Alphonse VIII de Castille

Alphonse VIII de Castille

 

VIII, 48

 

2065

 

Saturne en Cancer, Jupiter avec Mars,

Dedans Fevrier Caldondon salvaterre :

Sault Castallon assailly de trois pars,

Pres de Verbiesque conflit mortelle guerre.

 

Chemin de Compostelle

 

Chaldondon : Zalduendo

salvaterre : Salvatierra

Verbiesque : Bribiesca

 

Ces étapes du chemin de Compostelle de la Rioja à Burgos sont issus de la Nouvelle Guide des Chemins édité  par Nicolas Bonfons en 1583 (Xavier de Bonnault d'Houët, Pèlerinage d'un paysan picard à Saint Jacques de Compostelle au commencement du XVIIIe s., 1890 - www.google.fr/books/edition, Jean Bonnerot, la Guide des chemins de France de Charles Estienne (1553), 1936 - www.google.fr/books/edition).

 

Sault Castulon : Saltus Castulonensis (Tite-Live) pouur Castille (Pierre Brind'Amour, Les premières centuries, ou, Propheties de Nostradamus (édition Macé Bonhomme de 1555), 1996 - www.google.fr/books/edition).

 

Près de Bribiesca : la Rioja

 

A continuación de la muerte de Sancho Garcés IV de Navarra (También denominado Sancho Garcés IV de Pamplona) en 1076 se produjo la conquista por parte de Alfonso VI de León de la región riojana dando comienzo a una disputa militar que durará más de un siglo. En favor de Alfonso VI jugaron algunos nobles que lo llamaron para que tomase posesión de La Rioja y fuese reconocido como monarca del Reino de Nájera. Esta adquisición territorial durará poco tiempo, ya que tras la muerte de Alfonso VI la región volverá a dominio del Reino de Navarra. En 1134 Alfonso VII el emperador conquistó Nájera y toda La Rioja. En 1163, aprovechando la minoría de edad de Alfonso VIII de Castilla, el navarro Sancho VI el Sabio ocupa una parte del territorio riojano en un intento por recuperar las antiguas posesiones del reino, tomando Logroño y otras ciudades, aunque no Nájera o Calahorra. Estas adquisiciones territoriales empezaron a ser revertidas hacia 1173.

 

Para solucionar sus disputas, los reyes Sancho VI el Sabio y Alfonso VIII acordaron en 1176 someter sus diferencias al arbitraje de Enrique II de Inglaterra en una entrevista celebrada entre Nájera y Logroño. El laudo del rey inglés dictaminó que las fronteras volvieran a la situación anterior a 1163, finalizando así las disputas por La Rioja, perdiendo finalmente la monarquía navarra la soberanía sobre la región y consolidándose a partir de 1179 el territorio riojano como tierra de frontera del reino de Castilla. El paso de La Rioja del reino navarro al castellano por conquista supuso para la región dejar de ser una parte importante del primer reino, donde residían los reyes con su corte, a ser un territorio períferico que cobraría importancia en ciertos momentos. Mapa de la Casa de San Meder, elaborado en el año 1678. En él se muestra parte de Navarra, parte de Álava y parte de La Rioja. En este último caso sobre ella aparece escrito el texto: «Parte de La Rioja». Después de este momento, el título de rey de Nájera se conservaría como parte de la intitulación regia castellana (es.wikipedia.org - La Rioja).

 

"assailly de trois pars" : Alphonse VIII

 

Alphonse VIII (né le 11 novembre 1155 – mort le 5 octobre 1214) est un roi de Castille et de Tolède. Roi très jeune, dépossédé par des familles nobles, il reprend ensuite son territoire avant de relancer la Reconquista (le mot "reconquista" est créé au XIXe siècle). Par sa fille Blanche de Castille, il est le grand-père de Saint Louis.

 

Son père Sanche III, en 1157, renonça au León, qu'il laissa à son frère cadet Ferdinand II. Une fois la menace navarraise écartée, il avait entrepris de contenir la poussée des Almohades contre la ville de Calatrava, ce qui donnera l'occasion de fonder l'ordre de Calatrava, après que l'abbé Raymond de Fitero s'est chargé d'assurer victorieusement la défense de la cité menacée, défense que les Templiers espagnols avaient auparavant estimée impossible (fr.wikipedia.org - Alphonse VIII de Castille).

 

En octobre 1167, à Fitero, le jeune Alphonse VIII signa avec son oncle Sanche VI une trêve qui devait durer dix ans. En 1170, Alphonse se réconcilie avec son cousin et homonyme Alphonse II d'Aragon. Les deux rois se rencontrent à Saragosse où le Castillan doit accueillir sa future épouse. Elle a passé les Pyrénées au Pourtalet. Leonor, fille d'Henri II, d'Angleterre, lui apporte en dot toute la Guyenne. Ils eurent six enfants parmi lesquels Blanche, mère du roi Saint-Louis. Après avoir scellé solennellement son acte d'alliance avec Aragon, Alphonse VIII reprend les villes dont son oncle, le roi de Navarre, s'était emparé. Un arbitrage, rendu par le roi d'Angleterre, termine la guerre entre les deux souverains. Alphonse VIII qui croit son autorité reconnue et la tranquillité de ses frontières assurée, se dispose à reprendre la reconquête appuyé maintenant par la fertile Guyenne, grenier inépuisable. Les préparatifs terminés ce n'est pas contre les Maures qu'ils servent. Aragon, Léon et Portugal se coalisent contre la Castille. Une nouvelle guerre entre chrétiens commence, que gagne Alphonse aussi bon stratège que politique. Il peut maintenant tourner son action vers le sud (Jacques Pingle, Histoire des Espagnols, 1975 - www.google.fr/books/edition).

 

Vers 1

 

Si les tables des auteurs du quatrain sont aussi précises que celles du site www.astro.com, alors une date possible donnée par le vers 1 serait le 1er février 1180, ce qui cadre avec l'historique supposé, où les planètes Jupiter (4° 53) et Mars (29° 16) sont dans les Poissons et Saturne dans le Cancer (7° 56) (www.astro.com).

 

Typologie

 

Le report de 2065 sur 1180 donne 295.

 

Osius de Cordoue, dont la haute personnalité devait représenter pendant plus d'un demi-siècle l'Eglise d'Espagne et exercer une influence souvent décisive sur la politique religieuse de Constantin, était né en Espagne, probablement à Cordoue, vers 256. Il avait été élevé, en 295, au siège épiscopal de Cordoue, qu'il devait occuper pendant soixante ans. La fermeté de sa foi et la pureté de ses mœurs lui avaient acquis de bonne heure la confiance universelle de ses compatriotes. «On admirait, dit Sozomène, sa sagesse et ses lumières en toutes choses.» Le feu de la persécution trempa son caractère. Victime de la tyrannie de Maximien Hercule, il avait affronté la torture avec un courage inébranlable et pouvait montrer plus tard sur son corps, à ses collègues réunis à Nicée, les cicatrices de ses blessures. Dès son avènement au trône, Constantin, désireux de s'entourer d'hommes prudents et avisés, l'appela à sa cour et lui témoigna la plus grande estime. Tout nous porte donc à supposer qu'Osius le familier et le confident eut une part décisive, quoique discrète, dans la politique de l'empereur à l'égard de la secte donatiste (Fernand Mourret, Histoire générale de l'Eglise, Tome 1, 1928 - books.google.fr, fr.wikipedia.org - Ossius de Cordoue).

 

Cf. quatrain VIII, 51 – Justinien et le docétisme – 2067-2068.

Contact