forcées de se retirer devant l'armée du roi Ferdinand le Catholique. Plusieurs parlèrent de lever l'ancre immédiatement. Mais le lieutenant général de l'escadre, Guyon Mordret de Tours, capitaine de la Réale, déclara énergiquement que le devoir de tous était de protéger la retraite de l'armée, en empêchant les Espagnols de passer le long du grau. Son avis l'emporta. Aux premières lueurs de l'aube, les ennemis, dévalant par milliers de la montagne vers la plage, furent balayés par le feu de cent vingt pièces de marine. L'armée était sauvée. Mais quand la flotte reprit le large, une violente tempête la malmena fort, jetant trois galions en perdition sur les côtes de Catalogne, quatre autres sur la plage de Sérignan, où le bâtard de Savoie atterrit en naufragé; trois galères se réfugièrent à Agde, la Réale à Aigues-Mortes. La diversion tentée en Roussillon avait complètement échoué; les opérations furent suspendues pour cinq mois par l'armistice du 15 novembre 1503, qui laissa aux Espagnols le moyen de concentrer toutes leurs forces contre nos dernières positions dans le royaume de Naples (Charles de La Roncière, Histoire de la marine francçaise, 1899 - archive.org, fr.wikipedia.org - Frédéric Ier de Naples).

 

Louis Guillem baron de Clermont-Lodève, épousa Anne de Lascaris, de la descendance des empereurs d'Orient, fille unique de Jean Antoine et d'Isabelle d'Anglure ; veuve elle se remaria en 1498 à René de Savoie grand-maître de France, dont une fille Madeleine s'allia à Anne de Montmorency gouverneur du Languedoc sous François Ier. René de Savoie (1468-1525) était un fils naturel légitimé de Philippe II duc de Savoie dit «sans terre». François Guillem, le deuxième fils, fut le plus important personnage du lignage des Castelnau. Il fut souvent appelé le cardinal de Clermont. Né à Clermont-Lodève, il fut, à vingt-deux ans, archidiacre de Narbonne, en 1501 évêque de Saint-Pons, Valence et Agde, et créé cardinal en 1503 par le pape Jules II (Jacques Juillet, Les 38 barons de Castelnau: seconds barons chrétiens du royaume et leur baronnie, leur château, leurs églises, 1971 - books.google.fr).

 

"pestilence"

 

En 1505, malgré un nombre de nouveaux habitants plus élevé, la population fiscale diminue de 6 %. La peste de 1502 ou 1503, sur laquelle on n'est malheureusement que fort peu renseigné, en est sûrement la cause. Les troupes qui reviennent du Roussillon en 1503 introduisent la peste à Montpellier. Les soldats infectés la propagent sur leur passage. Les villes auprès desquelles ils s'approchent sont contaminées les unes après les autres. Elle était déjà aux environs de Narbonne au cours de l'été 1502. Jean Laporte, le 2 septembre, ne put trouver sur place à Ouveillan, lorsqu'il fit son testament, ni notaire, ni témoins. Tout le monde avait fui devant la maladie contagieuse. Les pertes subies par Narbonne sont, très certainement, supérieures à 6 % de l'effectif des habitants. Les clavaires préféraient conserver les noms propriétaires décédés dans l'espoir que les héritiers s'acquitteraient des sommes dues par les défunts. Le coup fut rude car la belle remontée en cours depuis 1480 se trouva stoppée net, malgré une nouvelle vague d'inscription de nouveaux habitants, la dernière de cette ampleur : 104 en 1507, 134 en 1508, 156 en 1509 110. La marche en avant paraît reprendre néanmoins ensuite (Gilbert Larguier, Le drap et le grain en Languedoc: Narbonne et Narbonnais 1300-1789, 2014 - books.google.fr).

 

On pense aussi au mal de Naples, qui apparaît vers 1493, pendant les guerres d'Italie menée par Charles VIII, continuées par Louis XII.

 

Pont Notre Drame

 

Les deux premiers ponts parisiens permettaient dès l'Antiquité à l'axe du cardo maximus de franchir la Seine sur son grand bras, dans le prolongement du Petit-Pont. Il occupe l'emplacement de l'un des tout premiers ponts de la capitale : le «Grand-Pont», remplacé par les «planches de Milbray», puis deux répliques du «pont Notre-Dame», l'une en bois, l'autre en pierre. Le toponyme «Mibray» provient vraisemblablement de la contraction de emmi le brai, signifiant «au milieu du marais», pour indiquer que l'on retirait ces planches de bois jusqu'au milieu du fleuve dans sa partie marécageuse, afin de protéger l'accès à l'île de la Cité. Il tiendra jusqu'aux inondations de 1406.

 

Le 30 mai 1413, Charles VI baptise le nouveau «pont de Notre-Dame», un solide ouvrage de bois reliant l'île de la Cité à la rue de la Planche-Mibray sur dix-sept rangées de piles. Les prévôt des marchands et échevins obtinrent au mois de juillet 1414 des lettres du roi qui les autorisèrent à faire exécuter ce pont. Il ne fut achevé qu'en 1421.

 

Le 25 octobre 1499, lors d'une crue de la Seine, le pont Notre-Dame s'entrouvrit et les maisons s'écroulèrent avec un fracas horrible. Tenu pour responsable d'avoir négligé les avertissements sur l'état de délabrement du pont, le parlement manda bientôt à la barre le prévôt des marchands et les échevins et les fit emprisonner. Par arrêt du 5 janvier 1500, il destitua Jacques Piédefer, prévôt des marchands, Antoine Malingre, Louis du Harlay, Pierre Turquant et Bernard Ripault, échevins, les déclara incapables d'exercer à l'avenir aucune fonction, et les condamna à de fortes amendes. Ils moururent tous en prison. Le poète Pierre Grognet indique «Mil quatre cens quatre-vingtz dix et neuf, tomba le pont Notre-Dame de neuf. Ce cas advint en octobre treizième jour du matin viron l'heure neuvième».

 

Le pont étant d'une grande importance économique pour la cité, il est rapidement décidé de le reconstruire. L'ouvrage, terminé en 1512, sera encore surplombé de demeures et de boutiques et deviendra vite un endroit commerçant très fréquenté et prestigieux : François Ier y fait son entrée triomphale dans Paris en 1515.

 

En 1659, le pont est remis en état et redécoré pour honorer l'arrivée à Paris de la fille du roi d'Espagne Philippe IV, Marie-Thérèse d'Autriche. En 1769, le pont Notre-Dame est le plus ancien des ponts qui existent à Paris. Par lettres patentes du roi, on doit détruire les habitations devenues insalubres qui le surmontent, ce qui sera fait en 1786.

