Stoïciens et chrétiens
Stoïciens et chrétiens

 

VIII, 78

 

2087-2088

 

Un braganas avec la langue torte

Viendra des dieux le sanctuaire, 

Aux Hérétiques il ouvrira la porte

En suscitant l'église militaire.

 

Bariolé

 

"Braganas" ou "Bragamas" pourrait avoir un rapport avec "Bracanat" forme de "Barracanat" qui signifie "bariolé" (Simon Jude Honnorat, Dictionnaire provençal-français, Tome 3, 1846 - books.google.fr, www.etymologie-occitane.fr).

 

En grec "bariolé" se dit "poikilos" qui a donné le nom du portique du Pécile, qui est celui des stoïciens ("stoa", portique), où le fondateur de cette secte faisait son école.

 

Dans la basse ville, on voyait plusieurs autres monuments, entre autres le Pécile, et la Tour des Vents, d'Andronicus Cyrrhestès. Hors de la ville deux édifices admirables, le temple de Thésée et celui de Jupiter Olympien, d'une demi-lieue de tour, renfermant la statue du dieu, autre chef-d'œuvre de Phidias, également d'ivoire et d'or; puis le Panthéon, temple consacré à tous les dieux, sur le modèle duquel a été exactement construit celui de Rome; et enfin les jardins des philosophes, l'Académie, sur la place Céramique, où enseignait Platon; le Lycée d'Aristote, servant aussi aux exercices gymnastiques. Au-delà de l'ilissus, était le Cynosarge d'Antisthènes, fondateur de l'école Cynique. N'oublions pas la montagne de l'Aréopage, où ce tribunal rendait ses arrêts; le Prytanée, palais du sénat; et le Pnyx, où s'assemblait le peuple pour délibérer. Après 23 siècles de guerre et de désastres, Athènes est encore un objet d'admiration, et ses magnifiques ruines témoignent éloquemment de ce qu'elle fut autrefois (Dictionnaire de conversation à l'usage des dames et des jeunes personnes, ou Complément nécessaire de toute bonne éducation, Volume 1, 1841 - books.google.fr).

 

Les portiques étaient très-nombreux à Athènes : le plus remarquable était celui que l'on appelait le Pécile, "Polikilè", parce qu'il renfermait une riche collection de tableaux, peints par des maitres fameux, tels que Polygnote, Mycon, et Pandœnus, frère de Phidias. Les sujets de ces tableaux étaient la guerre de Troie ; les secours fournis par les Athéniens aux Héraclides ; leurs victoires sur les Lacédémoniens à OEnoé, sur les Perses à Marathon, sur les Amazones dans les champs de l'Attique. Les murs à l'intérieur étaient couverts de boucliers enlevés aux Lacédémoniens ou à d'autres ennemis. C'est là que Zénon professa sa philosophie, et qu'il fonda cette secte fameuse des stoïciens, ainsi nommés du lieu où ils s'assemblaient. A la porte du Pécile on remarquait la statue de Solon (Encyclopédie moderne, Archaisme - Atrophie, Tome 4, 1852 - books.google.fr).

 

"secte" est le pendant latin du grec "hérésie". (Grand dictionnaire universel du 19. siecle Larousse, A-AZ, 1865 - books.google.fr).

 

Zénon de Citium passe pour avoir reçu de Delphes un conseil déjà donné à Socrate, celui de "prendre la couleur des morts" (Suidas) (Auguste Bouché-Leclercq, Histoire de la divination dans l'antiquité: Oracles des dieux (suite) Oracles des héros et des morts. Oracles exotiques hellénisés, 1880 - books.google.fr).

 

Les dieux

 

D'auantage, c'est vn des arrests donné par Zenon, qu'il ne fault point bastir de temples aux Dieux, d'autant que le temple n'est point chose saincte, ne qui soit grandement à estimer, attendu que c'est ouurage de massons & manœuures, & que nul ouurage de telle manière de gens ne peult estre de grand pris (Les oeuvres morales & meslées de Plutarque, translatées du grec en françois par Messire Jacques Amyot, 1572 - books.google.fr).

 

Tordu

 

La théorie du solécisme est indubitablement stoïcienne (Diog.-L. 7, 59) ; mais il ne faut pas la placer trop tôt. En effet la référence au comportement bizarre (Zénon) et à l'absurdité logique (Chrysippe) part du sens général ; le solécisme des grammairiens relève du logos, de l'énoncé en forme, à la différence du barbarisme, qui n'excède pas le plan de l'expression, léxis. Nous avons de nombreuses autres attestations de l'acception "illogique" : Aristote, Epicure, Sextus Empiricus, qui remontent aux pièges de la dialectique, déjà attestés chez Protagoras. La faute de logique, bien illustrée par un exemple de Lucilius (1284-1286), se manifeste dans des énoncés amphibologiques (cf. "je l'ai vu frapper de mes yeux" !) ; elle ne découle en rien de l'emploi grammatical qui est au contraire postérieur. Les Romains, d'après Aulu-Gelle (5, 20), ont longtemps répugné à l'emploi du terme grec ; on devine pourquoi. En effet, l'étymologie usuelle se rapportait à la norme attique spécifiquement grecque. De là des termes proprement latins qui évoquent la réalité syntaxique du solécisme : stribiligo (Aur.- Opillus), terme hybride (gr. stroblos "tordu" et suffixe  -igo des noms de maladies ou de malformations?), ou peut-être un vieux mot sorti d'usage, plutôt qu'une création "pédante", puis imparilitas (Sinnius Capito). Le terme grec est d'abord attesté chez les rhéteurs (Rh.-Her., Sén.-Rhét., Quintilien) (Pierre Flobert, Philologie latine, Livret, Volume 3, 1983 - books.google.fr).

