Velléda

Velléda

 

VIII, 15

 

2041

 

Vers Aquilon grands efforts par hommasse,

Presque l'Europe et l'Univers vexer,

Les deux éclipses mettra en telle chasse,

Et aux Pannons vie et mort renforcer.

 

"hommasse"

 

Ca 1393 hommassement «à la manière d'un homme (en parlant d'une femme)» (Ménagier, I, 14 ds T.-L.); 1. 1535 subst. hommace «femme virile, virago» (P.R. Olivétan, trad. de la Bible, Gen. 2, 23 d'apr. Kunze, p. 158) - 1675, Widerhold Fr.-all. d'apr. FEW t. 4, p. 454b; 2. ca 1584 adj. hommasse «qui a l'allure d'un homme (en parlant d'une femme)» (Brantôme, Dames, Catherine de Médicis, éd. Lalanne, VII, 365 ds Gdf. Compl.). Dér. de homme*; suff. -ace, -asse* (www.cnrtl.fr).

 

Une hommasse est une femme dont la corpulence et les manières tiennent de celles de l'homme. Selon tous les dictionnaires, hommasse est un adjectif. «Une taille hommasse, un visage hommasse.» (Jean Humbert, Nouveau glossaire genevois, Tome 1, 1852 - books.google.fr).

 

"Aquilon" : Pays Bas

 

Vespasien est declaré Empereur à Alexandrie le premier juillet 69, & en Palestine par son armée le 2e. Il est aussitost reconnu jusques en Acaïe. Il regne dix ans moins six jours. Il tient une assemblée à Beryte.

 

Civilis se revolte avec les Hollandois sous pretexte de faire la guerre pour Vespasien. Les troupes de la Germanie battues par Civilis, tuent Hordeonius Flaccus leur General à la fin de decembre. Les Gaulois se revoltent, particulierement à Treves & à Langres, & se joignent à Civilis : les legions mesmes prennent leur parti, tuent Vocula, & abandonnent les autres chefs. Julius Sabinus de Langres prend le titre de Cesar, & est défait par les Francomtois.

 

Petilius Cerealis est envoyé contre Civilis & les Gaulois. Ceux de Reims & la pluspart des Gaulois rentrent dans l'obeïssance. Domitien quitte Rome ayant le 21 de juin , & vient dans les Gaules jusques à Lion. Cerealis remporte plusieurs victoires sur ceux de Treves & sur Civilis. Civilis se soumet enfin aux Romains sur la fin de l'année. Velleda pretendue prophetesse estoit alors honorée comme une deesse par les Allemans, dont elle estoit Reine (Louis Sebastien Le Nain de Tillemont, Histoire des empereurs, 1720 - books.google.fr, fr.wikipedia.org - Caius Julius Civilis).

 

"Univers"

 

On a voulu faire de cette révolte une lutte pour l’indépendance de la Gaule. Pourtant, cette crise de 68-70 ne ressemble pas à la révolte qui éclate au même moment en Palestine, car les mouvements de Vindex et Civilis ne semblent pas être dirigés contre Rome, mais contre l’empereur en place. C’est en tout cas ce que laisse entendre Dion Cassius dans le discours qu’il prête à Vindex :

 

«Parce que, dit-il, il a pillé tout l'univers romain, parce qu'il a fait périr toute la fleur du sénat, parce qu'il a déshonoré et tué sa mère, et ne conserve pas même l'apparence d'un empereur. Bien des meurtres, bien des rapines, bien des violences, ont été maintes fois commis par d'autres; mais comment pourrait-on dignement retracer le reste ? (…) Levez-vous donc enfin, secourez-vous vous-mêmes, secourez les Romains et délivrez l'univers entier

 

Le soulèvement en Gaule semble d'ailleurs soutenu par une partie de la population de Rome comme nous le rapporte Suétone :

 

«L’univers, après avoir supporté un pareil empereur un peu moins de quatorze ans, le déposa enfin et ce furent les Gaulois qui donnèrent le signal, sous la conduite de Iulius Vindex, qui gouvernait alors cette province en qualité de pro-préteur. (…) Aussi, la haine générale étant soulevée contre lui, il n’y eut sorte d’outrages qu’on ne lui fit subir. On accrocha un toupet derrière la tête d’une de ses statues, avec cette inscription en grec : “ c’est maintenant que commence la lutte; dérobe-toi donc ”. Au cou d’une autre, on attache une besace portant ces mots: “pour moi, qu’aurais-je pu faire de plus ? Mais toi, tu as mérité le sac.” On inscrivit encore sur des colonnes: “ces chants ont réveillé même les Gaulois.” Enfin, l’on entendit souvent, la nuit, des gens, qui feignaient de se disputer avec des esclaves, réclamer avec insistance un “Vindex”.» (fr.wikipedia.org - Révolte des Bataves).

