Le fait marquant du règne de François Ier

Le fait marquant du règne de François Ier

 

VIII, 70

 

2081-2082

 

Il entrera vilain, meschant infame

Tyrannisant la Mesopotamie

Tous amis fait d'adulterine dame,

Terre horrible noir de phisonomie.

 

Le noir est la couleur des Abbassides qui chassèrent de Bagdad, en Mésopotamie, les Omeyyades en 750 (cf. Lettre à Henry). Leur califat sera détruit par les Mongols en 1258.

 

"Mésopotamie"

 

Ce quatrain marquerait en fait le début du règne de François Ier, "grand roi" de France de 1515 à 1547, dont le fait marquant est le massacre des Vaudois en 1545 dans le Lubéron. 6 ans plus tard, les 27 ans de guerre qui l'oppose à Charles Quint, à partir de 1521 : quatrain VIII, 77, où il serait traité d’Antéchrist.

 

Les Vaudois seraient nommés métaphoriquement "Mésopotamie" dans le quatrain III, 99, racontant un conflit dans le Lubéron, en relation typologique ou antitypologique avec la tolérance progressive du roi de Piémont en leur endroit au XVIIIème siècle.

 

« ceste horrible persecution qui fut dressee contre, le peuple Vaudois » (Jean Crespin, Histoire Des Martyrs Persecutez Et Mis A mort pour la verité de l'Evangile, depuis le temps des Apostres jusques à l'an 1574, 1582 - books.google.fr).

 

"noir de phisonomie"

 

Michel Scotus dédie son Liber phisonomie (c. 1230) à l'empereur Frédéric II, probable second Antéchrist de la Lettre à Henry (La Pelle Umana, Volume 13, 2005 - books.google.fr).

 

Mais ici il s'agit de l'"Antechrist trois" (cf. quatrain VIII, 77).

 

La physiognomonie est l'art de connaître l'homme d'après les traits de son visage et l'aspect de son crâne.

 

Dans les années 1530, l'astrologie et les petites divinations auxiliaires, telles que la physiognomonie et la chiromancie, se répandent dans les milieux les plus cultivés non seulement en Italie, mais aussi en France, en Angleterre et dans toute l'Europe du nord. Aux critiques de Pic de la Mirandole et de ses disciples, de nombreux intellectuels opposent la tradition antique qu'illustrent notamment les Astronomica de Manilius, les Hermetica traduits par Ficin, la Tétrabible ou Quadripartitum de Ptolémée, le Traité Des jours critiques de Galien, la Mathesis de Firmicus Maternus; parmi les modernes, ils se réclament de Marsile Ficin et de Giovanni Pontano (Miguel Servet, Discussion apologétique pour l'astrologie contre un certain médecin, traduit par Jean Dupèbe, 2004 - books.google.fr).

 

Le noir est la couleur de la fermeté selon un nouveau code des couleurs à la Renaissance, retrouvé en particulier sur un manuscrit d'Anne de Graville, repris par Clément Marot. Dans les Tragiques, Agrippa d'Aubigné reviendra à la mort et au péché (Gérard Gros, De vair et de quelques couleurs, Les couleurs au Moyen Âge, 1988 - books.google.fr).

 

«Pour fermeté doibt estre le noir pris» (Blason des Couleurs) (Victor Brodeau, Poésies, 1982 - books.google.fr).

 

Victor Brodeau était de Tours, secrétaire et valet de chambre de François Ier et de la reine de Navarre ; ami de Marot (François Génin, Lettres de Marguerite d'Angoulême, sœur de François Ier, reine de Navarre, publiées d'après les manuscrits de la Bibliothèque du roi, 1841 - books.google.fr).

 

Il est dans la nature de la souffrance de rendre l'homme morose, méchant, cruel quelquefois. Au milieu des douleurs, on ne peut avoir ces attentions et ces convenances qui rendent la vie heureuse : il faut posséder une belle âme pour, lorsqu'on épuise la coupe du malheur, applaudir au bonheur des autres. Les visages heureux vous font mal, et l'on s'explique très-bien comment le lépreux autrefois rendait au genre humain l'horreur qu'il inspirait. Or, lorsque cette souffrance se mêle au pouvoir, elle aide et prépare la tyrannie irritée, capricieuse, sanglante; on voudrait tout tapisser de noir quand on a le noir au cœur, et c'est ce qui explique ce malaise des actes et de la politique de François Ier aux époques qui précèdent sa mort. Il semble qu'il ne peut plus rester en place; tout lui pèse : de Fontainebleau il court à Amboise, à Villers-Cotterêts, ne conservant plus qu'un goût immodéré pour les exercices violents, qui semblent lui faire oublier les douleurs de sa plaie ; semblable au malade qui se tourne dans son lit pour obtenir un soulagement, et croit qu'il est mieux parce qu'il n'est plus là où il était. Hélas ! la maladie comme la tristesse vous suit en croupe, cavalier de la mort, elle vous presse de ses étreintes, sans repos, sans relâche. D'ailleurs tout vieillissait autour du roi ; ceux qu'il avait aimés avec tendresse s'avançaient dans la vie au milieu des dégoûts et de l'ennui. Sa sœur chérie, Marguerite de Navarre, atteinte déjà de la maladie qui la conduisit au tombeau, n'écrivait plus que des livres de repentance, comme le Miroir de l'âme pécheresse, pour gagner les joies et le repos du paradis (Jean Baptiste Honoré Raymond Capefigue, François Ier et la Renaissance 1515-1547, Volume 4, 1845 - books.google.fr).