 

Ce qu'il y avait surtout de tordu chez Zénon, c'est son cou (en lien métaphorique avec le solécisme ?).

 

Diogène Laërce a écrit (Livre VII) à propos de Zénon (333-261 avant notre ère), fondateur du stoïcisme : «Zénon, fils de Mnaseas ou Demeas, était natif de Citium à l'île de Chypre, une cité grecque qui avait reçu des colons phéniciens.» «Il avait le cou tordu, dit Thimoteus d'Athènes dans son livre intitulé Vies cependant Apollonius de Tyr dit qu'il était frêle, très grand et noir, d'où le fait que certains l'aient appelé une branche de vigne égyptienne, selon Chrysippe dans le Ier livre de ses Proverbes» (Gamal Mokhtar, Histoire générale de l’Afrique : Afrique ancienne, 1980 - books.google.fr).

 

Eglise militaire : militante

 

Les Stoiciens tenaient que la fin qu'on devait se proposer était de vivre selon la nature : or, que de vivre selon la nature était de ne faire rien de contraire à ce que nous dictait la raison qui était une loi générale et commune à tous les hommes. Que chacun devait embrasser la vertu à cause d'elle-même, sans avoir égard à aucune récompense; qu'elle suffisait pour rendre les gens heureux, et que ceux qui la possédaient, jouissaient d'un parfait bonheur, même au milieu des plus grands tourments. [...] Qu'il n'y a point de milieu entre le vice et la vertu, car, disaient-ils, comme il est absolument nécessaire qu'on soit droit ou tordu, aussi toute action doit être bonne ou mauvaise (Francois de Salignac de La Mothe Fénelon, Histoire des hommes les plus illustres de l'antiquité, 1850 - books.google.fr).

 

La philosophie stoïcienne a préparé le terrain au christianisme. Les Pères de l'Eglise s'inspirent fortement d'elle (Michel Spanneut, Le stoïcisme des Pères de l'Église: de Clément de Rome à Clément d'Alexandrie, 1969 - books.google.fr).

 

L'Eglise, dans le sens spirituel, c'est l'assemblée des personnes unies par la profession de la même Foi Chrétienne, & par la participation des mêmes sacrements, sous la conduite des pasteurs légitimes, dont le chef est le pape, vicaire de Jésus-Christ en terre. On distingue l'Eglise triomphante, l'Eglise souffrante & l'Eglise militante. L'Eglise triomphante est l'assemblée des fidèles qui sont déjà dans le ciel. L'Eglise souffrante est l'assemblée des fidèles qui sont dans les flammes du purgatoire; & l'Eglise militante est l'assemblée des fidèles qui sont occupés sur la terre à combattre contre les vices & les tentations. Pour être membre de l'Eglise militante, il faut être baptisé; il faut n'être pas retranché du corps de l'Eglise, comme enfant rebelle & désobéissant : ainsi les infidèles & les Juifs, les schismatiques, les hérétiques & les apostats, ne sont pas du corps de l'Eglise; il en est de même des excommuniés, tant qu'ils sont dans l'état d'excommunication (Dictionnaire Historique des Cultes Religieux Establis Dans le Monde, Tome II, 1777 - books.google.fr).

 

La porte ouverte

 

 «Tu me demandes ce qu'est la liberté ? C'est n'être esclave d'aucune chose, d'aucune nécessité, d'aucun hasard. C'est tenir la Fortune en respect. Le jour où j'aurais compris que je suis plus fort qu'elle, elle ne pourra plus rien.» (Ep., LI, 9). [...] II y a chez Sénèque un accomplissement, un achèvement d'une notion du stoïcisme primitif. Le sage qui jouit de cette Liberté est hors d'atteinte. «Rien de mal ne peut arriver à l'homme de bien.» (De prov., II, 1) II s'est recueilli en lui-même, limité à lui-même à la fine pointe du moi. Ce qui est accessible de l'extérieur n'est plus lui. Il est invulnérable. C'est la thèse de tout le De constantia sapientis : « Les murailles qui protègent le sage sont à l'épreuve de la flamme et de tout assaut ; elles n'offrent aucun accès ; elles sont hautes, insurmontables, égales aux dieux. » (VI, 8) II dispose de sa vie et de sa mort : «la porte est ouverte» (De prov., VI, 7). Quand le bien est devenu impraticable, le suicide peut être un acte suprême de vertu, le dernier chemin de la liberté (ibid. II, 10) (Michel Spanneut, Permanence du stoïcisme, de Zénon à Malraux, 1973 - books.google.fr).