 

Le pont qui lui succède en 1853 sur les mêmes fondations est construit en maçonnerie d'après les projets de Lagalisserie et Darcel, dans la lignée des transformations haussmanniennes et à la suite de la décision d'abaisser le niveau de la rue Saint-Martin. À la suite de nombreux accidents fluviaux qui y ont lieu (pas moins de 35 entre 1891 et 1910), il est surnommé « pont du Diable » (fr.wikipedia.org - Pont Notre-Dame).

 

Paris, 20 février 1502. Mandement de Louis XII aux gens du Parlement, de la Chambre des Comptes, des finances et des aides à Paris, pour l'exécution des lettres données le 19 décembre 1499 pour la levée d'une aide nécessaire à la réfection du pont Notre-Dame à Paris (Enreg. le 3 mars 1502) (Inventaire analytique des ordonnances enregistrées qu Parlement de Paris jusqu'à la mort de Louis XII, 1908 - books.google.fr).

 

Pontifex

 

On a gravé sur une des arches du pont Notre Drame ce distique de Sannazar, en l'honneur d'un des architectes Jean Joconde :

 

Jucundus geminum posuit tibi, Sequana, pontem ;

Hunc tu jure potes dicere Pontificem (fr.wikipedia.org - Pont Notre-Dame).

 

Sauval a fort bien remarqué que Sannazar a fait allusion à l'Inscription du Pont de Trajan : Prudentia Augusti verè PONTIFICIS.

 

Joconde fut le maître de Jules César Scaliger, connaissance de Nostradamus à Agen (Jean-Aimar Piganiol de La Force, Description historique de la ville de Paris et de ses environs, Tome 2, 1765 - books.google.fr).

 

Le jésuite Théophile Reynaud prétend que saint Bénézet fuit l'instituteur de l'ordre des Frères pontifes.

 

Pierre Hélyot suppose que saint Bénézet a appartenu aux frères de Saint Jacques d'Altopascio - introduits dans l'Hôpital d'Avignon, appelé Hôpital du Pont -, vers 1180 (Pierre Hélyot, Histoire des ordres monastiques religieux et militaires, et des congrégations séculiéres, Tome 2, 1714 - books.google.fr).

 

Le terme pontif dans le sens de "petit pont" et non comme constructeur de pont apparaît selon Godefroy (Dictionnaire de l'ancienne langue française, 1880-1902) en 1564. "pontifex" qualifie saint Bénézet chez Reynaud (Sanctus Joannes Benédictus pastor et pontifex Avenionene, 1643) (Marjorie Nice Boyer, The Bridgebuilding Brotherhoods, Speculum, Vol. 39, No. 4, 1964 - www.jstor.org).

 

Tout au cours du Ve siècle summus pontifex s'emploie pour tous les évêques et plus particulièrement, semble- t-il, pour les métropolitains. Au début du siècle suivant, l'important Concile d'Agde (506) réuni de six provinces, sous a présidence de saint Césaire d'Arles emploie dans son canon xxxv summus pontifex à propos de l'élection de n'importe quel évêque (Yves Congar, La collégialité épiscopale: histoire et théologie, 1965 - books.google.fr).

 

Le titre de pontifex attribué à saint Bénézet l'a parfois fait passer pour évêque (Pierre Hélyot, Histoire des ordres monastiques religieux et militaires, et des congrégations séculiéres, Tome 2, 1714 - books.google.fr).

 

Dans le haut moyen âge, peu ou point d'ouvrages à la traversée des cours d'eau, hormis quelques passerelles rudimentaires en rondins et les ponts des Romains, qui, hardis en toutes choses et bien qu'élégants constructeurs de voûtes, n'avaient jamais osé braver ouvertement les divinités trop impétueuses ; sous Trajan même, le grand pont du Danube était composé d'arcs en charpente. Le sentiment religieux allait inspirer la création de confréries spéciales vouées au service des voyageurs, à la construction et l'entretien des ponts. Où commença le mouvement et vers quelle époque ? Quelques auteurs ont fait remonter à saint Allucio, pâtre de Toscane, qui établit un hospice et un pont sur l'Arno au commencement du XIe siècle, l'origine de ces bâtisseurs assemblés sous le signe de la croix. La compagnie d'Allucio prit le nom de Saint-Jacques du Haut-Pas. Elle aurait eu des dépendances à Bonpas, où se seraient rattachés à elle les pontifes de Provence, et son action se serait étendue jusqu'à Paris sous Philippe-le-Bel ; on rencontre encore le nom de cet ordre hospitalier dans des Edits de Louis XIV. En réalité, en plusieurs points de l'Europe, les nécessités étant les mêmes partout, en entreprit de construire des ponts comme on élevait alors des églises. C'était l'aboutissement, l'épanouissement en tous lieux et simultanément, surtout au long des routes des pèlerinages et des croisades. […]

 

C'est en France, dans la vallée du Rhône, que ces compagnies furent les plus entreprenantes, les mieux instruites dans leur art. Ils se disaient «Fratres pontis», «Frères du pont», ou «des ponts», plus simplement «Faiseurs de ponts» ou, plus officiellement, «Frères des oeuvres de l'hospice et du pont de...» (Auguste Jouret, Les Frères Pontifes et saint Bénézet, Technica n° 89, 1947 - histoire.ec-lyon.fr).

 

Le pont d’Agde

 

Evêque et consuls sont associés pour faire construire le pont d'Agde. Ce dernier devait s'édifier lentement : le 21 novembre 1301, dans une transaction entre les consuls et les nobles d'Agde, ceux-ci s'engagent à acquitter, avant la mi-août à venir, les parts de tailles imposées par l'universitas à l'occasion de certaines dépenses d'intérêt général ; entre autres frais, figurent ceux qui sont engagés pour le pont d'Agde. Le 20 avril 1317 encore, les consuls requièrent Bernard  Mercadier d'achever le pont d'Agde, dans les délais pour lesquels il s'est engagé. Mercadier répond qu'il est prêt à faire en sorte que le pont soit achevé dans le temps précisé. Mais il demande à son tour aux consuls que les piles, qui sont dans l'Hérault et sur lesquelles le pont doit être construit, soient renforcées, afin que le travail en cause ne puisse souffrir à cause d'elles... Les consuls se disent prêts à renforcer les piles en question, en tant qu'elles sont à la charge de l'universitas et qu'ils y sont tenus, mais, renversant le raisonnement de Mercadier, ils le pressent de renforcer le pont, pour qu'à cause de son travail les piles ne soient pas mises en danger ! Mercadier demande enfin aux consuls de faire giet (?) dans les piles, pour qu'il puisse sindriare (?) le pont... En somme, les parties se renvoient les responsabilités. A part le litige qui oppose, en 1319, les consuls à Henri de Blanquefort, damoiseau d'Agde, au sujet des tailles imposées pour le pont et qu'il refuse de payer, aucun autre texte ne mentionne la construction du pont. Il a donc été sûrement achevé au début du XIVe siècle : mais les consuls avaient bien raison de surveiller avec attention les travaux, car, malgré leurs soins, le pont n'avait peut-être pas été construit solidement. [...] Le pont d'Agde comme tant d'autres dans la région, n'est pas entièrement construit en pierre : le bois est un matériau très utilisé. Ce fait explique l'ampleur des détériorations dûes aux crues du fleuve (André Castaldo, Le consulat médiéval d'Agde: XIIIe-XIVe siècles : seigneurs, villes et pouvoir royal en Languedoc, 1974 - books.google.fr).