 

Velléda

 

Qui in principio hujus capitis de antiquissimo teminarum nostrarum statu & speciatim de Velleda viragine, prolixius forte quam par erat, disputavimus, non possumus non coronidis

loco quaedam de mulie ribus summo loco natis commemorare, quae à saeculo XI. in nostra usque tempora, vel tutoria vel propria auctoritate, Batavis praetuerunt; ita tamen, ut potiorem Tutricum rationem habituri simus (Petrus Meerman (Johan Heinrich Jung), Dissertatio historico-juridica inauguralis, de tutela feminarum iisque ipsis tutricibus apud Romanos et Batavos, Tome 1, 1760 - books.google.fr).

 

« viragine » : de virago (viraginis) femme robuste, hommasse (Gaffiot).

 

Johan Heinrich Jung, a vu le jour en 1715 à Osnabruck. Il étudia d'abord à Jena, plus tard à Leyde, sous Westenberg, Vitriarius et Burman, enfin à Göttingen, où en 1746 il fut nommé secrétaire du collège et délivra la Göttingsche Gelehrte Zeitung. L'année suivante, ayant été temporairement chargé de l'éducation du prince de Galles à Londres, il retourna en Hollande en 1751. Il se voit bientôt confier une partie de l'enseignement à l'école latine de Rotterdam, tandis que Gérard Meerman l'utilise pour l'aménagement de son excellente bibliothèque. Il excellait aussi bien comme avocat que comme historien. Après avoir passé douze ans à Londres, il est nommé bibliothécaire à Hanovre et historiographe de la maison Brunswick Lunenburg. Il mourut le 14 avril 1799 (Biographisch woordenboek der Nederlanden, bevattende levensbeschrijvingen van zoodanige personen, die zich op eenigerlei wijze in ons vaderland hebben vermaard gemaakt, Tome 7, 1878 - books.google.fr).

 

Velléda ou Véléda fut une vierge prophétesse celte ou germanique (völva) du temps de Vespasien. Son nom, avec un seul L, Veleda, veut dire «voyante» en gaulois. Fille de Segenax, elle était de la nation des Bructères et habitait une tour sur la Lippe. Elle exerçait une influence immense sur toutes les populations germaniques : ainsi Tacite rapporte que les habitants de Colonia Claudia Ara Agrippinensium (Cologne) lui confièrent l'arbitrage de leur conflit avec les Tenctères, une tribu germanique habitant hors du limes. Considérée comme une déesse vivante, en communication constante avec les dieux Sucellus et Nantosuelte, les envoyés des deux parties ne furent pas admis en sa présence, et la prophétesse rendit son jugement via un intermédiaire. Tacite lui fait jouer dans le soulèvement des Bataves contre Vespasien en 70 un rôle aussi important que celui de Civilis, mais on ne sait si elle prophétisa simplement la rébellion ou eut un rôle plus actif. Une démonstration de force opérée par neuf légions sous le commandement de Caius Licinius Mucianus mit fin à la rébellion. Le général Petilius Cerialis captura Civilis, mais il traita les rebelles avec clémence, et Velléda ne fut pas inquiétée (fr.wikipedia.org - Velléda (prophétesse)).

 

"Pannonie"

 

Les Sarmates & les Daces courent la Mesie & la Pannonie en 69 ou 70, tuent Fonteius Agrippa, sont chassez par Rubrius Gallus (Louis Sebastien Le Nain de Tillemont, Histoire des empereurs, 1720 - books.google.fr).

 

"Eclipses"

 

Deux éclipses de lune de 69, en avril (25) et en octobre (18) sont vues depuis Rome. Elles sont regardées par Xiphilinus comme surnaturelles. Une éclipse en septembre 14, après la mort d'Auguste, apaisa la révolte des légions en Pannonie (Recueil de tables astronomiques, publié sous la direction de l'Académie Royale des Sciences et Belles-Lettres de Prusse, 1776 - books.google.fr).