 

Diogène Laërce nous apprend que Zénon, étant fort vieux, se cassa un doigt en sortant de son école, et que ne pouvant supporter la douleur aiguë que cet accident lui causoit, il s'étrangla. Lucien dit qu'il se laissa mourir de faim (John Leland, Nouvelle démonstration évangélique, 1768 - books.google.fr).

 

Quant à Cléanthe, il mourut de la manière suivante : afin de le guérir d'une tumeur à la gencive, les médecins lui prescrivirent la diète. Au bout de deux jours, son mal ayant régressé, ils lui conseillèrent de reprendre son régime habituel. Mais Cléanthe n'y consentit pas, alléguant qu'il avait déjà parcouru une assez longue route : il était âgé de quatre-vingt-dix ans. Il continua donc à s'abstenir de manger et mourut (Yolande Grisé, Le suicide dans la Rome antique, 1982 - books.google.fr).

 

Typologie

 

Zénon serait né vers la 109e olympiade et mort à la 129e en 264 avant Jésus-Christ. Une olympiade valant 4 ans, sa naissance remonterait vers 344 (Georg Wilhelm Friedrich Hegel, Lecons Sur L'histoire De La Philosophie IV, traduit par Pierre Garniron, 1975 - books.google.fr).

 

En fait c'est Épicure qui "naquit, comme Ménandre, la 3e année de la 109e olympiade (Diogène Laërce, X, 14 - Strabon, XIV, p. 526); mais on sait que les jeux Olympiques se célébraient dans le mois Hécatombéon, et que, par conséquent, l'année commençait, selon cette chronologie, à l'époque qui, dans le calendrier attique, correspond à notre mois de juillet. Ainsi les années comptées d'après les olympiades sont, comme on dit vulgairement, à cheval sur deux années du système moderne, et la 3e année de la 109e olympiade, par exemple, commence au mois de juillet de l'an 342 av. J. C, pour finir à la fin de juin 341. Or, il semble probable que Ménandre naquit dans la première partie de l'année, c'est-à-dire en 342, et Épicure seulement dans la seconde, c'est-à-dire en 341 (Suidas, sub verbo. - Clinton, F. H. sub anno)" (Guillaume Guizot, Ménandre: Étude historique et littéraire sur la comédie et la société Grecques, 1855 - books.google.fr).

 

Dans une lettre à Louis de Valois (1641), Gassendi note :

 

Epicure a vécu à l'époque de Zénon, le prince des stoïciens, mais il était un peu plus jeune que lui (Sylvie Taussig, Pierre Gassendi (1592-1655): Traduction, 2004 - books.google.fr).

 

Selon Paul Tannery, la grande année d'Aristarque ne serait pas de 2484 ans mais de 2434 (Paul Tannery, Mémoires scientifiques, Volume 9, 1929 - books.google.fr).

 

De -344 à 2088 il y a 2431 années.

 

Au IIIe siècle Aristarque de Samos a proposé une grande année de 2434 ans. Cette période n'arrive pas a accommoder les cycles de toutes les planètes, comme Paul Tannery l'a montré, mais elle est liée à la périodicité des éclipses (fr.wikipedia.org - Grande Année).

 

Une éclipse totale aura lieu le 21 avril 2088 et sera visible à Larissa en Grèce, et presque totalement à Athènes (astro.ukho.gov.uk - Eclipse du 21 04 2088).

 

Un disciple de Zénon, Cléanthe, s'opposa au système héliocentrique promu par Aristarque.

 

Dès que l'on pense que la Terre ressemble aux autres planètes, on est amené à un système héliocentrique. C'est l'attitude d'Aristarque, d'après le témoignage irréfutable d'Archimède dans l'Arénaire. Pour Aristarque, le Soleil est au centre de la sphère des fixes, celle-ci d'un rayon immensément plus grand que celui de la Terre. Cet ensemble est immobile, alors que la Terre et les autres planètes décrivent chacune un cercle autour du Soleil. Le modèle d'Aristarque ne sauvait pas les phénomènes et présente le seul intérêt d'avoir inspiré dix-sept siècles plus tard Copernic. Les contemporains ne pouvaient l'accepter : il mouvait la Terre, et donc le feu central, contre le dogme. Voilà les esprits religieux à l'attaque! Plutarque nous le dit : "De l'avis de Cléanthe (disciple de Zénon), Aristarque devait être accusé devant les Grecs de profanation sacrilège, pour avoir déplacé le foyer du monde (renversé l'autel de Vesta) ; cet homme avait tenté, en effet, de sauver les apparences en faisant l'hypothèse que le ciel demeure immobile et que la Terre parcourt le cercle oblique (l'écliptique) en même temps qu'elle tourne autour de son axe propre" (Jacques Blamont, Chiffre et le Songe (Le): Histoire politique de la découverte, 1993 - books.google.fr).

 

Aristarque était un hérétique aux yeux de Cléanthe, au sens moderne.

Contact