 

Louis Fouquet, frère de Nicolas, fut évêque d'Agde et partisan du jansénisme dont un des hauts-lieux était l'église Saint Jacques du Haut Pas à Paris.

 

Les Fouquet était une famille très liée à l'Oratoire. Frère de l'ancien surintendant des Finances Nicolas Fouquet, l'évêque d'Agde Louis Fouquet (1633-170), prélat janséniste imprégné de la doctrine de M. d'Alet, se fera le protecteur des établissements oratoriens dans son diocèse. Son neveu Charles-Armand Fouquet (1657-1734), fils du surintendant, entré à l'Oratoire en 1680, janséniste convaincu, exécuteur testamentaire de Nicole, deviendra en 1705 assistant du général de l'Oratoire, le père Pierre-François d'Arères de La Tour, à qui il aurait succéder si son appel de la bulle Unigenitus ne l'avait fait exclure (Charles Frostin, Les Pontchartrain, ministres de Louis XIV: Alliances et réseau d'influence sous l'Ancien Régime, 2015 - books.google.fr).

 

L’église Saint Jacques du Haut-pas à Paris

 

L'église accolée au couvent de Saint-Magloire construite en 1584 est rapidement trop petite, et en 1630, Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII, décide de faire exécuter d'importants travaux. Le mur du fond de l'église est démoli, son orientation est inversée et l'entrée se fait dorénavant par la rue Saint-Jacques. Les travaux vont être très lents par manque d'argent, dû à la pauvreté des paroissiens. La voûte de style gothique initialement prévue ne sera pas réalisée. Les maîtres carriers offriront gracieusement le pavé du chœur, et les ouvriers des différents corps de métier viendront travailler un jour par semaine sans solde. Le 9 avril 1633, le Parlement, par arrêt, érige l'église en paroisse. Comme il existe déjà une église dédiée à Saint-Jacques le Majeur (de Compostelle), l'église Saint-Jacques-de-la-Boucherie, dont il ne reste plus que le clocher (la tour Saint-Jacques), il est décidé de dédier cette nouvelle église à saint Jacques le Mineur et à saint Philippe. Ce sont toujours les deux patrons de l'église Saint-Jacques-du-Haut-Pas. Angélique Arnauld, abbesse de Port-Royal, foyer du mouvement janséniste, décide en 1625, d'installer rue du Faubourg-Saint-Jacques, une annexe du monastère de Port-Royal des Champs. Des liens très étroits se nouent avec la paroisse de Saint-Jacques-du-Haut-Pas qui jouera un rôle important dans la diffusion du jansénisme. Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran (1581-1643), y a été inhumé et son tombeau devient rapidement un lieu de pèlerinage important. La duchesse de Longueville (1619-1679), Anne Geneviève de Bourbon-Condé, sœur du Grand-Condé et protectrice de Port-Royal offre des dons substantiels pour l'édification du bâtiment. Après sa mort, ses restes seront inhumés à Port-Royal des Champs, et quand l'abbaye sera détruite, son cœur sera déposé dans la chapelle de Saint-Jacques-du-Haut-Pas. Les travaux peuvent donc reprendre en 1675 grâce à elle. L'architecte sélectionné Daniel Gittard, qui a entre autres déjà construit le chœur de l'église Saint-Sulpice, exécute des plans de la façade. Mais celle-ci ne sera pas exécutée selon ses plans. Des deux tours prévues par Gittard, une seule sera finalement construite, mais de hauteur double par rapport aux plans initiaux. Le 6 mai 1685, les travaux principaux sont achevés. Une importante cérémonie de dédicace a lieu où prêcheront Fénelon et Fléchier (fr.wikipedia.org - Eglise Saint-Jacques-du-Haut-Pas).

 

Construction des ponts par les pontifes

 

Il est un peu osé de prétendre que le matériel des pontifes était plus perfectionné que celui des Romains. Cependant les manuscrits montrent des engins qui paraissent nouveaux. C'est ainsi que l'album de Villard de Honnecourt, architecte du XIIIe siècle, fait état d'une scie «mécanique» actionnée par un volant à main, le mouvement moteur de la lame rigide étant obtenu par la détente élastique d'une forte branche. Dans ce même manuscrit précieux on relève une machine à couper les pilotis sous l'eau ; c'est une scie à balanciers et parallélogramme plaquée contre le pieu par une corde à contre-poids. Les auteurs qui prétendent que les pilots furent employés pour la première fois à Paris, au pont Notre-Dame, par le frère Joconde, vers 1500, sont donc dans l'erreur. Un appareil élévatoire à vis et levier pour soulever les lourdes charges est aussi dessiné dans l'album de Honnecourt : c'est l'ancêtre des crics, dont le moyen âge faisait usage et qui, au XVIe siècle (ou avant), avaient pris leur forme définitive. D'autres engins étaient en honneur : le fardier, par exemple, avec ses énormes roues de charronnage et son long levier pour l'accrochage et le levage des fardeaux (d'où son nom) et que nous retrouvons aujourd'hui dans l'outillage des forestiers pour le transport des grumes (Auguste Jouret, Les Frères Pontifes et saint Bénézet, Technica n° 89, 1947 - histoire.ec-lyon.fr).

 

La structure des ponts en bois que l'on ne sait pas encore calculer, dépend étroitement des assemblages qu'il est possible de réaliser. Leur conception est plus affaire de charpentiers que d'ingénieurs. C'est l'expérience qui dicte les équarrissages à employer. Ils sont par nature fragiles : les crues les emportent souvent, les assemblages sont des points faibles - les eaux y stagnent, favorisant le pourrissement -, l'incendie les guette. Pour qu'ils durent, il faut les protéger des intempéries par une couverture complétée par des bardages latéraux. Les ponts suisses précités sont des ponts couverts . Aux U.S.A., il reste près de 1000 ponts couverts ayant plus d'un siècle. En France il en reste tout de même un : le pont Chrétien à Chabenet (Indre), qui dans son état actuel, ne remonte sans doute pas au - delà du XIXe siècle.