 

"adultérine dame"

 

« Je ne compte pas, dit Gaillard, parmi les maîtresses de François Ier, Diane de Poitiers, dont on a voulu qu'il ait été l'amant avant son fils, calomnie des protestants qu'elle persécuta trop et qui l'ont rendue trop odieuse. » (Histoire de François Ier, 1819, in-8, tom. IV, p. 362.). « C'est mal à propos, dit encore la biographie Michaud, que Mézerai et les historiens qui l'ont suivi ont porétendu que François Ier avait accordé aux prières de Diane la grace du seigneur de Saint-Vallier, condamné à mort pour avoir favorisé la fuite du connétable de Bourbon, et que Diane avait payé cette grâce en faisant au roi le sacrifice de son honneur. La grande sénéchale ne donna aucune prise sur sa conduite tant que vécut son mari (art. Diane, tom. XI, p. 292). Si le récit dit Journal diffère en quelques points de celui que Mézeray a rapporté, il n'en donne pas moins comme certaine la liaison amoureuse de François Ier et de Diane, et malgré le dire des auteurs que nous venons de citer, cette liaison est mise hors de doute par les lettres autographes de la grande sénéchale conservées à la Bibliothèque impériale, Supplément français, n° 2722 1 (Lalanne, Journal d'un bourgeois de Paris sous le règne de François Ier: 1515-1536, 1854 - books.google.fr).

 

L'emblène de Diane de Poitiers, de par son prénom, était un croissant de lune.

 

Les Astronomes appellent adultère du soleil & de la lune leurs éclipses, quand elles se font en quelque manière contre les regles de l'Astronomie, comme il arrive aux éclipses horizontales. Car quoy que le soleil & la lune soient diamétralement opposés, ils ne laissent pas de paroistre en même temps sur l'horison. On en a veu une à Paris le 16 Juin 1666. On tient que de semblables éclipses doivent arriver tous les 19 ans (Dictionnaire Universel Francois Et Latin, Tome I, 1743 - books.google.fr).

 

La revue L'Astronomie, publiait en 1893 un article sur l'éclipsé de Lune du 16-6-1666 où

cette anomalie apparente fut observée. L'auteur donnait de larges extraits d'une curieuse brochure due à un certain Payen et intitulée Sélénélion ou apparition luni solaire en l'isle de Gorgone. Pline, en son Histoire naturelle, liv. 2, chap. 13, l'a appelé un miracle de la nature, Caramûel en son ingénieux livre intitulé Adulteria solis l'a nommé adultère, et M. Gassendi un spectacle (Astronomie et Bulletin de la Société astronomique de France, Volume 61, 1947 - books.google.fr).

 

Juan Caramuel y Lobkowitz (1606 — 1682) était un cistercien tchèque et luxembourgeois né en Espagne. Il publie Solis et artis adulteria en 1643 (fr.wikipedia.org - Juan Caramuel y Lobkowitz).

 

Une méthode associe les valeurs des carrés magiques planétaires de 3 à 9 à des dates de l'ère chrétienne : carré de 3 de Saturne (45 : mort de Chrestos ?) ; carré de 4 de Jupiter (136 : fondation de Aelia Capitolina par Adrien en lieu et place de Jérusalem) ; carré de 5 de Mars (325 : concile de Nicée) ; carré de 6 du Soleil (666 : accession au pouvoir du maire du palais Ebroïn) ; carré de 7 de Vénus (1225 : apparition du faux empereur Baudouin) ; carré de 8 de Mercure (2080 : apparition de l'Antéchrist ?) ; carré de 9 de la Lune (année 3321) (www.nonagones.info - La Croix d’Huriel et Rennes le Château : Sot Pêcheur et Par ce signe tu le vaincras 3).

Contact