 

Les éclipses de 69 sont mises en rapport avec le sac de Crémone et la bataille de Bédriac (Origines Kalendariae Italicae Nundinal Calendars of Ancient Italy, Nundinal of Calendar of Romulus, Calendar of Numa Pompilius, Calendar of the Decemvirs, Irregular Roman Calendar, and Julian Correctio Tables of the Roman Calendar, from V. C. 4 of Varro, B. C. 750, to V. C. 1108 A. D, Volume 4, 1854 - books.google.fr).

 

Cf. quatrain IX, 76 - Batailles de Bédriac - 2159-2160.

 

Typologie

 

Le report de 2041 sur la date pivot 69 donne -1903.

 

Epoque d'Amenophis I roi de Basse Egypte qui soumet toute l'Egypte, et de Belochus, roi d'Assyrie (Lenglet Du Fresnoy, Tablettes chronologiques de l'hist. univers., sacrée et proph., ecclésiast. et civile, depuis la création du monde, jusqu'à l'an 1762, 1763 - books.google.fr).

 

Armamithrès a pour successeur Bélochus I, qui est, à notre avis, le libérateur de sa patrie et le fondateur de la première dynastie indigène à Ninive. Celle-ci finit avec Bélochus II et Atossa ou Sémiramis, et fait place à la dynastie de Bélatarès (Frédéric de Rougemont, Le peuple primitif, sa religion, son histoire et sa civilisation, Tome 3, 1857 - books.google.fr).

 

L'Assyrien Sargon II détruit en -722 le royaume du Nord (Israël), rase Samarie, sa capitale, et déporte la population en Médie, où elle disparaîtra. Le Babylonien Nabuchodonosor II en fait de même en -586 pour le royaume du Sud et Jérusalem. Mais les Hébreux de Juda ne se laissent pas assimiler dans la mégapole des bords de l'Euphrate. Gardant leurs lois et leur foi, ils servent le pouvoir babylonien assez longtemps pour attendre le pouvoir perse. Celui-ci les ramène en Palestine : il a besoin d'un bouclier stratégique sur la Méditerranée. En -539 commence la destinée d'un petit État vassal, organisé théocratiquement. Il passera des Perses à Alexandre, d'Alexandre aux Ptolémées, puis aux Séleucides, enfin aux Romains. Pendant six siècles les Hébreux n'ont reconquis leur indépendance que soixante-dix-huit ans, à la suite de la révolte de Juda Macchabée et contre les Séleucides. Les Romains se seraient volontiers accommodés de cet État archaïque qui leur évitait l'administration directe. Ils laissèrent le pouvoir royal juif reprendre de l'éclat sous Hérode le Grand. Mais c'était vraiment un peuple difficile. Les pulsions indépendantistes le reprenaient périodiquement à la lecture de ses rouleaux sacrés. On attendait en Palestine celui qui réaliserait l'Écriture et libérerait Jérusalem. Maintenant qu'il s'ouvrait aux influences culturelles parcourant l'Orient impérial, sa théologie étatique se pulvérisait en sectes Pharisiens, Saducéens, Esséniens, tous en appelaient aux Romains. Ceux-ci finirent par se résigner à l'intervention. Ils déposèrent Archelaus, fils d'Hérode, et nommèrent des «procurateurs», c'était provoquer la révolte. Elle fut violente, fanatique, désespérée. Les Romains lui répondirent sauvagement. Titus, faisant campagne après son père Vespasien, détruisit la ville et le Temple. Il dispersa dans l'Empire les habitants qui n'avaient pas été massacrés. Sur l'emplacement de Jérusalem Hadrien devait construire en 132 la Colonia Elia Capitolina. Il dut mater l'ultime révolte que ce sacrilège souleva chez les Juifs restés dans la région et qui avaient trouvé leur Messie. Voilà, rendue à l'histoire autant que faire se peut, ce que toute l'Europe lit encore dans son Écriture sainte (Robert Lafont, Nous, peuple européen, 1991 - books.google.fr).

 

Vespasien (latin : Imperator Caesar Vespasianus Augustus) est né le 17 novembre 9 près de Reate (aujourd'hui Rieti) et mort le 23 juin 79 à Aquae Cutiliae. Il est le fondateur de la dynastie des Flaviens qui règnent sur l'Empire romain de 69 à 96. Ses fils Titus, puis Domitien lui succèdent après sa mort (fr.wikipedia.org - Vespasien).

 

Contact