 

S'il n'existe plus en France de ponts de bois anciens, c'est parce qu'ils étaient considérés comme des constructions transitoires, précédant les ponts de pierre définitifs. On peut toutefois en voir ailleurs, notamment en Suisse. Les vieux ponts de bois de Lucerne toujours en service datent respectivement de 1408 et de 1633 ; près de Berne le Neue Brücke est ouvert au trafic depuis 1535. Bien construits et régulièrement entretenus ces ouvrages peuvent durer longtemps. La charpente triangulée, invention romaine, avait permis tout au long des siècles passés une grande diversité de structures, les documents d'archives parfois, et plus encore les gravures anciennes le montrent (Guy Lambert, Béatrice de Andia, Les ponts de Paris, 1999 - books.google.fr).

 

Cf. le pont de planche et la loi salique du quatrain VIII, 23 – Les Etats généraux de 1484.

 

"résistance"

 

On peut voir résistance comme attitude lors d'un combat autour d'un pont comme celui de Bayard au pont du Garagliano en 1503 justement ou bien comme comportement des éléments d'un pont en situation de crue, de débâcle, de surcharge (certaines éditions ont "trembleront" au lieu de "embleront"), etc.

 

Le pont du Garigliano n'est cependant pas le seul où Bayard se soit trouvé en cette héroïque posture, et voilà qui se comprend de reste, puisque, toujours à l'extrême pointe dans les marches en avant, il se tenait toujours, quand l'armée  faisait retraite et qu'il s'agissait de couvrir cette retraite, le dernier de l'arrière-garde, et par conséquent, s'il y avait un pont à passer, le dernier à le passer lui-même, occupé d'abord à arrêter ou retarder sur l'autre rive la poursuite de l'ennemi. Ainsi devait-on le voir en cette fâcheuse journée que l'on appela la Journée des Éperons, quand, ayant eu dessein de ravitailler les  les assiégés de Thérouanne, dont ils s'étaient trouvés empêchés par les troupes du roi d'Angleterre, prévenu de leur entreprise, les capitaines du roi de France avec leurs gendarmes avaient dû, à force d'éperons, en effet, rebrousser chemin, et parmi eux, à grand regret, le capitaine Bayard, lequel, en se retirant, vint à aviser un petit pont où ne pouvaient passer que deux hommes à cheval de front ; et dès qu'il fut sur ce pont, il dit à ceux qui étaient avec lui : «Messeigneurs, arrêtons-nous ici, car d'une heure nos ennemis ne gagneront ce pont sur nous» ; et, vivement, il avait envoyé prévenir le seigneur de la Palisse avec le gros de l'armée d'utiliser cette heure à se mettre en ordre de bataille, cependant qu'il se faisait fort de retenir les Bourguignons et les Anglais ; et bien les aurait retenus plus longtemps encore, s'ils n'avaient découvert un demiquart de lieue plus bas, un moulin par où traversant ils purent des deux côtés enclore à plus de deux cents le bon chevalier et l'obligèrent à se rendre... Et quand, après la bataille de Ravenne, dix-huit mille Suisses, sous la conduite du cardinal de Sion, s'étant joints aux troupes vénitiennes et pontificales formèrent une armée de plus de trente mille hommes contre laquelle les Français n'étaient plus en force de résister, qui furent donc contraints de battre en retraite sur Pavie, c'est encore à la tête d'un pont jeté sur le Tessin pour le passage de l'artillerie, et durant qu'il protégeait ce passage, que Bayard fut si cruellement blessé d'un coup de fauconneau, qui, entre l'épaule et le cou, lui emporta la chair jusqu'à l'os ; mais le bon chevalier répétait : «Messeigneurs, ce n'est rien !» tandis que ses compagnons et ses soldats étanchaient et bandaient de leur mieux la terrible blessure, qu'ils craignaient mortelle, avec la mousse des arbres et des morceaux de leurs chemises... Même défense hardie et comme désespérée au pont de Mola, pour laisser également défiler l'artillerie, lors de la retraite sur Gaète, peu après, justement, l'exploit du pont du Garigliano, qu'avait rendu inutile l'impéritie coupable des deux chefs mis par le roi Louis XII à la tête de l'armée française pour remplacer La Trémoille malade, le marquis de Mantoue, puis le marquis de Saluces, tous deux étrangers (Franc-Nohain, Bayard: ou, La gentillesse française, 1934 - books.google.fr).

 

Mais il faut attendre le début du XVIIIème siècle pour voir cette notion apparaître pour les ponts, selon une recherche sur internet (Henry Gautier, Traité des ponts, ou il est parlé de ceux des Romains & de ceux des modernes, Tome 2, 1717 - books.google.fr).

 

Les connaissances techniques se résument d'abord aux "recettes" écrites ou orales que se transmettent maîtres et compagnons. A cela s'ajoutent l'incontournable De Architectura de Vitruve, le traité de Palladio déjà cité et enfin le Traité des ponts d'Henri Gautier, dont la première édition paraît en 1714. C'est à peu près tout ce qui est utilisable par les constructeurs, et encore seuls quelques-uns peuvent en tirer profit. Il s'y ajoute en 1695, le Traité de Mécanique de La Hire, en 1712 le mémoire sur la construction des voûtes du même auteur, en 1730, l'Architecture hydraulique de Bélidor et enfin en 1773, le célèbre mémoire de Coulombs (Guy Lambert, Béatrice de Andia, Les ponts de Paris, 1999 - books.google.fr).

 

La théorie de la résistance des matériaux, comme toute la mécanique moderne, remonte à Galilée, qui, en 1638, essaya de traiter le problème particulier de la flexion des solides encastrés. Outre les principes de la mécanique sur lesquels elle repose, elle invoque certaines hypothèses qui doivent être confirmées après coup par l'expérience. L'hypothèse adoptée par Galilée ne se trouva pas d'accord avec les observations; aussi les physiciens auxquels il avait ouvert la voie, Mariotte entre autres, essayèrent de la modifier. Mariotte paraît avoir connu dès 1680 la véritable loi de flexion des prismes. Enfin c'est à Jacques Bernoulli qu'on doit l'hypothèse fondamentale dont on déduit toutes les lois de la flexion des pièces droites ou courbes, et dont l'expérience a fait reconnaître l'exactitude. A partir de cette découverte, qui remonte à 1705, on peut dire que la théorie de la résistance des matériaux est fondée; elle n'a cessé de faire des progrès, sous la double influence des analystes, Euler, Lagrange, Navier, et des expérimentateurs, Parent, Coulomb, Barlow, Tredgold, Dupin, etc. (Exposé de la Situation de la Mécanique appliquée: Par MM. Ch. Combes, Ed. Phillips et Ed. Collignon, 1867 - books.google.fr).

 

Les recherches de Mariotte sur la résistance des solides sont contenues dans un traité plus général consacré au mouvement des eaux, rédigé par lui, mais imprimé après sa mort à partir de ses manuscrits par un mécanicien, son collègue académicien Philippe de La Hire. Celui-ci affirme s'être montré fidèle à l'ordre voulu par Mariotte. [...] La mécanique se veut au XVIIe siècle une science déductive, dont les propositions sont déduites d'axiomes indubitables sur le modèle de la géométrie. Philippe de La Hire définit ainsi sa propre pratique, en exergue de son Traité de Mécanique : «J'ai tâché dans cet ouvrage de démontrer toutes les propositions à la manière des Anciens Geomètres, sans me servir d'autre Axiome ou proposition fondamentale que de celles que tout ceux qui ont écrit de Mecanique ont supposée d'abord.» (Christian Licoppe, La formation de la pratique scientifique: Le discours de l'expérience en France et en Angleterre (1630-1820), 2013 - books.google.fr).

 

Dans l'église de Saint-Jacques du Haut-Pas et dans le cimetière qui y était annexé avaient été autrefois inhumés : Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran, mort en 1643; Jean-Dominique Cassini, célèbre astronome, mort en 1712; Philippe de La Hire, habile géomètre et fils du peintre de ce nom, mort en 1718 (Amédée Gabourd, Histoire de Paris depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Tome 3, 1864 - books.google.fr).

 

"Passant" : Saint Jaqcues du Haut-Pas et les ponts de Paris

 

C'est le père du Breul, selon André du Chesne, qui affirme qu'en 1286 les deux ponts de pierre de Paris "tombèrent, & les moulins & maisons qui estoient dessus, & la Tour". Ces deux ponts de pierre étaient l'un, le grand, à l'emplacement du pont aux Meuniers et l'autre, le petit, à celui du pont Saint Michel. Ces ponts furent reconstruits en bois sur pilotis, puis le petit à nouveau en 1314 en pierre (André Du Chesne, Les antiquitez et recherches des villes, chasteaux, et places plus remarquables de France, Tome 1, 1668 - books.google.fr).

 

Les religieux de Saint-Jacques du Haut-Pas, étaient nommés pontifices ou faiseurs de ponts. Cet Ordre prit naissance en Italie, vers le milieu du douzième siècle. Ce ne fut d'abord qu'une société de laïques dont le principal but était de faciliter aux pèlerins le passage des rivières, en faisant euxmêmes des bacs et des ponts pour cet usage. L'association fut le berceau d'une congrégation religieuse, dont le chef-lieu fut l'hôpital de Saint-Jacques du Haut-Pas, dans le diocèse de Lucques, en Italie. Ces religieux tiraient leur nom d'un lieu nommé Maupas, malus passus, ou Haut-Pas, altus passus, sur la rivière d'Arno. L'Ordre se multiplia et une colonie vint s'établir à Paris. Le commandeur général résidait en Italie, et le commandeur spécial des religieux de France, dans le couvent de Saint-Jacques du Haut-Pas, dont l'église qui a été reconstruite est aujourd'hui une des paroisses de Paris. Cette dernière commanderie avait été érigée par Philippe le Bel, en 1286, selon le père du Breul (Origines et raison de la lithurgie catholique en forme de dictionnaire, Tome 8 de Première encyclopédie thélogique, 1863 - books.google.fr).

 

Jacques du Breul est un moine bénédictin français de l'abbaye Saint-Germain-des-Prés, né à Paris (au milieu du Petit-Pont) le 17 septembre 1528, mort à Saint-Germain-des-Prés le 17 juillet 1614, à quatre-vingt-cinq ans (fr.wikipedia.org - Jacques du Breul).

 

Le nom de Petit-Pont lui vient du fait que ce pont franchit le petit bras de la Seine (d'où son nom), par opposition au Grand Pont, devenu pont au Change qui franchit le grand bras de la Seine. Le premier pont situé à cet endroit date de la période romaine de Lutèce. Le Petit-Pont était à l'époque gallo-romaine le seul point de passage pour relier la rive gauche, l'île de la Cité et, dans le prolongement du cardo maximus, la rive droite. Fait de bois, il était particulièrement exposé aux crues de la Seine et aux incendies. En 1185, qu'un nouvel ouvrage fut construit par décision de l'évêque Maurice de Sully. Ce pont reliait sur moins d'une centaine de mètres la rue du Marché-Palu à la rue Saint-Jacques. Le Petit-Pont fut à nouveau détruit en 1196, par une crue, ce qui sera le sort des cinq ouvrages édifiés entre 1200 et 1375. En 1280, la Seine déborde. Gilles Corrozet écrit : «L'an mil deux cens quatre vingts, la riuière de Seine fut si grande à Paris, qu'elle rompist la maistresse arche du Grand Pont, vne partie du Petit Pont & encloyt toute la ville, qu'on n'y Pouuiot entrer sans basteau.» Entre 1394 et 1406, le roi Charles VI fit construire par l'architecte Raymond du Temple un nouvel ouvrage. Ce pont ayant été emporté par la débâcle des glaces du fleuve le 31 janvier 1408 fut rétabli en 1409, en pierre cette fois. Cette dernière réplique subsista jusqu'au XVIIe siècle. Sa proximité avec l'Hôtel-Dieu favorisa l'implantation de boutiques d'apothicaires sur le pont, aux abords de la rue du Marché-Palu, dès 1552. Les maisons y furent édifiées une seconde fois en 1603 et restaurées en 1659. Après plusieurs effondrements, le Petit-Pont et toutes les maisons qui y étaient construites furent totalement détruits par un incendie en 1718, provoqué par la présence de deux bateaux de foin en flammes qui avaient dérivé. Il fut remplacé un an plus tard par une autre réplique de pierre à trois arches cintrées. De 1850 à 1853, un pont à une seule arche en ciment et meulière fut construit à son emplacement, sur les plans de Lagalisserie et Darcel exécutés par Alexandre Michal, ingénieur en chef. Inauguré en décembre 1853, il existe encore de nos jours (fr.wikipedia.org - Petit-Pont-Cardinal-Lustiger).

 

Agde 1286

 

En 1285 avait eu lieu l'invasion du royaume d'Aragon par Philippe-le-Hardi, qui se termina si fatalement pour lui et pour son armée. Après avoir réussi à grand peine à repasser les Pyrénées, il mourut à Perpignan d'une maladie contractée au siége de Gironne. Cette guerre n'avait eu d'autre motif que les compétitions des maisons de France et d'Aragon, relativement au royaume des Deux-Siciles. [...] Par représailles, Roger de Lauria, amiral d'Aragon, organisa, en 1286, une descente sur les côtes ouvertes du Languedoc. Il débarque nuitamment à l'embouchure de l'Orb, près de Sérignan, que ses almogavares surprennent et mettent à sac. Ils marchent ensuite sur Béziers et, suivant l'historien Muntaner, rencontrent une al'mée de trente mille hommes, dont trois cents cavaliers, qu'ils mettent dans une déroute complète. Après en avoir fait un carnage effroyable, ils se rembarquent le soir même sur leurs galères. Cette immense armada biterroise détruite aussi prestement au prix de sept Aragonais seulement laissés sur le champ de bataille, nous paraît un exploit vraiment fabuleux. Aucune désignation commémorative, aucune tradition locale n'indiquent le lieu précis de ce combat qui se serait livré à michemin de Sérignan à Béziers. Je crois que l'emphase du chroniqueur aragonais fait bien pendant à la jactance gasconne de Bernard d'Auriac. Beaucoup plus certains sont, malheureusement, les massacres et pillages commis quelques jours après par le terrible Roger de Lauria, à Agde, à Vias, au grau de Sérignan, à Narbonne, à Leucate (Louis Noguier, Bulletin de la Société Archéologique, Scientifique et Littéraire de Béziers, Volume 6, 1871 - books.google.fr).

 

Dès l'aube du jour il se trouva au Grau d'Agde; là, il débarqua son monde ; les galères légères et les lins armés remontèrent par le chenal de Vias, et les grosses galères se rendirent à la cité d'Agde. Dans chacun de ces lieux ils s'emparèrent de tous les lins et barques qu'ils y trouvèrent. L'amiral, avec la moitié de sa cavalerie, la moitié des almogavares, et une bonne partie des chiourmes des galères, marcha sur la cité d'Agde, la prit et la saccagea entièrement. Il ne voulut pas souffrir qu'on y tuât femme ni enfant; mais tous les hommes de quinze à soixante ans furent massacrés, et tous les autres épargnés. Il mit à feu et à sang toute la ville, à l'exception de l'évêché, car il ne permit jamais qu'on fît aucun dommage aux églises ni qu'on déshonorât aucune femme. Sur ces deux points l'amiral montra toujours une grande sévérité et ne permit jamais qu'on fit le moindre dommage à une église, ni qu'on y enlevât la valeur d'un bouton. Il ne voulut jamais non plus qu'aucune femme fût déshonorée, dépouillée, ni touchée dans sa personne. Aussi Dieu lui en rendit-il bonne récompense, car il lui accorda des victoires pendant sa vie, et une bonne fin à l'heure de sa mort. L'autre portion des troupes marcha sur Vias, les uns par terre, les autres par le chenal en amont. Ils saccagèrent également tout Vias et prirent tout ce qui s'y trouvait, lins et barques, et il y en avait bon nombre en amont du chenal. L'alarme se répandit bien vite aussi dans tout le pays. Les gens de Saint-Thibery, de Loupian et de Gigean y arrivèrent par mer; mais arrivés près d'Agde, les nouvelles leur vinrent comment, la veille, avaient été traités ceux de Béziers, et là-dessus ils songèrent à s'en retourner; mais ils ne se hâtèrent pas assez pour que les hommes à cheval et les almogavares n'en atteignissent plus de quatre mille, qu'ils firent périr à coups de lance, puis ils retournèrent à Agde, où ils restèrent quatre jours, mettant tout à feu et à sang. Cela fait, l'amiral fit rembarquer ses troupes et se dirigea vers Aigues-Mortes; là il trouva des nefs, lins et galères, qu'il prit et envoya à Barcelonne. Il se rendit ensuite au cap de la Spiguera. Arrivé à cette hauteur, il les avait mis hors d'état de savoir de ses nouvelles, mais chacun dans le pays pensa qu'il était retourné en Sicile. A la nuit, à la faveur du vent de terre, il se mit en mer en naviguant aussi rapidement que possible, mais de manière à ce qu'on ne pût l'apercevoir pendant le jour, et le lendemain, aussitôt que la brise de mer eut soufflé, il s'approcha du cap de Leucate, y aborda de nuit, y trouva, entre barques et lins, plus de vingt bâtiments tous chargés de bonnes marchandises, et il les prit tous et les envoya à Barcelonne. A la pointe du jour il entra par le Grau de Narbonne; et il y trouva aussi des lins et galères, et les mit tous en mer. Que vous dirai-je ? Le butin que firent lui et tous ceux qui l'accompagnaient fut vraiment sans bornes; et ils en auraient bien plus fait encore, s'il n'eût eu hâte de retourner en Catalogne pour se trouver à temps au couronnement du roi. Il sortit donc du Grau de Narbonne avec tous les bâtiments qu'il avait pris et fit route pour Barcelonne. Mais laissons ici l'amiral En Roger de Loria (Chronique de Ramon de Montaner, CLII) (Jean Alexandre C. Buchon, Choix de chroniques et mémoires sur l'histoire, Tome 3, 1841 - books.google.fr).

 

Les hommes de ce temps semblent avoir vu la main de Dieu dans les calamités et les catastrophes, mais étant donné la nature de nos sources l'enlumineur les montre rarement, ou jamais comme pour les disettes et les famines qui concernent peu le public des chroniques. Par contre, la destruction d'un ou plusieurs ponts par les eaux est volontiers représentée par les miniaturistes, car le pont est un élément vital qui prouve la puissance financière et commerciale d'une ville, comme ses murailles sont le symbole de sa force et de sa richesse. Ainsi l'effondrement de deux ponts de Paris en 1286 est un signe du mécontentement et de la colère de Dieu qui s'inscrit parmi d'autres calamités dues à la folie des hommes : la trahison de Pierre de la Broce, conseiller de Philippe  III, supplicié sur le même folio et le massacre des Français à Bruges qui est en vis-à-vis. L'eau est ici symbole de mort. D'ailleurs l'enlumineur rappelle le rôle meurtrier des flots déchaînés lors du naufrage des Anglais de Jean d'Arondel. Le châtiment divin paraît grave car les noyés meurent en état de péché mortel (Christiane Raynaud, La violence au Moyen Age: XIIIe-XVe siècle : d'après les livres d'histoire en français, 1990 - books.google.fr).

 

"mille... embleront" : ambler ?

 

Le verbe "ambler" vient du latin "ambulare", marcher, qui, en Gaule, concernait les chevaux (marcher à l'amble) (Dictionnaire étymoligque, Larousse, 1969).

 

"mil mille" pourrait être une distance plutôt qu'un nombre de personnes dont le pids aurait fait céder le pont.

 

Le "millier" signifie aussi "mille livres pesant" (Dictionnaire de l'Académie française, Tome 1, 1841 - books.google.fr).

 

Cf. la "resistance" du pont due peut-être à une surcharge.

 

L'Ospedale di Altopascio (Lucca), lungo la via Francigena, fu fondato intorno alla fine del Mille e divenne uno dei punti principali di raccordo lungo la via che portava i pellegrini a Roma (Nuova rivista storica, Volume 95 ,Numéro 1, Società editrice Dante Alighieri di Albrighi, Segati, 2011 - books.google.fr).

 

Le chemin de Saint-Jacques rejoignait par la via tolosana la via francigena italienne dans le trajet Saint-Gilles/Vercelli qui menait à Plaisance, Lucca, Sienne et Rome (Manuel Antonio Castineiras Gonzalez, Topographie sacrée, liturgie pascale et reliques dans les grands centres de pèlerinage : Saint-Jacques-de-Compostelle, Saint-Isidore-de-León et Saint-Étienne-de-Ribas-de-Sil, Les Cahiers de Saint-Michel de Cuxa, 2003 - books.google.fr).

 

C'est à l'Autrichien Julius Jung que revient sans conteste le mérite de l'« invention » de la via francigena pour la recherche moderne. Au cours de ses recherches sur l'Italie centrale et l'époque lombarde, il a découvert dans des éditions de sources anglaises un itinéraire datant de 990. Il a publié en 1904 un article à ce sujet, «L'itinéraire de l'archevêque Sigeric de Cantorbéry et la route de Rome à Lucques par Sienne». Comme l'indique déjà le titre, la description du trajet correspondait au retour du dignitaire anglo-saxon de Rome, où il était allé recevoir le pallium. L'itinéraire consistait en une liste introduite par le titre Iste sunt submansiones de Roma usque ad mare et comportant les noms de 79 lieux dans lesquels l'archevêque avait passé la nuit au cours de son voyage. A la suite d'une mention siennoise de 1216, Jung désigna cette portion de route viafrancesca.

 

Dans les années 20 et 30, deux historiens locaux siennois ont repris ce sujet, et ce sont leurs travaux qui ont donné au trajet son nom définitif - en partie justifié comme - de via francigena. Chez le premier des deux, Mattone-Vezzi, la nomenclature de la route était encore changeante : le titre de l'article - dans lequel il présentait deux témoignages du XIe siècle désignant la route comme strata romea et lui ayant permis d'en préciser le trajet en deux points - était en effet «La portion de la route romaine ou franque dans le Val d'Eisa». Le second auteur, Venerosi-Pesciolini, s'est quant à lui attaché au nom de via francigena, a trouvé d'autres indications sur la route et lui a ensuite consacré un opuscule intitulé «La route franque dans le contado de Sienne aux XIIIe-XIVe siècles»

 

Cette étude de Venerosi-Pesciolini parue en 1933 a conféré pour la première fois la densité du réel à une route connue jusqu'alors seulement par une liste d'étapes et quelques informations éparses. Le chercheur siennois a attiré l'attention sur d'autres trajets confirmant l'existence de la route, comme celui de l'abbé islandais Nikulâs de Munkathverâ en 11547, celui de l'abbé Adalbert de Stade au milieu du XIIIe siècle, et encore deux autres descriptions de chemins, qu'il a tous ensemble utilisés pour reconstituer le tronçon siennois de la route.

 

L'intérêt de la recherche, qui était jusqu'alors entièrement concentré sur le tronçon toscan, a été pour la première fois élargi à tout le trajet de la route par le chercheur américain Francis Peabody Magoun, dans les années 40. Magoun a publié trois articles les uns à la suite des autres, dans lesquels il identifiait les 79 étapes de l'itinéraire de Sigeric et les 88 étapes du voyage que l'abbé islandais Nikulâs avait effectué en 1154 à travers le Danemark, l'Allemagne, la Suisse et l'Italie. En 1950, Otto Springer a signalé un itinéraire islandais du début du XIVe siècle, figurant dans ce qu'on appelle le Hauksbôk et décrivant le chemin de la Norvège à Rome en passant par le Danemark, l'Allemagne et le Brenner. En 1957, Albert d'Haenens a étudié un cinquième itinéraire, figurant dans les textes de l'abbé de Saint-Martin de Tournai, Gilles li Muisis, qui était allé à Rome à la suite de la proclamation de l'année sainte de 1300. Enfin, il nous faut encore évoquer ici Yves Renouard, qui avait décrit dans les années 60 le chemin de Rome à partir de la France sur la base de deux autres relations de voyage : celui de l'archevêque de Rouen Eudes Rigaud, en 1254, et celui du marchand Barthélémy Bonis de Montauban à l'occasion de la deuxième année sainte en 1350. [...]

 

Les itinéraires de pèlerins ne signalent pas seulement une succession de lieux qui s'ordonnent ainsi en une route et font apparaître des grandes liaisons médiévales, mais ils apportent encore bien d'autres informations. L'itinéraire de Sigeric de Cantorbéry, le plus ancien relevé d'étapes, au sens propre du terme, du Moyen Age, a été établi lors d'un voyage à Rome. La particularité de cet itinéraire, qui n'enregistre pas le trajet de Cantorbéry à Rome mais celui du retour - en fait de Rome jusqu'aux côtes de la Manche -, semble indiquer que l'archevêque nouvellement élu voulait fixer une fois pour toutes la succession exacte des étapes de ce chemin que ses prédécesseurs avaient déjà suivi et que ses successeurs emprunteraient encore. Les 78 lieux que la liste note sommairement ne correspondent pas au premier chef aux principales agglomérations que le métropolite de Cantorbéry avait rencontrées sur sa route, mais aux submansiones, c'est-à-dire les endroits où il a passé la nuit. Outre la description du chemin de Rome et l'indication de ce que le trajet demande 79 jours, l'itinéraire était également un guide de voyage pour les principales églises de Rome que chaque pèlerin voulait avoir vues. Avant la description du chemin de retour, il proposait ainsi un circuit raffiné de visite en deux jours, le premier menant de Saint-Pierre au nord de la ville et à l'extérieur, où l'on suivait le pourtour de la ville le long de l'enceinte d'Aurélien, et le second conduisant le visiteur aux principales églises intra-muros.

 

L'itinéraire de Munkathverâ est lui aussi plus qu'un simple guide routier. Il est aussi un petit journal de voyage où sont consignées de courtes annotations pouvant être d'un quelconque intérêt, voire même utiles, à un voyageur prochain. L'abbé fait ainsi noter par exemple que le dialecte change entre Verden et Minden, qu'à Bâle on quitte le Rhin - que le voyageur avait suivi sur plus de 300 km depuis Mayence -, qu'à Vevey, au bord du Lac Léman, se rejoignent les chemins des pèlerins venant du Nord et du Sud de la France, mais aussi d'Angleterre et des Flandres, que l'on peut rencontrer de la neige même en juillet au Col du Grand Saint-Bernard, que le Pô doit être franchi entre Pavie et Plaisance, que l'hôpital d'Altopascio doit accueillir tout voyageur, que les femmes de Sienne seraient particulièrement belles et bien d'autres choses encore (Thomas Szabo, Routes de pèlerinages, routes commerciales et itinéraires en Italie centrale. In: Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, 26e congrès, Aubazine, 1996. Voyages et voyageurs au Moyen Age - www.persee.fr).

 

Sigerico racconto tappa per tappa del suo viaggio, però, ha permesso di ricostruire l'itinerario della via Francigena, un percorso lungo mille miglia (1600 chilometri) che traversava l'Europa medievale da Canterbury a Roma toccando Arras e Reims, Besançon e Losanna, Aosta e Parma, Lucca e Siena (Stefano Ardito, Cammini e sentieri nascosti d'Italia da percorrere almeno una volta nella vita, 2017 - books.google.fr).

 

Acrostiche : APPE

 

Dans « Appe » on pourrait reconnaître un Appia, tel qu'on en trouve sur des inscriptions à Rome du Ier siècle, pour Apphia. Il ne faut pas confondre la transcription latine des noms de racine grecque "apph" (en rapport avec "père") et la transcription grecque du nom latin Appius et de ses dérivés (G. Purnelle, Les usages des graveurs dans la notation d'upsilon et des phonèmes aspirés: le cas des anthroponymes grecs dans les inscriptions latines de Rome, 1995 - books.google.fr).

 

Cependant "au Moyen Âge, la voie Appia était surnommée la Francigena del Sud - c'est parfois encore le cas aujourd'hui -, car, une fois arrivés à Rome, les pèlerins, puis les croisés, l'empruntaient pour se rendre à Jérusalem par le port de Brindisi" (Jacques de Saint Victor, Via Appia, 2016 - books.google.fr).

 

En qualité de roi des Lombards et de patrice de Rome, Charlemagne gouvernait la plus grande partie de l'Italie, formant, depuis les Alpes jusqu'aux frontières de la Calabre, une étendue de mille milles (Edward Gibbon, Histoire de la décadence et de la chute de l'Empire romain, Tome 9, traduit par François Pierre G. Guizot, 1828 - books.google.fr).

 

Comme dit Lao Tzu, philosophe chinois : «un voyage de mille lieues commence toujours par le premier pas» (www.viefrancigene.org).

 

Typologie

 

Le report de 2046 sur la date pivot 1503 donne 960.

 

Au déclin de la seconde race des rois de France et au commencement de la troisième race, l'État tomba dans une sorte d'anarchie, les grands s'érigèrent en souverains occupés à se faire la guerre les uns aux autres ; puis survinrent les invasions des Sarrasins, et il n'y eut plus de sûreté pour les voyageurs, surtout au passage des rivières. Gomme les ponts étaient rares et la surveillance nulle, les bateliers purent exercer leur brigandage sur la plus large échelle. L'Italie et le reste de l'Europe n'étaient pas dans une situation moins déplorable. […]

 

Les Sarrasins avaient le centre de leurs forces en Provence, et les Hongrois arrivant par l'Alsace et la Franche-Comté, il est à croire que cette rencontre eut lieu en Savoie. Ménabréa pense que ce fut près de Montmélian et que Conrad était posté dans les Bauges. Une ancienne tradition la place en Maurienne, dans la plaine d'Aiton. Ce fut le premier coup porté à la puissance des Sarrasins dans nos contrées et ils ne s'en relevèrent pas. En 960, ils furent chassés du Mont-Saint-Bernard. En 965, Isarn, évéque de Grenoble, ayant fait appel aux nobles, aux guerriers et aux paysans de son diocèse, refoula ces barbares vers Saint-Jean de Maurienne et Suse. L'arrestation de saint Mayeul au pont d'Orcières, entre Embrun et Gap (972), excita l'indignation générale; car il était également vénéré des peuples et des rois. Pour le tirer, lui et ses compagnons, des mains des Arabes, il fallut payer une rançon de mille livres d'argent. Le monastère de Cluny, dont il était abbé, ne put réunir une pareille somme l qu'en vendant les ornements de l'église et en recourant à la générosité des personnes pieuses. De toutes parts on courut aux armes : Guillaume, comte de Provence, fut mis par le roi Conrad à la tète de l'expédition. Général aussi vaillant que pieux, il expulsa les Sarrasins du Dauphiné et de la Provence et enfin s'empara, en 975, de la forteresse de Fraissinet. [...]

 

Alors, des hommes pieux se réunirent en corporations religieuses, et s'engagèrent par vœu à se tenir toujours en état, pour le service des voyageurs, sur les grandes routes et particulièrement au bord des rivières, tant pour leur faciliter le passage par le moyen des ponts, des chaussées et des bacs, que pour les défendre contre toute sorte d'insultes et leur donner même le couvert dans les hôpitaux. Le peuple les appela Frères Pontifes ou faiseurs de ponts; Rome païenne avait déjà donné ce titre aux chefs du culte qui, sous le règne d'Ancus Marcius, construisirent le pont Sublicius. C'est ainsi que, vers le commencement du XIe siècle, douze nobles Florentins, renonçant à leurs richesses et à l'élévation de leur rang, se vouèrent, pour l'amour de Dieu, au service des voyageurs sur un pont et dans un hospice qu'ils avaient bâtis eux-mêmes près de San Miniato, entre les confins de Lucques et les confins de Florence. Leur œuvre prit le nom de Saint-Jacques du Haut-Pas (de alto passo ou de alto pascio), à cause de l'élévation du lieu où ils s'étaient établis... (Abbé Truchet, Histoire hagiologique du diocèse de Maurienne, 1867 - archive.org).

 

L‘itinéraire de Sigéric à l’origine de la Via Francigena passe par le Grand Saint Bernard (Joseph Bédier, Les chansons de geste et les routes d'Italie (1er article). In: Romania, tome 36 n°142, 1907 - www.persee.fr).

Contact